Spirit
Malheur à toi pauvre âme !



 

Taïga Launwitch
Messages : 184
Date d'inscription : 09/02/2017
Age : 29
Launwitch
Who am i !

Finir le job [RP LIBRE] [Avertissement - R - Peut choquer ] Empty

Finir le job [RP LIBRE] [Avertissement - R - Peut choquer ]

MessageSujet: Finir le job [RP LIBRE] [Avertissement - R - Peut choquer ] Finir le job [RP LIBRE] [Avertissement - R - Peut choquer ] EmptyMar 28 Mai - 15:14

Finir le job

Feat. ...

Beaucoup de choses se sont déroulées, l'attaque du village, ma mort suivi de ma résurrection forcée, la découverte que Lulu soit devenu une démone incarnée, et le fait que je vais me transformer en ange. Ah et aussi  l'ascension d'Egregario. Cela fait maintenant quelques jours, mais je suis très vite partie, inutile d'attendre le retour de Marc et d'Arashi. Le travail n'est pas encore fini. Mais bien sûr que non, si les Anges ont été puni, je n'ai pas eu ma propre vengeance. Celui de ma fille violée par ces trois soldats, et de Valentin. Je n'ai que faire du pardon de Dieu, avec ou sans Thoth, je dois continuer mon travail que je faisais pour Satan et pour mon clan. Sûrement me diriez-vous que je cherche à retrouver celle que j'étais pas cette obsession de punition, peut-être ou pas, je sais juste que je dois me salir les mains pour obtenir justice. Si mon âme doit être damnée une deuxième fois, je n'en ai que faire. J'ai permis à Egregario d'obtenir ses ailes, et c'est tout ce qui m'importe. Mon propre sort, je n'en ai que faire. Réellement. J'ai cessé de m'apitoyer sur mon sort, une nuit était déjà bien trop. Je me suis relevée, et je marche. Animée par une ardente détermination. Je n'ai que faire d'être apprécier par les autres, j'ai ma famille. Mais de toute manière, je ne veux pas leur montrer cette ... gangrène dans ma tête. Je ne comprenais pas, je ne suis pas folle. Mais bon sang, même en étant enfin libérée de l'emprise de mon ange déchu, c'est comme si ça me manque. J'aime punir, apporter le courroux, châtier, cette ... écart de comportement fait de moi celle que je suis. Et je reproduis ce que je fuyais avant. Maintenant, je le désire ardemment. Si j'ai perdu le goût pour le sexe, les bonnes petites choses, la sympathie d'une bonne discussion pour me bloquer de cette douleur traumatique de la perte de mon village, eh bien je la retrouve dans cette sombre vengeance. Dégradée en si peu de temps ? Un mental qui se détraque en un nombre si peu de jours vous trouvez ça bizarre ? Sûrement que j'ai toujours été dérangée au fond de moi finalement. Grimmaltadael a-t-il seulement mesurer les conséquences de son geste ? Oui, je me sens mieux. Mais je suis obnubilée par cette idée que je n'avais pas à revenir en vie, je me suis sacrifier, mais je me suis aussi suicidée. Je ne voulais pas revenir, c'est qu'il y a bien une raison. Et peut-être que toute cette humiliation des anges, mon fluide angélique qui s'est réveillé, la mémoire de Taiganakisan, cette fausse femme Âme et cette que je suis réellement se sont maladroitement mélangées, sont en conflit, et ça me rend complètement dérangée. Je n'ai plus de pouvoir, la haine ardente d'Egregario me manque, on m'a arraché trio violemment à mon âme soeur, j'ai un vide. Un gros vide que je chercher à combler depuis des jours, et ça m'obnubile. J'ai passé les trois derniers jours à aider à la reconstruction du village, procurer un toit à ma communauté, trouver des moyens aussi pour l'eau potable. Car avec toutes ces explosions, le puits a été contaminé, Asmodee, et je suis effrayée à l'idée qu'on puisse me toucher. Ou plutôt un homme, cette vieille peur a refait surface. Mais elle a évoluée. Je ne peux plus accepter le toucher du moindre mâle, j'ai l'impression qu'ils me domineraient pour me faire mal. Un Gardien m'avait arraché à mon âme soeur, et un autre mâle m'avait arraché des griffes de la mort, pour qu'un autre mâle me pulvérise la gueule pendant le combat. C'était aussi des hommes qui ont martyrisés et violés Eden, des soldats. Et avec le mental d'Âme, Taiganikasan et moi-même ... je me suis mise à repenser à tous ces traumatismes durant mon enfermement avec mon deuxième mari. Ou encore lorsque mon père battais ma mère, ces violentes altercations avec mon frère...
Non, non ... Tu te perds Taïga. Je soupire lourdement, à la périphérie de la communauté de Lutèce. Une petite cité dépourvue d'électricité, un village de mercenaire et de familles de guerriers uniquement composés d'humains. Leur chef était un vieux taré assoiffé de pouvoir, mais un très bon allié. Et nous avons un accord commercial avec Lame Spirituelle. Mais je me suis servie de ce lien pour débusquer Valentin Dubonset. Fidèle bras droit de toute cette personne ou groupe de gens derrière l'attaque du village. Je suis décidée à mener ma traque jusqu'au bout. Je ne suis pas une bonne femme, je ne suis pas la gentille. Bien au contraire... je dois combler ce vide, ce trou béant dans mon esprit, je ne comprends, et pas d'amour. Je ne peux plus me permettre d'être faible maintenant que je ne'ai plus de pouvoir.

_ Mais vous êtes complètement folle ! Je n'ai pas participé aux attaques du village !

Face à moi, Valentin était attaché, assis contre le mur d'une maison en ruine à la périphérie du village. J'éclate de rire, accroupis à ma victime. Je portais actuellement un corset noir, tâché de sang, avec un jean de la même couleur et mes Martens délavées par le temps aux pieds. J'avais noué mes dreadlocks, laissant celle avec le plus gros bijoux encadrant mon visage du côté gauche pendre. Le sang qui entoure mes pupilles emprisonnées par un cercle de lave ardent et haineux le fusillent. Je passe ma langue sur mes incisives angéliques de ma mâchoire supérieure, un sourire dangereux ornant mon visage peignant une colère non feinte. Un air faussement joyeux. Je me penche, cambrant sensuellement mon dos en prenant le menton du visage rachitique de Valentin, faisant légèrement basculer sa face en arrière pour mieux plonger mes couleurs hybrides en lui. Je suis une créature vengeresse, et je vais recommencer, exécuter une âme, montrant à Dieu que je n'avais rien d'une Ange. Je ne comprenais pas que j'étais devenue une Ange Mage, baignant autant dans les bras de Satan que du Seigneur. Une soldat fait pour se salir les mains. Le fluide en moi avait 2000 ans, c'était un poids très lourd à porter.

_ Tss, tss ... Je veux juste que tu me dises pour qui tu travailles, Valentin. Quoi ou qui à fomenter l'attaque du village, et pourquoi tu à livrer ce soi disant héritage à Eden d'Amanite.

Ma voix a retrouvé sa sensualité, mais elle avait une consonance étrange, comme légèrement déraillée, bien trop jouette pour une femme devant faire le deuil de son village. Dubonset tire sur ses chaînes, ses mains pendant de chaque côté de son visage, sali par la poussière de la maison et le sang séché. Son regard est froid, furieux. Mais je le suis bien plus. En réponse à ses paroles, j'empoigne alors le couteau de cuisine que je tenais. En temps normal, j'ai peur de cet ustensile de mon enfance, mais je ne sais pas pourquoi, je parviens à ne plus en avoir peur pour m'en servir contre mes victimes. Ou plutôt, sombrer dans cet état mental détraqué et dérangé me permet de palier à ma stupeur. Je ricane, le visage de Valentin se décompose alors que je longe la lame sur la ligne de sa mâchoire ... enfonçant la partie coupante pour le mutiler ... Il se met à crier, mais je lui prend le visage en coupe "Chut ...." et je le lacère ainsi, le sang coulant sur sa gorge. Il tremble, de la sueur froide se perlant sur son front alors qu'il cri. Je m'en lèche les babines.

_ Ca ne semblait pas te déranger lorsque tu as rie avec Malâadaëlle d'enterrer ma propre fille avec moi dans ma tombe d'Aether. Alors, permets-moi de te faire sourire.

Je n'attends pas sa réponse, que j'enfonce la lame dans sa joue, et tire de manière chirurgicale jusqu'à la commissure de sa lèvre. Un nouveau hurlement ébranle la maison, puis un deuxième, car j'en refaisait un deuxième sur l'autre partie de son visage. Lui dessinant un grand sourire de l'ange. Deux incisions nette. Je me redresse immédiatement, laissant tomber le couteau pour prendre un flacon de sel. Je l'avais ouvert jusqu'aux oreilles. L'homme se tord de douleur, dos à lui, je fais ainsi face à sa femme en tenue jurisprudentielle tâchée et crade. Une petite brune, un berceau à côté d'elle. Les deux pleuraient et hurler, la mère me suppliant d'arrêter. J'arque simplement un sourcil en la regarde, les mains sanguinolentes du plasma de Valentin. Je lui offre alors un sourire de pur sadisme.

_ Arrête, arrête !! Arrête tout de suite ! Je t'en supplie ! Laisse-mio au moins repartir notre bébé ! Il n'a rien fait dans tous ça !
_ Alors toi, tu la fermes nécromancienne, ton mari n'a qu'à donner les informations que je veux. Et pour ta progéniture, ne t'en fait pas, je terminerai par lui ... Vous allez tous vous rejoindre ..
_ Pitié ! Non !

