Spirit
Malheur à toi pauvre âme !



 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

La routourne qui a tourné [PV DAMON]

 :: Métropole :: Centre Kreat'hur Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Lun 10 Juil - 22:51
Tu sais Aela que tu n'es pas très chanceuse et que, même quand tu penses que rien de mauvais ne pourrait t'arriver après ces moments paisibles, celui qu'on appelle Le Destin vient t'en coller une sans crier gare. Ça fait mal hein ? Pas toujours, c'est vrai. Mais là, on ne peut pas dire qu'il t'ait loupé. Ne me regarde pas ainsi, je ne suis rien d'autre que cette petite voix en toi qui tente de te raisonner quand tu n'en fais qu'à ta tête, qui essaie de prendre soin de toi du mieux qu'elle le peut. Mais comme toujours, tu as préféré assouvir ta curiosité. Pourtant, est-ce qu'on ne rabâche pas suffisamment les oreilles de tout le monde avec  « La curiosité est un vilain défaut » ? Tu n'en fais qu'à ta tête, tu es une adulte et non plus une enfant tu sais ? Et ça, malheureusement, c'est quelque chose qui est irréversible : tu ne peux pas constamment jouer sur les deux tableaux. Tu soupires faiblement, ennuyée, et ta main vient grossièrement remettre le vêtement donné en place. C'était vulgaire et provocateur mais on ne t'avait pas vraiment laissé de choix. Tu étais couchée sur le dos, en train de rêvasser alors que tes yeux semblaient vides et dénués de volontés. Tes jambes étaient en l'air contre le mur. Parfois, un pied bougeait. Le temps passe et malgré cela, tu restes dans cette position, tu as un peu faim mais ça va. Ce n'était pas comme si tu mangeais toujours à ta faim, hein ? Finalement, tu te redresses pour t'asseoir sur tes fesses, en tailleur. Le dos légèrement arqué et tes ailes qui reposaient complètement sur le sol frais. Cette cellule, tu as l'impression qu'elle est deux fois plus petite que ta vraie chambre. Le pire dans tout ça, c'est que tu n'avais plus aucun moyen pour fuir ! Et même si tu y parvenais, tu irais où ? En Irlande ? Ils te retrouveraient encore. Quelle poisse j’te jure…

Le temps passe et il y a quelques visites. Tu n'aimes pas ça. Tu n'es pas une bête de foire, tu refuses de l'être. Tu leur tournes le dos, couchée. Tu fais de ton mieux pour les ignorer, tant bien que mal, tu luttes pour ne pas te tourner malgré l'envie de savoir à qui cette voix appartient. Alors parfois, tu tournes légèrement la tête pour regarder la personne et la recouche ensuite. Tu avais même fini par réellement t'endormir mais c'était sans compter ces gens bruyants qui vous maintenaient en cage. Un faible grommellement s’échappe de tes lèvres alors que tu te frottes les yeux et t’étires. Tant que tu étais visible, ils ne râleraient pas. Tu te lèves pour te dégourdir un peu les jambes, même si tu n'as pas beaucoup d'espace, tu préfères te dire que ça pourrait être pire. Une énième fois, tu t’étires et on peut entendre tes articulations craquer. Ah !, que ça fait du bien. Mais une voix familière te figea sur place, nette. Elle n'était pas tout près, tu ne dissernais pas bien ce qu'elle disait mais tu étais sûre de l'avoir reconnu. Bordel, non, pas ici ! Pas là ! Leurs pas se rapprochaient de plus en plus, tout comme leurs voix. Tu en étais quasiment sûre : c'était SA voix. Oh non, non et non ! Allez Aela, ressaisis-toi ! Physiquement, tu as changé : des vêtements complètement différents accompagnés d’une nouvelle teinte de cheveux et d’yeux. Et puis au pire, fais comme pour les autres : tu lui tournes le dos.
avatar
Messages : 6
Date d'inscription : 26/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 13 Juil - 23:05
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Petite hybride rigolote
ft. Aela