Taïga ? Mère de trois enfants ? Assassiner un innocent, si vous saviez ... J'éclate de rire et me retourne alors pour rejoindre Valentin qui semble à moitié inerte, et j'applique le sel sur ses plaies. Il se tord, se débat, criant pleurant, se pissant dessus. Mais je n'en ai cure, un étirement dans mes lèvres. Mon regard se brise de folie comme Daniel en cet instant. Ne faites pas du mal à mon clan, je vous l'ai prévenu. Je relâche Valentin, observant mon spectacle, mais cet enflure n'et toujours pas décidé à parler. Je soupire longuement, posant mon arme blanche sur mon atelier improvisé. Jamais Marc ou Bigby ne m'ont vu ainsi, et ce n'est pas plus mal.
Valentin est haletant, des gargouillis se produisant par l’effusion de sang dans sa bouche, il tousse et manque de s’étouffer. Derrière-moi, se femme continuant de hurler des suppliques en éclatant en sanglots. Je serre les dents, avant de la fixer froidement. Je suis l'Impardonnable, rien d'autre. Me lassant du spectacle du martyre d'Eden qui se lamente, je m'approche de lui, le chevauche et embrasse son front en sortant son sexe, tout comme une fiole de ma poche, contenant un échantillon du Sacré Coeur possédé par Eden. Je sors son membre flasque, et j'en badigeonne de la mixture, généreusement avant de le forcer à le faire boire. Il tousse, se débat, me repoussant du pied. J'évite habilement un coup. Je me lèche les lèvres, me délectant du spectacle de mon torturé ... son sexe commençant à bander contre lui à l'air libre. Mon rire est comme le glas d'une heure sombre à venir. Je me frotte les mains, sautillant presque, vous allez payer. Mais j'ai beau attendre, V' ne semble toujours pas décidé à parler, je soupire lourdement. au bout de plusieurs minutes, je reviens à lui. Le chevauchant, baissant la fermeture éclair de mon corset, me penchant sur son sexe.

_ C'est vraiment décevant, je vais devoir reprendre mes vieilles habitudes.

Le sacré Coeur maintient Valentin conscient à l'agonie, alors je fais directement une gorge profonde à ce membre turgescent. Non, je n'y prends aucun plaisir à ça par contre, ce n'était qu'un moyen de pression. Entre les cris de douleurs et de soupires, 'est un gémissement de plaisir forcé que j'arrache à l'homme. Le violant littéralement, je le suce, aspire son sexe et ... je le mords aussi .. Presque à sang. Valentin se met à beugler comme un porc qu'on égorge, suivi de près par les braillements de sa truie de femme. Je grogne, mais je continu. Faisant une petite ellipse de sang ... je parviens à le faire jouir, du sperme mélangé à du sang, mais le bougre ne parle toujours pas. Je finis par abandonner.

_ Bon, t'es un coriace... murmuré-je doucereusement avant de sourire d'un air sardonique vers sa femme.

Valentin venait de tomber dans les pommes, m'essuyant la bouche, je me nettoie des fluides de V'. Torse nu, mon 95D fièrement dressé, mais pourtant, je n'étais pas du tout excitée. Non, mon adrénaline est plutôt dans ces cris de peur et de suppliques. Peut-être finalement que je ne torture que par vengeance, et non pas pour des informations. Je me donne des excuses. Tsah, même si Grimmaltadael revient pour me tuer, je l'accepterai volontiers. Mais enfin, avec toute cette peur, cet effroi, cette scène, entendre ça ... mon trou semble frémir .. je me sentais .. comme un écho d'avant, comme si Egregario était de nouveau là. J'en soupire d'aise, il est là .. Il est là ... Pas loin ... Tu te fourvoies tellement, Taïga ...

J'avance vers la femme, la torturant, je vous passe les détails. Mais elle avait finir par elle aussi avoir un sourire de l'ange, et un oeil crevé. Et c'est à ce moment que Valentin revient du pays de Morphée. Ils me vocifèrent qu'ils ne me diront rien, que je suis un monstre. Ils n'ont pas tort, mais je ne le suis que pour la protection de mon clan. D'un coup, je deviens las, las de tout ça. Je perdais mon temps. Le lendemain, ils baignaient dans leur propre déjections, la sueur, le sang. Moi, j'étais impeccable. Mais j'en avais marre. La froideur m'avait guidée jusque là. Ils ne leur restait plus qu'un oeil chacun, le sourire e l'ange jusqu'aux oreilles, affamés et assoiffés. J'étais en tailleur, remettant mon corset. Valentin se remettant des restes du Sacré Coeur. Je me lève, détachant la femme, la tirant par les cheveux. Elle se tortille, pleurant, moi, je n'ai aucune compassion.

_ Mais pourquoi .. Pourquoi tu nous fais tout ça ?! Nous n'avons pas touché ta fille, et toi, tu fais tous ça devant notre enfant ! sanglote Cassandra.

J'empoigne sa tête, la faisant violemment percuter le sol comme j'avais fait pour la goule Amanite, puis j'écrase son buste de ma ranger en croisant les bras. Neutre, mes dreads étaient noués. Valentin semblait avoir déjà perdu la raison. Je ricane, je me lâche complètement. Je m'abaisse, la chevauchant sur sa taille sans douceur en ayant pris un rasoir avec une lame rouillée. Que je pose sur le buste de la jeune femme entre ses clavicules.

_ Tu veux savoir pourquoi je fais ça, Cassandra ? Alors que je suis moi-même une mère ? Mais c'est simple, Valentin a user de sa position politique pour faire en sorte de piéger Eden, en l'attirant loin de sa demeure familiale, sans défense. Elle avait montré ses papiers de citoyenneté à ses soldats, mais ils l'ont quand même violé en la droguant.

Suite à mes paroles, je fais une violente incision profonde, elle cambre le dos en bruglant à s'en briser les cordes vocales. Je repose la ligne plus pas, sur la ligne de sa poitrine. Je sourie plus franchement, ma voix toujours déraillée mais toujours éprise de ma sensualité, de mon air sardonique.

_ Et la deuxième raison, c'est parce que tu as bafoué les rites de la Nécromancie en faisant de ton enfant une goule qui avait succombé suite aux dégâts de la Maladie. C'est une abomination, et vous osez après vouloir assassiner ma propre cadette juste parce qu'elle est une démone ?! On ne touche pas aux Launwitch sans en subir mon courroux ... Cassandra .. Je vais me servir de ton corps pour que tu puisses enfanter les entrailles de l'Archange Miasme .. celui qui ravage l'humanité depuis la guerre ... Tu vas devenir une de ses Compagnes .. Et je te balancerai dans les égouts de Paris ... Tes enfants vont te baiser, t'engrosser encore et tu vas dévorer des humains ... tu seras la Reine de cette Ruche .. Et ton enfant Bryan .. je vais lui abréger ses souffrances .. A moins que tu ne me donnes un nom, celui qui est derrière tout ça et je vous offre une mort rapide.


Puis je la lacère une deuxième fois, elle se tend, hurlant. J'attrape son poignet, lentement derrière elle. Valentin venait de se réveiller, murmurant la devise de la Métropole, dans une litanie incessante. Je reporte mon attention à la Nécromancienne qui pleure à chaudes larmes. Ce qu'elle puait putain.

_ Non, pitié .. Non .. Non ... Je je vais te donner un nom .. il.. Il s'appelle Nicolas ... C'est le Sénateur de Paris ... Avec sa fille .. Eva Chevalier .. Son enfant .. elle elle n'a que 14 ans ...

Sa femme était bien plus faible que lui, je la regarde en souriant en grand. Poussant une exclamation de joie. Mais je prends quand même sa main, je place son annulaire en mes dents et je mords. Je mords à sang, broyant ses os. Je ne me retiens pas. La porcine hurle encore à m'en briser les tympans. Pour la faire taire, je me penche en arrière, écrasant sa trachée de ma chaussure coquée. Et je tire, les tendons ne tardent pas à ceder, un craquement distinctif .. Et je lui arrache l'annulaire, le sang goutte de mon menton que j'essuie immédiatement. Je prends immédiatement le doigts arraché et je l'enfonce immédiatement dans sa bouche. Enlevant ma chaussure. Bouchant son nez, et la force à le manger. Elle n'avait même plus la force de résister. Mon regard jubile, une vengeance, ma vengeance. Elle hoquette. J'éclate de rire, mon camélia est devenu un magma ensanglanté cerclé par un or rouillé par un début de craquement mental. J'avais commencé à dépasser ma limite. J'avais déjà torturé, mais jamais suite à aussi d'horribles événements et jamais surtout en étant ... dans un délire post traumatique. Je me relève, recrachant le sang, les lèvres retroussées par le dégoût. On peut clairement voir ma dentition qui arborait des canines sur la partie supérieure et inférieure complètement sorties. Mes pupilles se sont fendus en leur milieu. J'avais une vibrance animale, mon fluide faisant de moi une bête, du moins, de manière angélique. Grimmaltadel était un ange particulièrement lié au Serpent et pour ma part, c'était un mélange entre le fauve et le canidé. Mais je n'ai pas de forme animal. Je la toise, me calmant, mais mon souffle est rapide. Je suis fissurée mentalement.

_ On ne ressuscite pas des choses qui sont censées être morte, Cassandra. Regarde-moi, bien, je vais traquer tous ceux qui sont liés à l'agression de mon village, et je ferai de pire en pire. Et je terminerai par Nicolas et sa putain de fille. J'éviscérai ses entrailles devant son père que je lui enfoncerai profondément dans l'anus ... Je l'infecterai par la Maladie .. Et il devra manger sa fille ... vivante .. petit à petit ...

Je me mets accroupis, dégainant mon sabre en la regardant, souriant. Je tire dans le front de Valentin qui s'effondre lourdement sans même un regard pour lui. Je me lèche les incisives acérées. J'utilise alors le bluffe ... Mais voir si je peux tirer d'autres informations.

_ Et tu sais quoi ? J'ai déjà deux de mes enfants depuis ma création, crois moi. L'étrangler .. la noyée .. l'enfermer pour l'affamée et que Takehiko en meurt de soif et de faim ...


Je me lève, puis je tends le bras, portant mon regard vers le berceau .. De l'enfant goule Malade pourri et nécrosé .. Mais je me tétanise ... De mes propres paroles, non vas-y, ce ne sont que des bluffs du peux l'assumer. Mais au même moment, un bruissement et on m'empoigne le poignet. Je me fige, me tétanise.... Un mâle vient de me toucher ... .. Il fait un signe négatif de la tête ... qu'importe ... un homme vient de me touche ... je dois .. non .. non !


(c) Sun pour Épicode

Revenir en haut Aller en bas
Bigby Wolf
Messages : 83
Date d'inscription : 07/07/2017
Kreat
Who am i !

Finir le job [RP LIBRE] [Avertissement - R - Peut choquer ] Empty

Finir le job [RP LIBRE] [Avertissement - R - Peut choquer ]

MessageSujet: Re: Finir le job [RP LIBRE] [Avertissement - R - Peut choquer ] Finir le job [RP LIBRE] [Avertissement - R - Peut choquer ] EmptyMer 29 Mai - 15:24
détails
L'homme ou le loup ?
Beware of his bite...
ft. ...
Ʃkaemp はは ™

Elle était partie, comme un coup de vent. Elle pensait que je ne la remarquerais pas ? Perdu Taïga, j'ai remarqué, et je t'ai suivis, durant ton long voyage jusqu'à Luthéce, puis jusqu'à la maison de ce Valentin. J'étais là, à chacun de tes pas, comme ton ombre. Eden savait que je devais surveillé sa mère en toute circonstance, elle comprendrait probablement les raison de notre départ.

Vous savez ce que ça fait de voir Taïga torturer deux personnes pendant un jours entier ? Rien. Absolument rien. JE me fichais bien qu'elle se venge et torture ainsi, j'avais vu bien pire avec Dorian à l'époque et franchement, ces deux humains n'étaient pas blancs comme neige. Alors je la laissais faire, je la laissais "s'amuser" et se défouler comme elle l'entendait.

C'est quand elle alla vers l'enfant que je réagis seulement. On aurait pu penser que je ne voulais pas la laisser tuer un nourrisson innocent, mais cette immonde créature n'avait rien d'une âme pure. Je voulais juste l'empêcher de s'enfoncer encore plus dans la folie en tuant un être aussi petit et fragile qui lui rappellerait encore ses traumas.

Alors je me met dans son dos, lui attrapant le poignet en la faisant se retourner, secouant la tête pour lui dire qu'elle n'avait pas à faire tout ça. Mais je savais aussi qu'elle allait paniquer et devenir agressive parce que je la tenais. Cependant, je savais aussi qu'elle avait besoin de reprendre ses esprits et de se reprendre un peu.

Alors je lui met une baffe, ma paume de main rencontrant sa joue dans un claquement distinct en laissant une belle trace rouge, je la regarde avec mes yeux de loups, ces yeux jaunes luisants qui faisaient de moi cette bête que j'ai fini par accepter.

- Il est temps que tu te reprennes, Taïga Launwitch. Il est peut être temps que tu ouvres les yeux et accepte la réalité de ta condition, ne crois tu pas ?

Je la prenais alors à la gorge et la bloquais contre le mur, l'air féroce en la désarmant. Ce que j'allais dire allait être dur, mais c'était pour son bien. Je grogne et plonge mon regard, sévère sur elle, cette fois j'étais en colère, oui, mais pour d'autres raisons que son petit manège de torture. Je relâche sa gorge et la bloque en la coinçant contre le mur avec une pression sur le haut de sa poitrine.

- Je me fiche bien de ce que tu vas devenir, Taïga, je me fiche bien de ce que tu fais pour faire ton deuil. Mais il y a une chose que je ne supporte pas, c'est que tu ai essayée de nous abandonner en te suicidant. Oh oui, joue pas l'innocente avec moi, je sais très bien que tu as vu ce moment comme un moyen de t'échapper. D'enfin en finir. As tu seulement pensé à tout ceux que tu abandonnés dans ton sillage ? Toi qui a toujours eu peur qu'on te laisse dans la solitude, tu as voulu partir sans te retourner. Et maintenant que tu es en vie, tu cherches à t'isoler toi même ?! Et que feras tu quand tu auras enfin réussie à complètement t'enfermer, et que personne ne voudra plus s'approcher de toi car tu les auras tous repoussés ?

Je la relâche alors, puis me dirige vers le berceau, pour recouvrir l'enfant de sa propre couverture en le privant d'oxygène pour qu'il puisse mourir sans trop de violence. Comme un linceul sale avant de me retourner à nouveau vers la demoiselle.

- On t'as tous pardonné tes pêchés, Taïga, parce qu'on t'aimes et t'apprécie, et tu rejettes ça. Une longue pause dramatique dans ma phrase, avant que je ne lâche une véritable bombe. Tu me déçois, Taïga.

Hors-sujet.

Revenir en haut Aller en bas
Taïga Launwitch
Messages : 184
Date d'inscription : 09/02/2017
Age : 29
Launwitch
Who am i !

Finir le job [RP LIBRE] [Avertissement - R - Peut choquer ] Empty

Finir le job [RP LIBRE] [Avertissement - R - Peut choquer ]

MessageSujet: Re: Finir le job [RP LIBRE] [Avertissement - R - Peut choquer ] Finir le job [RP LIBRE] [Avertissement - R - Peut choquer ] EmptyMer 29 Mai - 16:30

Finir le job

Feat. ...

La claque était virulente, dure. Je n'entends pas les paroles premières de Bigby, voyant rouge. Je pousse un grognement, mais Wolf ne me laisse pas le temps de réagir qu'il me plaque contre le mur en me tenant par la gorge. Je pousse un cri de rage, me débattant violemment. Il me touche il me touche ! Un homme me touche ! Je rencontre ce regard de Bête, je serre les dents, dévoilant ma propre denture presque animale. J'en ai rien à foutre que ce soit B', qu'importe ce qu'il me dit. Je lui intime l'ordre de me relâché, immédiatement. Mais ce fils de chien m'avait complètement désarmé et plaqué contre le mur. Je tremble, chaque fois que j'essaie de le repousser, Il me replaque ou bien me maintient sans mal. Je serre les poings.

_ Mais va te faire foutre, Wolf ! Je n'ai rien à accepter ! cris-je furieusement.

_ Je me fiche bien de ce que tu vas devenir, Taïga, je me fiche bien de ce que tu fais pour faire ton deuil. Mais il y a une chose que je ne supporte pas, c'est que tu ai essayée de nous abandonner en te suicidant. Oh oui, joue pas l'innocente avec moi, je sais très bien que tu as vu ce moment comme un moyen de t'échapper. D'enfin en finir. As tu seulement pensé à tout ceux que tu abandonnés dans ton sillage ? Toi qui a toujours eu peur qu'on te laisse dans la solitude, tu as voulu partir sans te retourner. Et maintenant que tu es en vie, tu cherches à t'isoler toi même ?! Et que feras tu quand tu auras enfin réussie à complètement t'enfermer, et que personne ne voudra plus s'approcher de toi car tu les auras tous repoussés ?

Mon majordome mon relâche, je grogne. Mais qu'il me laisse tranquille. Je m'écarte immédiatement du mur, me frottant le cou comme le buste. Nerveusement, bordel, il m'a touché là. Et qu'est-ce qu'il fout ici ?! Que des questions, Cassandra est la seule encore en vie. Je ne cherche pas, j'arme mon pieds en l'écrasant violemment dans un craquement distinctif. Si Wolf avait des yeux de loup, j'avais par moment des effluves de force sur les pieds. Une force angélique ou démoniaque qu'importe, je n'en ai que faire, et c'est très brève. J'enlève immédiatement mon pieds en shootant dans cette tête qui se retourne immédiatement, la nuque brisée. Lâchant un bon vieux putain des familles. Je refuse de penser, non je refuse de penser. Je délaisse complètement le morveux zombifié que Bigby achève à sa manière. Je fais les cents pas, il a essayé de me toucher. Il m'a touché !
Je secoue la tête, je n'arrive pas à parler, puis je me plante face aux cadavre de Valentin. Je lui donne aussi un violent coup de pieds. Pestant, puis je place à l'écart des cadavres en croisant les bras. Fixant de mon camélia fané cerné de mon or terne le sol poussiéreux. Je suis sale, j'ai fais couler le sang, j'ai violer un homme et une femme, et je les ai torturé. Et j'allais le faire sur le bébé morveux abominable. Tant mieux. T'façon...

- ... Tu me déçois, Taïga.

Je reste interdite, très lentement, je ferme les yeux. Ma bouche restant scellée un instant. Je me frotte inconsciemment les endroits où B' m'a touché, comme pour me nettoyer. Non pas que c'est lui, mais c'est un mâle. Un mâle qui m'a plaqué contre le mur et m'a fait du mal. Et c'est encore pire que je l'aime. Je fusille froidement, Bigby de mes yeux fendue comme les animaux. La Taïga pétillante et sensuelle est bien loin. Non, là, c'était juste de la neutralité totale. Ou plutôt, une colère froide, une envie de me châtier moi-même. Je le sais très bien, et puis me venger. Je gronde, pareillement à un animal, le défiant clairement du regard. Mes yeux s'humidifient cependant, mais je me fais violence pour ne pas pleurer, ni ressentir ce qui m'avait complètement détruit il y a quelques jours.

_ Et bien, c'est parfait ! Je vais décevoir tout le monde comme toi, je ne voulais pas revenir, et tout ce que tu me dis, c'était bien avant que je ne découvre que je me rappelle que j'ai assassiné mes propres enfants et tué mon mari.