dialogue

Damon revient de LS blessé
Il y croise une drôle de connaissance d'Irlande

Mon costard m'allait parfaitement, taillé sur mesure. Cyara faisait du bon travail comme robot domestique, c'est un peu la femme du beauf de france rêvé. Elle assure ma sécurité, la propreté et même sur ma santé. C'est une ange robotique. J'ai la même coiffure me d'habitude,
ma veste est ouverte en laissant ma cravate légèrement desserrée. Ma dernière visite à Lame spirituelle n'a pas été de tout repos. J'ai actuellement un bandage autour de mon cou, de l'épaule et du torse. Et je marche avec une petite canne, boitant légèrement de la cuisse gauche. Faut dire que j'ai pris une balle en pleine cuisse de la part de Marc, et le cou c'est Taïga qui s'est nourrie après avoir échappé de peu à la mort. Je n'ai même pas pu assuré le dernier concert de prévu avant hier, on a dû annulé, surtout que Taïga n'est pas dans son assiette en ce moment. Kagura a de nouveau disparu du tableau de bord et Arashi m’insupporte au plus haut point. Taïga m'a avancé les réparations des locaux de Marc, mais je dois la rembourser...
avec mon sang.
Je suis encore étonné que Taïga ai arraché l'oeil de l'esclave, elle l'a fait parce qu'elle considérait qu'elle avait commencer à la trahir et que par son mensonge j'ai failli mourir. Personnellement, je trouve que la punition est juste, bien que les villageois commencent à craindre Taïga comme les autres communautés. Je trouve que ce n'est pas une mauvaise chose, ce n'est pas une humaine, ou du moins, elle n'aura jamais autant d'humanité que moi ou Marc. Et ça c'est un truc que les mortels ne comprennent pas par rapport aux immortels, les créatures n'ont que très peu d'humanité sauf pour certains. Dame Launwitch devrait être crainte, surtout que la peur et la crainte inspire le respect et enlève les faiblesses. Taïga est peut-être une mère de famille et une cheffe aimante. Mais c'est surtout une Maîtresse de Lignée Démoniaque puissante, qui n'hésite pas à blesser ses amis si on fait le moindre écart, arrachant et coupant des membres à la moindre once de transgression de ses règles. Beaucoup de chef sont comme ça, sont défaut ?
Trop vouloir plaire aux personnes qui lui sont proches.

Je soupire en passant ma main sur mon visage, il n'y a rien non plus comme agent d'Amanite dans le Centre Kreat"hur de Paris. Tout semble, ok. Je vais peut-être pouvoir me reposer un peu. Retrouver ma console et le calme de ma chambre. Je suis aussi seul que ma meilleur ami, mais ma solitude je le vie dans mon coin. Je n'ai pas des flammes à cracher tout le temps, c'est plus profond. Non, je reste un mélancolique au fond de moi.
Je prends mon téléphone, mon expression de visage est éteinte, composant le numéro de la fille de Taïga qui vit à la Métropole : Thaïs. Une femme splendide qui est mariée avec une médecin français. Leur fille a disparu il y a quelques années, mais c'est surtout que Thaïs la fait faire fuir par les égouts de Paris pour éviter qu'elle ne devienne une esclave. Car Lorelei est le joyaux de la famille malgré sa faible puissance, du moins, en tant qu'humaine. Car c'est aussi une créature démoniaque comme Daniel ou Justyna, c'est une sirène. Et les sirène, sont les rares créatures qui sont encore vu comme une légende, les plus belles créatures sur Terre.

J'échange quelques mots avec mon amie pour la tenir au courant de la situation, rien de compliqué. Ouis je finis par raccrocher alors que j'approchais des Kreat'hur. A cet instant, j'étais à mille lieux de croiser cette tête de fouine vampirique qui me tournait le dos. Je la reconnaîtrais entre mille. Je m'approche immédiatement en bousculant presque quelques clients, limite à me coller de sa cage. Mon expression est intense, je la fixe comme si elle était le dernier hamburger du monde.