Bigby ne me quitte pas de sa vision, me répondant toujours aussi agacé ou tendu qu'il était là depuis le début, et que pourtant il n'est pas parti, qu'il se contrefous de mes erreurs passé. Je me passe une main sur le visage, l'enfant remue... Puis le voilà qu'il couine... et commence à pleurer...s'estompant très vite pour chercher son souffle... très lentement s'éteindre. Abomination ou pas, ca reste un gosse. Je regarde mes mains, puis mon amant. J'oscille entre les deux. Mes murs s'ébranlent, je n'arrive pas à suivre le fil de mes pensées. Je serre les dents, Bigby était là, depuis le début. Il n'a pas.. broncher, assistant depuis le début. Je soupire lourdement, je ne sais plus quoi penser. Prenant la tête entre mes mains. Je pousse des complaintes de douleur mentales, comme un mal exponentiel invisible. Comme si je lutte contre moi-même pour empêcher mon coeur de s'ouvrir.

_ Je ne veux pas .. Je ne veux pas .. Je ne veux pas, Wolf. Je ne veux pas devenir une ange, je ne veux pas enfanter pour le devenir, je voulais rester humaine ! Et merde je me plains encore !

Je grogne, me redressant cette fois, les larmes coulent pour de bon. Mais je garde mes distances, il est clair que c'est pas moi qui vais aller dans ses bras, même si j'en crève d'envie. Mais cette peur me bousille le mental. Mon visage s'adoucit, même s'il est chagriné, je n'arrive pas à résister... Face à ma famille, ou les proches de mon Conseil, je n'arrive pas rester de marbre. Je tremble, mordant ma lèvre inférieure. Je regarde dans tous les sens, ma respiration s'accélère, trop rapidement. J'ai été pardonnée, mais je n'arrive pas à l'accepter. Je ne comprends pas. Je secoue la tête, inspirant plus que je n'expire, ou bien le contraire. Je ne sais plus. J'agrippe mes dreads, arrêtant de faire les cent pas. Mes pupilles tressautent, regardant plusieurs choses sans s'arrêter. Mes membres s'engourdissent ... et mon coeur se contracte violemment, je hoquette en m’effondrant à genoux. Faisant une crise d'hyperventilation.

_ Ne me touche pas ! ... Pourquoi ... Pourquoi tu m'a suivi bordel ? Eden a besoin de toi plus que jamais, je sais très bien qu'elle te veut pour homme bordel. Tu n'as rien à faire là, B'. Laisse-moi faire le sale boulot et retourne là-bas !


Sans faire attention je me recroqueville en pleurant à chaudes larmes, j'essaye de me calmer, j'y parviens. Plus ou moins, cette fois je gémis de mal, me tenant les bras comme une étreinte solo. Esseyant de me soulager d'un poids... Mordant à sang ma lèvre inférieure, je secoue encore la tête, Je n'arrive même plus à penser correctement. Je triture ma lèvre, et c'est en faisant un faux mouvement, que l'attache de mon corset frotte trop vigoureusement l'une des pousses de mes ailes avec son embout en métal et contre ma peau. Je hoquette en couinant de douleur. Je me cambre, portant une mai à mon dos. Deux long filaments translucides d'une trentaine de centimètres. Au toucher, c'est comme si c'était quelque chose de doux qui pourrait rompre à tout moment, que frotre pouce pourrait s'y coller légèrement à cause de la transpiration ... mais qui est soyeux ... et à l'intérieur .. vous voyez le fluide angélique aux couleurs d'un bleu d'azur et d'un vert océanique circuler, une teinte exotique pailleté d'or. L'un était donc complètement sortie, alors que l'autre était enfermé entre mon corset et ma colonne vertébrale. Je tourne la tête... cherchant mon couteau ... ayant laissé mon sabre à l'hôtel... Je pleure véritablement, regardant B', j'affaisse mes genoux.

_ Ils ont repoussé... ils ont repoussé... ne regarde pas, rends-moi .. rends-moi le cout-... No éloignes-le ! Je ne veux pas le voir ! Pas cette lame blanche ... pitié aide-moi .. aide-moi Bigby ... J'ai encore l'impression d'y être.... Tout se mélange dans ma tête. Ces salles de laboratoires ... Taiganikasan ma première incarnation qui noie son propre enfant ... mes visions de quand j'ai enfermé mon fils au grenier pour le protéger ... le combat à mort avec mon mari Velkan à cause de mon démon ... et ... et ...tout me revient en mémoire. .. J'ai encore l'impression d'être encore enfermé dans ce cauchemar de la nuit de l'attaque du village. . Je vois tous ces morts .. tous ces morts. ... les enfants, les bébés .. les mères .. les pères .. les vieux .. Et je .. tout le monde ...Tu te faisais planter devant moi ... Je suis enfermé dans ce cauchemars sans fin, mon cerveau ne veux pas percuter qu'il n'y a plus de danger.. je dois .. je dois tous les traquer ... jusqu'au bout ... venger mon clan ma famille ... Ca fait trop mal .. A l'aide B' ...

J'agrippe une de mes cordes d'armature d'aile, essayant de tirer dessus. Me recroquevillant, mais la douleur fuse, mon mur est complètement défoncé. Comme si je me vide de mes forces. Je n'y arrive pas .. Je pleure pour de bon. C'est une spirale infernale, il n'y a pas de fin.

(c) Sun pour Épicode

Revenir en haut Aller en bas
Bigby Wolf
Messages : 83
Date d'inscription : 07/07/2017
Kreat
Who am i !

Finir le job [RP LIBRE] [Avertissement - R - Peut choquer ] Empty

Finir le job [RP LIBRE] [Avertissement - R - Peut choquer ]

MessageSujet: Re: Finir le job [RP LIBRE] [Avertissement - R - Peut choquer ] Finir le job [RP LIBRE] [Avertissement - R - Peut choquer ] EmptyDim 9 Juin - 10:29
détails
L'homme ou le loup ?
Beware of his bite...
ft. ...
Ʃkaemp はは ™

Le problème de Taïga ? C'est qu'elle part en vrille, dès qu'un truc ce passe un peu trop intense au niveau émotionnel. Alors je l'observais,là devant moi, partir d'abord dans la colère en me disant d'aller me faire foutre, que je n'avais pas à être là. Puis que c'était tant mieux si elle décevait tout le monde au final, qu'elle se rappelait maintenant être un monstre ayant tué ses enfants et son mari.

Mais qu'est-ce que j'en ai à foutre sérieusement ? Cette Taïga là, elle n'est plus là, cette Taïga là, elle est...

- Morte. Cette Taïga que tu décris est morte, aujourd'hui, tu n'es plus cette boule de haine et de rage contenue avec un démon en toi. Cette Taïga là, elle s'est ôté la vie il y a quelques jours.

C'était exactement ça. Le monstre qu'elle percevait est mort, et aujourd'hui ? Aujourd'hui c'est à moi d'empêcher qu'un second monstre émerge en elle. Je reste droit, l'enfant n'était plus, alors je lui accordais toute mon attention. Mon regard de loup plongé sur elle avec un mélange de froideur et de chaleur.

Elle finit par éclater, ses murs et ses défenses n'y tiennent plus et ses émotions se déversent tel un barrage venant de céder. Elle pleure, arguant qu'elle ne veut pas devenir une ange, qu'elle ne veut pas enfanter pour le devenir. Elle voulait être humaine... Je grognais à cette réponse.

- J'aurais voulu être humain, moi aussi, figure toi. Et contrairement à toi, je n'ai pas la chance de pouvoir me transformer en ange, je serais une bête jusqu'à la fin de mes jours. Alors peut être que tu devrais arrêter de te plaindre pour quelque chose de positif. Car une humain n'aurait pas la force de défendre Lame Spirituelle en plus d'en être la cheffe.

Je m'approche, mais elle hurle de ne pas me toucher, et .. Oups, semble t'il que la demoiselle est au courant pour Eden et moi. Mais bon, ça c'est... Vraiment secondaire par rapport au sujet actuel. Et puis.. Je n'aime pas moins Taïga que je n'aime Eden. Chacune à leurs façons. De plus, Eden me veut peut être comme homme, mais je sais qu'un jour, elle trouvera quelqu'un d'autre qui fera réellement battre son coeur. Du moins je le crois, au pire.. J'aviserais le moment venu.

- Tu te trompes, Taïga. Eden n'a pas besoins de moi, elle a grandit, elle est devenue bien plus forte que tu ne veuille t'en rendre compte. Et même si elle a besoin de moi, je suis presque sûr qu'elle a autant besoin de sa mère.

Et alors que ses pousses d'ailes se dévoilent dans un faux mouvement, c'est la goûte de trop, elle s'effondre à genoux en pleurant, essayant de les arracher à main nue, me réclamant le couteau avant de me dire de le mettre hors de sa vue. Je prend le couteau et le range dans mon pantalon, mieux valait pas laisser l'arme du crime sur les lieux.

Elle déraille, sa mémoire s'embrouille, alors lentement, je m'approche d'elle et l'amène contre moi, la relevant pour la serrer simplement, sans un mot de plus. Frottant son dos pour la réconforter. De toute façons, il fallait qu'elle oublie sa peur de se faire toucher, et c'était encore le meilleurs moyen, lui faire comprendre que les hommes ne sont pas tous là pour lui faire du mal.

Je desserre et abaisse un peu son corset, libérant la deuxième pousse pour qu'elle s'étende, puis recommence à caresser et frotter le dos de la dame Launwitch. La pauvre était vraiment dans un sale état, mais bien sûr, cette conne à voulu encore tout garder pour elle. Je lui ai dit, je lui ai demandé plusieurs fois si elle voulait m'en parler. Mais non, tête de mule va.

- shhh... C'est fini Taïga. Tout est fini. Arrête de vouloir te mutiler, arrête de plonger dans le passé. L'avenir s'offre à toi, ne le rejette pas, ne fait pas cette erreur. Je l'ai déjà faite, et tu as vue comme ça m'a détruit de vivre dans le passé. Il faut que tu te reprenne, et que tu arrête de vouloir empêcher tes ailes de pousser. Tu sais pourquoi ? Je murmure à son oreille, doucement. Tu es magnifique, comme ça, je trouve. Et tu le sera encore plus avec de vrais ailes.

Hors-sujet.

Revenir en haut Aller en bas
Taïga Launwitch
Messages : 184
Date d'inscription : 09/02/2017
Age : 29
Launwitch
Who am i !

Finir le job [RP LIBRE] [Avertissement - R - Peut choquer ] Empty

Finir le job [RP LIBRE] [Avertissement - R - Peut choquer ]

MessageSujet: Re: Finir le job [RP LIBRE] [Avertissement - R - Peut choquer ] Finir le job [RP LIBRE] [Avertissement - R - Peut choquer ] EmptyLun 10 Juin - 13:28
Finir le Job
De l'épine croît la rose, et de la rose croît à nouveau l'épine.
Ft. Bigby Wolf
Morte, cette Taïga n'est plus pour en renaître une nouvelle. J'ai sincèrement du mal à y croire, les paroles de B' me ramènent à un semblant de raisonnabilité, mais ce n'est pas suffisant, je suis toujours en proie à ma propre gestuelle destructrice. Et c'en est à un tel point, que je ne percute pas tout de suite lorsque le loup me prend contre moi. Me relevant doucement, je ne sursaute que quand le majordome caresse mon dos en me serrant sans un mot contre lui. Je le supplie de me lâcher d'une voix étranglée, mais je n'ai plus la force de lutter moralement contre quoique ce soit. En cet instant, on pourrait faire ce que l'on souhaite de moi, une fois mes barrières brisées et mes sanglots en nuée, il y a toujours ce temps où je suis d'une vulnérabilité décroissante. D'abord extrême, là, dans les bras de mon loup, qui s'estompera au bout d'une semaine ou deux je pense. Mais je suis bien entourée, je le sais au fond de moi. J'ai toujours su m'entourer d'une famille, jamais je ne suis complètement seule. Peut-être que ce trou béant en moi depuis l'arrachement de Greg n'es pas dû au manque, mais plutôt parce que j'avais peur. Peur de n'être plus que l'ombre de moi-même, trop faible pour protéger mon village, car je refuse de montrer à quiconque l'étendu du traumatisme d'avoir vu mon village se faire détruire par des anges, de subir la mort de dizaines d'enfants et de nourrissons et vieillards, devoir enterrés ces corps...
Si je paraîs la tête sur les épaules, réconfortant mon village, prononçant de grands discours, être là pour la communauté. J'en ressors affreusement affectée, effondrée dans les bras d'un de mes amants. Avec eux, je n'ai pas besoin d'être cheffe, celle qui doit toujours assurer et pouvoir diriger les opérations de rénovation sans sourciller, assurer les cours et cellules psychologiques sans se briser. S'adapter constamment, faisant appel à des compétences presque oublié, jusqu'à ne plus pouvoir m'occuper de moi-même. Non, je sais que chacun des membres de mes Seconds et Elites, je peux me montrer détruite devant eux, qu'ils prendront soin de moi. Et plus particulièrement Marc et Bigby en ne comptant pas Damon ou Daniel.

Bigby abaisse mon corset, le desserrant légèrement. Ma poitrine se révèle à la limite des tétons, offrant un décolleté bien plus outrageux. Je serre les dents en me figeant lorsqu'il libère mon appendice emprisonnée. Le soulagement est tel... le filet d'une trentaine de centimètre qui était tout recroquevillé et plié douloureusement s'étire rapidement avec son compère. Les étendant inconsciemment de toute leur hauteur vers le haut. J'en pousse un long gémissement de soulagement, d'une voix presque cassé, essayant de sécher mes larmes. Je me maudis intérieurement, j'allais devoir accepter des choses qu me poussent entre les omoplates.

- shhh... C'est fini Taïga. Tout est fini. Arrête de vouloir te mutiler, arrête de plonger dans le passé. L'avenir s'offre à toi, ne le rejette pas, ne fait pas cette erreur. Je l'ai déjà faite, et tu as vue comme ça m'a détruit de vivre dans le passé. Il faut que tu te reprenne, et que tu arrête de vouloir empêcher tes ailes de pousser. Tu sais pourquoi ? Je murmure à son oreille, doucement, Tu es magnifique, comme ça, je trouve. Et tu le sera encore plus avec de vrais ailes.

Je me fige instantanément, en écarquillant les yeux. Non pas que je me trouve moche, au contraire, je n'ai jamais eu de soucis avec ça. Mais plutôt parce c'est dit avec une telle délicatesse et de bienveillance que je ne pouvais pas le rejeter, jusqu'à là, j'ai laissé mes bras pendre lamentablement le long de mon corps, mais je les redresse très timidement. Habilement et sans demander son avis, je déboutonne maintenant en une fraction de seconde sa chemise pour dévoiler son torse. J'avais besoin de sentir le musc de B', c'est plus fort que moi. Combattant cette révulsion qui me gagne, mon coeur ratant violemment un battement aux paroles d'un des deux hommes de ma vie. J'avais aussi frémis à la vibration de sa voix purement grave et plus rauque que Marc. J'entoure sa taille musclée, semblant ridiculement petite à côté de lui. Le bonhomme faisait un peu plus de 20 cm de plus que moi en même temps. Je tremble, avant de basculer ma tête en arrière pour plonger mon regard dans celui du canidé. Mes pupilles aux couleurs hybride profitent de cet instant précis pour se fendre en leur milieu de manière presque similaire à mon Majordome. Mais mes yeux n'avaient pas de connotation de félidé ou à leur Némésis, ni serpentine. Je lui sourie faiblement en ouvrant la bouche, dévoilant par la suite mes canines habituelles sur le haut de ma denture, mais celles d'en bas semblent aussi acérées et proéminentes. Ouais je suis une sorte de Bête, ou pas. Je n'ai rien d'animal, ou peut-être le suis-je d'une manière angélique. Les Anges Mages n'était pas là pour plaire physiquement, ce sont des guerriers craint pour leur comportement presque répulsif et craints parce qu'ils sont autant dans les bras de Dieu que de Satan. Et pourtant, je suis réellement une ange.  De plus, il semblerait que j'ai toujours gardé le même régime alimentaire surnaturelle que lorsque j'étais démone, un cadeau de Satan ? Le fait de pouvoir me nourrir de n'importe qu'elle essence magique pour nourrir la mienne ? Je pense que cette incapacité à renouveler de moi-même mes pouvoirs comme la vitalité des vampires est dû au fait que je sois l'âme soeur d'un Gardien du Savoir. Et les Gardiens du Savoir sont les seuls à avoir ce régime si semblable aux sangsues.
Mes perles continuent de larmoyer, mais mes larmes se sont calmées. En cet instant, je ne pense à rien d'autres qu'à me raccroché à la bouée que m'offre B'. Je resserre mon étreinte comme une damnée qui n'est en rien surnaturelle au vu de la perte de mes pouvoirs.
 
_ Alors promets-moi que plus rien ne me fera replonger dans le passé. Je t'en conjure, B'. Préserve-moi de toute menace concernant ce passé. Il est mort et enterré avec la démone incarné que j'étais. Ma famille actuelle, toi et marc êtes mes amours. Sans vous deux, je me serai perdue depuis bien longtemps. Je ... Je rêvais tellement de pouvoir me libérer de cette haine vengeresse en moi, cette volonté à vouloir punir tout le monde... que maintenant que je ... n'ai plus cette vois dans ma tête, ces hurlements continuels ... j'ai pris peur ... de ce silence, ce vide ... je voulais entendre celle de Valentin. Mais j'avais juste peur ... et tu étais là ... tu es là .. C'est fini ...



Oui, c'est fini, mon sourire soulagé s'accentue difficilement, enfin. Un poids n'est plus, mes yeux n'expriment qu'un douloureux soulagement difficilement accepté, mais une pointe de volonté à avancer. Je me mets sur la pointe des pieds, collant le torse de B' contre moi grâce à ma menotte, réclamant un baiser. Et il y répond, je ferme instinctivement les yeux. Moi qui habituellement sois passionnelle, en cet instant, notre étreinte buccale est langoureuse et transpirant un amour réciproque. J'embrasse Bigby comme je le fais à mon mari, et Marc n'y échappera pas. Je relâche mon souffle en un son fébrile, goûtant la muqueuse interne et le membre humide de mon Majordome, mon coeur battant la chamade. Je l'embrasse, pendant un moment qui ne dois s'arrêter que lorsque je manque de souffle. Les deux pousses d'une trentaine de centimètre semblent presque mandibulaires, de sensuels mélanges allant du vert d’émeraude au bleu d'azur aux reflets nacrés océaniques. Le tout translucide, elle se redressent délicatement, imitant grossièrement le geste des ailes d'un ange véritable qui bat de son pennage.  

_ Je vais arrêter de chercher l'âme de Velkan, quelque part, j'ai toujours espérer qu'il revienne avec mon fils. Mais maintenant, je me rends compte oui qu'il n'est jamais bon remuer les morts comme ça. Bigby ...


Ma voix est faible, mais bien plus calme, je pose mon menton sur son poitrail, le sondant. Je ne savais plus quoi dire en réalité, le contrecoup était épuisant, et il y avait tellement de choses à dire ... Je lui sourie cette fois en coin, arborant un petit air malicieux mais encore timide.