_ Toi ! Ne me dis pas que tu viens d'Irlande ? Tu gardes des bestioles, qu'est-ce que tu fous ici, bordel ? Je te trouve plus belle et magnifique à regarder dans la nature, pas ici.

avatar
Messages : 25
Date d'inscription : 30/04/2017
Age : 30
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Ven 14 Juil - 11:13

Sérieusement ?! Non mais non ! Ton visage se parme immédiatement alors que tes oreilles sont obligées d’écouter ses paroles, ses protestations quant à ta présence ici. Tu étais bien mieux mieux dehors ? Tu le savais très bien, tu n'avais pas arrêté de le répéter des dizaines et des centaines de fois ! Pourtant, ce ton et cet empressement qu'il te manifeste ne cesse de te mettre mal à l'aise et te pousse à continuer à lui tourner le dos. Ne pas lui, ne pas lui répondre. Cette phrase se répète en boucle dans ta tête. Il te fallait continuer à l'ignorer, bien que cette tâche s'annonçait plus dure que ce que tu pensais. Qu'est-ce que tu foutais entre ces murs Aela ? Même lui se pose la question alors que tu le considères comme responsable de ton malheur. Il veut une réponse alors tu pourrais la lui donner, qu'elle lui soit plaisante ou non ce serait tant pis pour lui. Rien de tout ça ne te concernerait. Tu respires profondément, lâchant alors un long soupir et tournes légèrement ton visage habillé de quelques rougeurs vers lui :

« Tout est de ta faute…  », dis-tu simplement.

Sur ton visage, il n'y avait ni colère ni haine. Ni joie ni tristesse. Tu retournes alors à la contemplation du vide devant toi mais finalement, tu te redresses. Tu t’approches de lui et le fixes un court instant avant de répondre.

« Tu n'avais qu'une chose à faire ce jour-là, mais tu as préféré me condamner à cette vie. »

Tu baisses un peu les yeux et repart ensuite vers le centre de ta cellule pour t’y recoucher. Il le savait maintenant. Pourtant, ça ne te faisait pas autant de bien que tu ne l’avais pensé. Hmmm… il faudrait que tu lui fasses un peu plus payer quand tu seras dehors. Bientôt. Un jour.
avatar
Messages : 6
Date d'inscription : 26/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Lun 24 Juil - 17:05
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Petite hybride rigolote
ft. Aela

dialogue

Damon revient de LS blessé
Il y croise une drôle de connaissance d'Irlande

Je mise mon équilibre sur ma canne, ayant donc légèrement l'épaule penché comme je m'y appuie dessus,
j'ai encore mal à ma blessure. Je la regarde agir et parler. Pour le coup, il n'y a aucune trace d'amusement dans mon regard, juste de l'incompréhension et de la surprise. C'est vrai que je ne m'attends pas du tout à la voir ici. La seule autre esclave que je connais ici, c'est Justyna, eet puis elle aime bien le centre. Contrairement à ce qu'on pourrait croire, les esclaves sont traités justement ici. C'est dans le No Man's qu'ils sont bien souvent vu comme des parasites. J'adoucit un peu mon air, mais finalement mon amusement revient vite à la voir pester comme ça. En excluant les milles et une idées coquines, je me demande bien pourquoi c'est de ma faute. Jamais je n'ai voulu qu'elle soit enfermée comme ça, c'est justement à cause d'elle et de son manque de prudence.
Au bout d'un moment, un membre du personnel vient me voir, ayant remarqué que je ne cesse de la fixer. Souriant, il me reconnaît, je lui rend son signe de tête, mais sans l'étirement aux lèvres.
Avec ce qu'il s'est passé en Irlande, je ne suis pas prêt de me laisser faire de nouveau par un inconnu.

_ Bonjour Monsieur Roche, admirez-vous votre prise ? Aela a un peu de mal à s'adapter, il faut dire qu'elle est très intrigante et nous n'avions pas forcément une bonne cage pour elle.
_ Commencez déjà par enlever toute cette lumière et installer des décor ou des objets pour qu'elle puisse s'y faufiler, un peu comme un reptile. Et je me répète, mais je n'ai rien fait pour qu'elle soit capturer.