_ Je vais essayer d'accepter ces ailes, si tu les trouves magnifiques et je te fais confiance... Mais .. hm ... il y a un pack de bière et 3 cartouches de cigarette dans les sacoches de ma moto à l'entrée avec une jarre d'essence ... Je veux profiter du reste de la soirée avec toi à boire au renouveau ... et je dois me débarrasser de ces corps... je dois aussi du coup faire un travail pour le chef de Lutèce qui m'a rendu service... et j'aurai peut-être besoin de toi... enfin .. bon voilà... il s'agit dune cargaison venant de Russie par une communauté qui faisait partie de l'axe commercial avec Lame Spirituelle et Lutèce mais ... elle était supposée avoir été... détruite par des créatures ... et là-dedans, ça pu la mort mais ça bouge ... je n'ai plus la possibilité de lire les âmes ... enfin on s'en occupera plus tard si tu veux, ou moi-même.


Je me hisse de nouveau sur la pointe des pieds, non pas pour un baiser, mais parce que je voulais les bras encore de mon majordome. Je lui saute en réalité dessus, entourant habilement mes jambes autour de ses hanches, ma tête sur son épaules et mes bras sur son torse, je voulais être protéger par un de mes hommes, très douce et aimante. Réclamant l'amour de B'. Mes filaments se déploient automatiquement, avant de se laisser mollement retombée alors que je suis blottie contre lui.

Revenir en haut Aller en bas
Bigby Wolf
Messages : 83
Date d'inscription : 07/07/2017
Kreat
Who am i !

Finir le job [RP LIBRE] [Avertissement - R - Peut choquer ] Empty

Finir le job [RP LIBRE] [Avertissement - R - Peut choquer ]

MessageSujet: Re: Finir le job [RP LIBRE] [Avertissement - R - Peut choquer ] Finir le job [RP LIBRE] [Avertissement - R - Peut choquer ] EmptyMar 18 Juin - 19:10
détails
L'homme ou le loup ?
Beware of his bite...
ft. ...
Ʃkaemp はは ™

Nous restions de longues minutes ainsi, enlacés dans une étreinte à la fois salvatrice et passionnée, tandis qu'elle me demandait de la protéger de son passé, de l'empêcher d'y sombrer à nouveau. annonçant par la suite qu'elle ne chercherait plus l'âme de son défunt Mari... Et enfin qu'elle avait du coup des détails à régler avec le chef de la communauté qui l'avait aidé à retrouver cet endroit et ces gens. Tout un programme n'est-ce pas ?

Je lui enserre la taille de mon bras, puis l'amène à l'extérieur près de sa moto, hors de question que je la laisse hors de vue la tout de suite. Va savoir pourquoi mais j'ai un mauvais pressentiment, alors je préfère l'avoir à l'oeil pour pouvoir la protéger en cas de besoin. Il faut dire qu'à cet instant précis, elle est aussi vulnérable qu'une poupée de porcelaine et je me doutais que cette information peut valoir de l'or pour certaines personnes.

Une fois près de sa moto, je fouille les sacoches et en sort les bières et les clopes, lui envoyant une canette pendant que je colle une cigarette au coin de ma bouche, puis je m'ouvre une bière pour moi, je m'assois à moitié sur sa selle et observe la maison délabré de cet humain décédé.

- On fait tout cramer, ce sera suffisant. On allume le gaz et on laisse une bougie ou une allumette à côté.

Je bois une gorgée de bière et m'allume la clope, puis envois le paquet de tabac et le paquet d'allumettes à Taïga pour qu'elle s'en paye une. Je croise les bras avec ma canette sur mon flanc gauche, expirant une fumée grisâtre d'entre mes dents, mes yeux de loups luisant au travers de la brume cancérigène.

- Je te protégerais, Taïga, ce sera toujours le cas. Tu pourras toujours compter sur moi. Et bientôt, tu pourras même compter sur Eden qui devient un peu plus apte à maîtrisé son pouvoir chaque jour.

Je rappelle Eden pour une raison précise, Taïga est sa mère, et il est temps qu'elle agisse comme tel avec elle. Car même si je suis son mentor, je peux lui apprendre à se maîtrisé elle même, mais je ne connais rien en magie démoniaque tandis que Taïga oui.

Hors-sujet.

Revenir en haut Aller en bas
Taïga Launwitch
Messages : 184
Date d'inscription : 09/02/2017
Age : 29
Launwitch
Who am i !

Finir le job [RP LIBRE] [Avertissement - R - Peut choquer ] Empty

Finir le job [RP LIBRE] [Avertissement - R - Peut choquer ]

MessageSujet: Re: Finir le job [RP LIBRE] [Avertissement - R - Peut choquer ] Finir le job [RP LIBRE] [Avertissement - R - Peut choquer ] EmptyMar 18 Juin - 23:03
Finir le Job
De l'épine croît la rose, et de la rose croît à nouveau l'épine.
Ft. Bigby Wolf
Heureuse de pouvoir enfin me libérer de mon poids et apprécier le contact d'un de mes proches avec un minimum de répulsion ? Oui. Cette peur est toujours là, mais s'amoindrie au rythme des secondes, minutes. Une aubaine. Dans cette étreinte aimante, je laisse mon majordome me conduire dehors, enfouissant ma tête dans son épaule en fermant les paupières. Je ne veux plus porter mon regard sur cette horreur, j'ai déjà assez traumatisée ma psychologie avec cette torture depuis l'attaque du village. On va s'en remettre, on va s'en remettre, même si j'ai perdu la moitié de mon village, ça fait tellement mal ...
Je tremble légèrement à cette pensée, me crispant subtilement, envahissant mes poumons du musc de mon mâle, en ayant besoin pour éclaircir mes esprits. Ou surtout aussi que c'est comme une drogue pour moi, j'ai besoin de remplir mon crâne de ces phéromones dominantes. Un vrai régal pour mes sinus et mon coeur qui se retourne sur lui-même.

Une fois dehors, je laisse B' piquer ma place favorite où je m'adosse en temps normal pour contourner la moto. J'avais aisément attrapé la bière, l'ouvrant immédiatement à l'aide de ma canine supérieure afin de boire plusieurs gorgées goulûment et m'exclamer de soulagement. Perdant mon regard vers le vide, souriant en coin. Ah mais .. j'ai failli oublier. Pendant que B' observe le futur tombeaux de mon torturé, je m'empresse d'ouvrir mon sac principal au cul de ma bécane pour y fouiller et sortie la fameuse. Je dois absolument cacher mes ailes à la vue de tous, dans cet état. Je ne veux pas que ces salopes deviennent ma faiblesse. Donc si je ne peux plus me les arracher, autant les subtiliser sans me les atrophier. Et quoi de mieux ... que ça ?

Veste de Taïga:
 

Ma chère et tendre veste militaire ? Celui spécialement conçu pour moi ? Une parure de seigneur de guerre. Un tissu noi épais en double couture et soulignée par des contour d'un rouge sang de cuir. Des boutons de manchettes en argents massif à la fermeture militaire du même matériau. Une couture de première ordre, très long manteau soulignant mes courbes avant de s'évaser à la taille jusqu'à mes chevilles. Les épaulettes n'ont cependant pas de marque de hiérarchie, juste encore ces pressions en argent. Au dos de ce long manteau de guerrière, le blason de mon clan cousu. Mes pousses s'alignent parfaitement aux courbes de ma silhouette pour ne pas se plier sur elles-mêmes. Tant mieux. Je pousse un sourire de soulagement, remontant mes dreadlocks en un chignon leste, laissant quelques mèches rebelles, dont la principale cadrant mon visage de mon côté gauche. Un simple cylindre d'or entouré par une opale bleuté fermée sur ma dread, un bijou de la même manufacture que celui d'Egregario qu'il a dans ses cheveux au même emplacement. Mes breloques dans mes cheveux se mettent à tinter, s'entrechoquant discrètement, je sourie en coin, laissant retomber mes bras. Parfait, je me sens mieux.

- On fait tout cramer, ce sera suffisant. On allume le gaz et on laisse une bougie ou une allumette à côté.

_ Entièrement d'accord, on va tout faire sauter, c'est ce que j'avais prévu de toute manière, d'où la jerricane d'essence à côté de la moto.


Je me tourne, me plaçant juste à côté de la bécane, mais restant debout en prenant appuie sur une hanche. Déboutonnant les pressions de mon long manteau. Le vent se lève, faisant voler le pan de mon manteau, ondulant comme un serpent furieux. Je ne réagis pas, au contraire, du courant frais me fait du bien. Je respire alors à pleins poumons, réceptionnant la cartouche de cigarette pour m'en tirer une. Mais avant que je ne puisse l'allumer, je relève un sourcil en observant la scène de mon loup qui me parle de sa voix raillée derrière la fumée cancérigène. Je reste un instant à le contempler, mettant un moment à percuter ses paroles. Seigneur, qu'il est diablement sexy. Et voilà, Eden. Je soupire lourdement, baissant à contrecoeur mon regard. Je relève une jambe, faisant une rotation du pied spécifique et la tapote sur mon genoux. Un très vieux zippo sort alors de ma semelle de botte, argenté et scintillant, rayé par le temps mais on peut encore clairement voir une image gravée et colorée, la couverture d'album de Metallica, Master Of Puppets. Je baisse ma jambe, allumant la flamme par un geste sur ma cuisse et allume ma cigarette, puis je recrache la fumée, faisant une flamme sur la clope qui grossis et s'éteint rapidement. Je range ainsi le zippo dans ma poche, me perdant de nouveau dans le vague, surtout vers ce Soleil couchant au loin. Mon visage se peint d'un air neutre, ou plutôt calme. Comme si je réfléchis, et c'est le cas., refusant de porter un nouveau regard sur la maison délabré. Diable, ce que c'est magnifique l'Irlande à cette époque de l'année.

_ Eden est censé reprendre le flambeau après moi, devenir la nouvelle maîtresse du clan. Mais elle loin d'être prête, je te fais confiance. J'essaye de lui léguer mon savoir comme l'a fait ma mère, mais notre petite Eden a stopper les cours le jour où elle a réalisé ce qu'il en coûte d'être une cheffe. C'est une pacifiste qui détient un puissant pouvoir, mais qui refuse de se battre, elle a peur de verser encore du sang depuis qu'elle a tué encore foetus pour me protégé contre Amanite et... d'essuyer les mêmes traumatismes comme il y a trois jours. Elle rejette virulente tout ça. Il faut qu'elle aille en Egypte, aller dans notre caveau familiale pour rencontrer notre ancêtre, car Cleotis... maîtrisait la même magie qu'Eden... son pouvoir lui vient d'elle... Eden a juste dans ses veines, le premier pouvoir qui a fait des Launwitch des immortels à cause de Satan. La magie du sang, une très vieille essence liée à la nécromancie, et la dague de diamant et de cristal que j'ai donné à ma cadette a justement été façonné par Cleotis. Son pouvoir à son paroxysme pourrait même faire plier les archidémons comme Miraviël ou encore Belzébuth. Les démons de sang... sont les premiers Démons Incarnés, l'équivalent des Gardiens de la Mort, mais pour les démons. Et même s'ils ont disparu aujourd'hui, Satan les as tous absorbé pour les mettre dans le corps de Cléotis, car ils ont tenté de le renverser. Et maintenant ce sang est prisonnier, circulant dans nos veines depuis lors, et Eden a... réussi à la réactiver grâce à Egregario il y a très longtemps.. mais c'est dangereux, elle pourrait en mourir, d'où le fait qu'elle doit apprendre à le maîtriser, même si elle ne s'en sert pas. Car il suffirai une inattention de la part de Satan qui prendrait une forme de chair et de sang de sexe féminin et enceinte... pour le rendre... vulnérable à ce genre de magie...


Je me perds dans mes propres explications, ayant pris mon menton entre mon index et mon pouce, le regard levé au ciel dans une profonde réflexion. Je suis une réelle passionnée de démonologie et ma connaissance du monde surnaturelle est quasiment infuse depuis... que j'ai accès aux mémoires d'Egregario et de ma première incarnation, voir-même sûrement complète si je parviens à tout débloquer. Mais il y a très certainement des vérités qui méritent de rester dans l'oubli. Je laisse donc ce poids à mon âme soeur. Je souffle, tapotant le philtre pour faire tomber de la cendre qui vient immédiatement se coller à ma main en s'incrustant dans les pores de ma peau. Je ne réagis pas. Après tout, mon fluide dégage une odeur proche de celui de cette poussière incendiée. Je repporte mon attention à mon majordome, souriant calmement.  

_ J’essaierai de parler à Eden, elle doit vivre une véritable vie, tu as raison.


Je m'étire, puis je tourne le dos à mon majordome, lui présentant le dos de ma veste, je ferme les yeux, inspirant profondément avant d'expirer lentement. Me berçant des derniers rayons de ce Soleil couchant... ses rayons allant de l'or blanc incandescent à un mordoré enflammée pour mûrir sur un rubis rougeoyant et mourir en un gris anthracite. En cet instant, des mirages se font voir depuis mon dos, comme un reflet invisible en forme d'ailes, absorbant les couleurs du ciel pour me l'approprier. Je ne m'en rends pas vraiment compte, puis je redresse doucement mes paupières, souriant toujours. Faisant comme la paix avec moi-même. Puis je me retourne, fumant toujours ma cigarette entre mes lèvres et m'approche de mon majordome, roulant des hanches de manière envoûtante. Mordant ma lèvre inférieure, je détaille mon loup de mes prunelles, surtout ses yeux d'un prisme bestial. J'élargie l'étirement de mes lèvres, gloussant. Rebonjour Taïga sensuelle, ça fait plaisir de te voir, oui à moi aussi. Bigby fait ressortir ce qui a de plus aimant en moi, et en cet instant, je désirai mon amant, mais l'amour que j'éprouve pour lui est bien plus fort. Je ne désire pas spécialement une bonne partie de jambes en l'air avec lui tout de suite, mais .... sa présence, ses bras, bien que je dirai pas non à son sexe. Irrécupérable.

_ Avant qu'on ne crame cette maison B', j'aimerai te toucher deux mots avec ta relation avec ma fille. Je la connais par coeur, j'ai très vite deviné de quoi il en retournait... Quel vicieux fais-tu, non ? Mais je ne t'en veux pas, ni à elle. Bien que je préfère que ma fille fréquente un homme plus de son âge et qu'elle ne se tape pas un des hommes de ma vie. Eden fait ce qu'elle veut, tout comme toi. Mais ... garde à l'esprit que tu pourrai un jour devenir son père, et ma fille a une vision très malsaine sexuellement avec ce genre de chose à cause d'Amanite... je veux la préserver et la protéger des choses qui feront d'elle une marionnette de guerre. Donc, je te fais confiance, tu as entre tes mains une de mes raisons de vivre. Et qu'elle grandisse à nos côtés. Mais un jour tu devras faire un choix entre elle et moi, Marc ne touche pas à mes filles, et je préfererai que ça soit de même pour toi... plus tard, pour l'instant faites comme bon vous semble mais... il est hors de question que tu fréquentes ma fille si on a ensemble un enf-.. ou.. qu'on se mar-..


Si j'ai parlé malicieusement et calmement en étant cependant clair et concise, faisant comprendre que je suis sérieuse. Je me perds dans mes paroles, me mettant à rougir, mais aussi à trembler un peu de peur. Pourtant j'ai bien raison de dire ça au vu de ma condition. Je rougis, me redressant et lui tournant le dos pour descendre ma bière en entier, et terminer ma cigarette en silence.

Revenir en haut Aller en bas
Bigby Wolf
Messages : 83
Date d'inscription : 07/07/2017
Kreat
Who am i !

Finir le job [RP LIBRE] [Avertissement - R - Peut choquer ] Empty

Finir le job [RP LIBRE] [Avertissement - R - Peut choquer ]

MessageSujet: Re: Finir le job [RP LIBRE] [Avertissement - R - Peut choquer ] Finir le job [RP LIBRE] [Avertissement - R - Peut choquer ] EmptyMer 19 Juin - 18:18
détails
L'homme ou le loup ?
Beware of his bite...
ft. ...
Ʃkaemp はは ™

On est posés, Taïga se détend avec ma présence et se laisse un peu aller, elle me fait confiance et fini même par me mater par moment, je le vois dans son regard, elle veut jouer avec moi un peu. Mais un peu avant, elle me fait un petit cours rapide de démonologie, auquel je ne comprend... Absolument rien. Enfin si : La première Launwitch contient l'âme de tout les démons de sang et l'a transmis à sa lignée, les démons de sang, c'est puissant, Eden à réveiller son côté démon de sang. Eden est puissante. Eden doit faire attention, sinon Eden se faire bobo et bobo aux autres.

Voilà voilà, moi j'suis pas une tête, j'aime pas trop réfléchir sur ce genre de sujets, je suis quelqu'un avec un sens tactique militaire développé, des compétences de soldat acquises au cours de nombreuses années, je sais être un père, un mari... Mais alors un érudit ? Laisse tomber, j'ai arrêter les math après les multiplications. C'est pas l'histoire démoniaque qui va être mon sujet de prédilection.

Et très vite après, je retrouve ma Taïga chaudasse qui en veut, puis à nouveau, elle se coupe dans son élan, elle même, pour me parler d'Eden, me faire un avertissement par rapport à notre relation. Je comprend cet avertissement et réplique de ma voix grave et rauque de fumeur invétéré.

- Ne t'en fais pas, je ne comptes pas rester avec Eden, elle ne conçoit pas encore l'amour d'une bonne façons, et je compte le lui inculquer, pour qu'elle comprenne qu'il ne faille pas voir en moi une âme soeur mais juste un mentor et une figure paternelle. J'espère bien qu'elle puisse trouver un jour un véritable amant de son âge, quelqu'un qui saura lui donner l'amour qu'elle conçoit. Donc... Ouai, ne t'en fais pas, je gère son éducation à la vie et sexuelle, ainsi que son éducation sportive. Mais garde tes cours pour elle, elle ne te l'a pas encore dit, mais je sais que ça lui manque, que ce soit pour le côté instructif, ou pour le fait de passer un peu de temps avec sa mère.

Je me redresse en expulsant une fumée grisâtre d'entre mes dents, puis m'empare du Jerrican d'essence pour aller en foutre dans la baraque, sur les corps et tout autour de la maison délabrée, au bout d'une dizaine de minutes, je reviens avec le bidon dans une main, avant de jeter ma clope dans une flaque, dos à moi. (Cool guy's don't look at explosions ~)

J'accroche le conteneur vide à la moto et m'étire longuement, puis porte mon regard sur Taïga, j'avais laissé en suspend la fin de ses phrases non terminés, puis affiche un sourire mesquin et amusé avant de me pencher vers elle, murmurant à son oreille.

- Si tu veux m'épouser, va falloir le mériter, Taïga Launwitch, je ne suis pas un homme facile ~

Hors-sujet.

Revenir en haut Aller en bas
" Intrigue "
Intrigue
Messages : 16
Date d'inscription : 20/05/2019
Admin
Who am i !