Ma voix est posée, si jamais elle doit rester ici encore quelques temps, au moins qu'on adapte son espace. Je reporte mon attention à la jeune femme, elle est vraiment blessée. Mais j'ai déjà assez donné de ma personne pour en prendre plein la gueule, je me suis déjà fait voler un bon gros litre de sang, une balle dans la cuisse et mon portefeuille en a pris un coup aussi.
Je repense aux paroles d'Aela, une chose à faire ? Qu'est-ce qu'elle veut dire par-là ?

_ Une chose, hein ? Et qu'est-ce que c'était selon toi ?

avatar
Messages : 25
Date d'inscription : 30/04/2017
Age : 30
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Lun 24 Juil - 18:55
Il était amusé. Tu en ignorais la raison, mais tu te doutais que c'était toi qui lui décrochais ce sourire alors que toi, tu étais bien loin d'être aussi joviale que lui. Tu les écoutais parler de toi, comme si tu n'étais pas là, comme si tu n'existais pas. Ça t’énervait encore plus, et tu ne pus t'empêcher d'avoir ce geste. Parce qu'en plus de te traiter comme une esclave, Monsieur leur suggérait de te traiter comme un animal ? Tu jetas une chaussure contre la vitre, furieuse, en leur criant d'arrêter de te prendre pour un animal de compagnie. Étais-tu un petit lapin ou un serpent ? Non. Tu leur retournais le dos en enfouissant ta tête dans tes bras. Démoralisée. Oui, ils te démoralisaient au plus haut point mais ne t'en fais pas, tout cela finirait par s'arrêter. Au fond, c'était plus lui qui te blessait que les autres. C'était bizarre venant de lui ou alors peut-être était-ce le contexte, les vêtements, qui ne te permettaient pas d'apprécier ses petites plaisanteries ? Il se doutait, il savait que tu n'avais pas le plus parfait des caractères mais de là à ce que tu réagisses ainsi… Tu finissais toujours par t'en vouloir quand tu agissais de manière même un peu trop excessive, et cette fois ne dérogerait pas à la règle. Malgré cela, il ne fallait pas s'attendre à ce que tu présentes la moindre excuse maintenant. Il y eut un moment de silence, un court instant durant lequel tu te mordis la lèvre inférieure et finalement, une personne interpella l'employé pour des renseignements sur une autre petite chose que des dégénérés humains avaient trafiqué. Ses pas s’eloignaient mais il en restait toujours un, en face de ta vitre. Tu sentais son regard vairon sur toi. Tu soupirais intérieurement, redressant doucement ta tête en te frottant un peu les yeux. Et puis bientôt, c'était sa voix qui se refit entendre. Cette dernière semblait plus posée et calme, elle ne t’appelait plus à être dans cette constante position défensive qui n'était pas toujours utile. Alors tu l’écoutais. Alors tu le regardas avec un sourire sur ton visage. Il voulait savoir ce qu'il aurait dû faire mais tu préférais ne pas lui répondre. De toutes les manières, qu'est-ce que cela changerait ? Rien, et tu l'avais bien compris. Parce que tu le savais depuis le début, même s'il était plus facile de l'avoir pris lui p pour responsable de ton malheur.

« Laisse tomber, oublie… Merci d'être passé en tout cas ! »

Ta voix et ton sourire semblaient refléter une Aela si joviale. Il ne semblait pas être dans un très bon état d'ailleurs. Tu l’observas silencieusement mais on devinait parfaitement ce que tu pensais à l'instant. Tu étais prête à lui demander des comptes, savoir le pourquoi du comment du qui et du où mais non, tu te faisais en même temps violence pour rester muette. Vous vous connaissiez, c'est vrai, mais les choses semblaient avoir changées et tu te devais de faire avec. Tes poings se serraient sur tes cuisses, tes sourcils froncés fixaient ses jambes. Tu changes d'humeur comme de chemise.

« Rentre te reposer chez toi. », dis-tu sèchement.

Tu lui parlais, lui donnais un ordre, comme si tu avais une quelconque autorité sur lui. Et même si ce n'était pas le cas, comme actuellement et jusqu'à la fin de tes jours, tu n'hésiterais pas à recommencer si ce grand dadet n'était pas capable de prendre soin de lui et de sa santé.

avatar
Messages : 6
Date d'inscription : 26/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Spirit :: Métropole :: Centre Kreat'hur-