Finir le job [RP LIBRE] [Avertissement - R - Peut choquer ] Empty

Finir le job [RP LIBRE] [Avertissement - R - Peut choquer ]

MessageSujet: Re: Finir le job [RP LIBRE] [Avertissement - R - Peut choquer ] Finir le job [RP LIBRE] [Avertissement - R - Peut choquer ] EmptyMer 19 Juin - 22:08
Finir le Job
De l'épine croît la rose, et de la rose croît à nouveau l'épine.
Ft. Bigby Wolf
J'avais hocher la tête aux paroles de mon loup, parfait, il est temps que ma fille grandisse un peu en maturité et qu'elle quitte son cocon sans pour autant se mettre en danger comme elle avait fait avec Belzébuth. Par chance, ce démon a de nouveau disparu de la surface de la Terre. Je laisse Wolf prendre le bidon d'essence, mon regard toujours perdu vers ce lointain couché de Soleil. Plongée dans mes pensées, dans ma bulle, bien loin de là où mon corps est. Fermant les yeux, je finis par écraser ma cigarette au sol, je laisse mon esprit vagabonder en des terres inconnues. Si je suis apaisée aux côtés de mon loup, je m'enferme de nouveau en plein introspection lorsqu'il s'absente. Si c'est de mon chef ou pas, j'avais chevauché ma moto, les bras croisés sous ma poitrine. Maintenant que j'ai l'esprit plus clair, je peux certainement faire le point. Ou pas. Je n'accorde aucune attention au travail de mon majordome derrière moi, en train d'imbiber mon terrain de chasse et de torture. Je n'ai clairement plus envie de présider ma communauté, ça été la fois de trop, je n'aspire qu'à une espèce de liberté où je n'ai qu'à penser à moi et non à mon village. J'ai déjà voyager au travers du monde, j'ai été cheffe pendant presque un siècle entier, j'ai eu la vie de femme de haute société pendant 10 ans, celui de rockeuse rebelle j'en ai rien à foutre toute ma jeunesse, de mère au foyer et psychologue pendant 15 ans ... Bibliothécaire, cascadeuse, femme politique très peu de temps par contre. Mercenaire, traqueuse et militaire aussi, je sourie à cette pensée de manière nostalgique. en presque ... quoi .. hm... grossièrement j'ai 175 ans, et j'ai vécu la vie de 3 générations. J'en suis lasse maintenant. Foutrement ouais que j'ai envie de voir autre chose. Malgré moi, serait-je en train de penser comme une immortelle ? Moi qui ai toujours proclamé haut et fort la vie humaine et éphémère sans s'occuper des années qui s'écoulent ?
Je soupire lourdement, enserrant le fourreau de mon sabre du côté droit de ma hanche. Une douleur préventive éclate sur mon avant bras droit, je l'agrippe instantanément sans vraiment comprendre d'où vient cette douleur fantôme. Comme un mauvais pressentiment très certainement, et c'est surtout que je commence enfin à percevoir la vibration au plus profond de mon âme de Thoth. C'est inespéré, c'est subtil, mais je le ressens, et ... des visions m'envahissent malgré moi l'esprit. Mes yeux se remplissent d'un or pur, je me fige. Voyant un ciel framboise à la luminescence d'une pureté inégalée. Un feu irradiant de manière similaire à l'astre solaire. C'est comme si Râ venait embrasser notre bonne vieille Terre, nous entourant de ses bras enflammés meurtrières. Une chaleur insupportable et un puissante odeur de souffre, une quinte de toux me prend. Une averse de cendre mouchetant les nuances embrasées du Ciel allant d'un or blanc à un gris anthracite après avoir traversé un rubis ensanglanté. Des visages levés vers le ciel, et une pensée commune, nous ne pouvions imaginé que la mort elle-même était si belle, même pour les enfants et nourrissons. Le ciel continu de se couvrir, alors que je reprends possession de moi-même. Obscurcissant le crépuscule, une odeur de... bois brûlée m'entoure. Mais ça ne vient pas de la maison. Plutôt de moi, accompagné d'une liqueur de bière noire, fumée si vous le préféré au goût de poussière incendié et corsé. La saveur de la mort, et ça se dégage de mes veines. S'il n'y avait que ça, je commence à avoir froid, si l'explosion provoquée par B' dégage une puissante chaleur bouffante, de moi, n'émane qu'une fraîcheur peu commune. Une bise froide qu'on ne retrouve qu'en région haute. Le Zéphir venant caresser et percer les pins des sapins enneigés des montagnes occidentales. Je pousse un cri de surprise, mais trop faible, trop vite attiré par les bourrasques des flammes provoquée par B'.

Je reste un instant interdite pendant que mon amant s'étire longuement, fronçant les sourcils, reprenant mon menton entre mon index et mon pouce, je lui jette mon regard réfléchit. La Bête m'avise de la même attention, mais avec une attention bien plus malicieuse. L'odeur de musc du loup s’engouffre de nouveau dans mes narines, alors qu'il se penche pour me murmurer à l'oreille :

- Si tu veux m'épouser, va falloir le mériter, Taïga Launwitch, je ne suis pas un homme facile ~

Un, deux, trois, Soleil !
Voilà ce que viens de faire le loup avec ses foutus paroles. J'écarquille vivement mes prunelles de rubis aux anneaux d'or vieilli. En cet instant, mon expression est telle un animal vous fixant, sans que vous sachiez s'il va vous sauter dessus pour vous dévorer ou fuir. Tout mon corps se crispe, mes pupilles se fendant de nouveau en leur milieu. S'il y a bien une raison pour laquelle je me suis stoppée, c'est bien celle-là. Je désire ardemment me marier avec B' et Marc, mais je ne suis pas encore prête. Je serre les dents, il n'était pas censé le savoir, en aucune façon que ça soit. Mon coeur vrille sur lui-même avant de décider de faire la saltimbanque à lui tout seul. Mais la peur se mélange à mon muscle vital, diffusant à toute vitesse une adrénaline non désirée. J'agrippe mon majordome par les biceps, toujours la tête contre son épaule, c'est qu'il s'est un peu penché pour me murmurer à l'oreille. Un subtil tremblement me gagne, Bad Romance de Lady Gaga en version Metal résonne telle une litanie dans ma tête. Je serre les dents, retroussant mes lèvres. Mes canines supérieures et inférieures se mettent en avant. Je pose mon front sur l'épaule de B', puis je soupire longuement, presque désespérément. Si ses paroles ont le dont de me faire rougir, il a aussi raviver de vieilles peurs enfouies. Je referme lentement mes poings, froissant les plis de sa chemise blanche tremblante sur ses biceps. Ma tête bouge alors, esquissant avec une lenteur délicate un geste négatif, frottant le bout de mon nez rebondi le tissu en coton de son haut. Se rend-il seulement compte ?
Je retiens un ricanement, souriant en coin de manière sardonique mais douce à la fois. Mes précédents mariages ont été des échecs cuisants.
 
_ Je préfère que le mariage reste pour moi une chimère, un rêve inatteignable concernant les deux hommes de ma vie. Je ne tiens pas spécialement à vous perdre, je veux que ça reste un rêve. Je ne suis mariée maintenant qu'à la protection d'autrui et de la sauvegarde de vos âmes. Même si le monde tel que l'on connaît vient à disparaître, je trouverai toujours le moyen de protéger Lame Spiritue-..



Je m'arrête, soufflant d'un traumatisme encore trop vif. Non, je n'ai pas été capable de protéger le village. Je relève légèrement ma tête avant de la laisser retomber sur son épaule de lassitude. Mon comportement change bien depuis les derniers jours, j'ai changé, bien plus fataliste ou dépossédée de moi-même. Je ne saurai le dire, c'est comme si je réalise que j'étais bien moins forte que je ne le pensais. Et je dois trouver un moyen de palier à ma faiblesse. Et cette vibrance de Greg en moi ne veut pas disparaître, comme s'il toque à ma porte mental. Je ricane encore, de manière ironique, glissant mes lèvres sur la ligne de la clavicule de B', mais aussi du bout de ma langue, je le goûte. Sans que je ne comprenne vraiment, une langue méconnue se murmure dans ma tête. Des noms de divinités à la fois démoniaque mais divine, une voix rauque, puissante et pourtant très familière, me prêtant comme une certaine force. Hm ... la bestialité de B'. Juste à la base de sa gorge, je me stoppe, embrassant sa peau, me collant à son torse dévoilé par sa chemise déboutonnée alors que nous sommes à côté de flammes dévorant une maison. Je déplace mon pieds gauche, faisant glisser mes mains telle une prise de judokate en douceur, le caressant. Et j'agis en une fraction de seconde, passant mon pied gauche derrière la cheville de B', je fauche son pied, le basculant en arrière, me servant de son poids. Le plaquant violemment au sol. Ainsi, je me retrouve à moitié allongée sur lui, le fixant intensément. Tout sourire sauvage, mes crocs pleinement sorties. Mon regard fendu en son milieu similairement aux loups ou aux fauves. J'étais une sorte de bête, un animal angélique dans le corps humanoïde. Grimmaltadael aurait-il créer une sorte de créature Ange Mage ? Je suis destinée à avoir une forme angélique et démoniaque, ça c'est d'accord. Mais en plus de mon régime alimentaire si propre aux gardiens du savoirs, j'étais aussi animal que l'était le regard de Grimm le serpent. Serket, le scorpion, le cobra de la tentation. Non, je suis différente encore, je penche ma tête sur le côté, mes incisives acérées sur ma mâchoire inférieure et supérieure avisant ma proie. Le dos cambré alors que mon manteau recouvre nos jambes de manière sinistre. Je suis telle une vampire s'apprêtant à dévorer son gibier.
A une différence près, qu'un voile lumineux recouvre mes globes oculaires, une odeur d'une savane égyptienne riche et exotique se mélangeant à ma senteur de cendre et de bière fumée. Je me lèche la lèvre inférieure, la passant sur mes dents proéminentes. Je me baisse, puis me redresse, comme un prédateur humant sa victime, s'y frottant presque. J'esquisse un geste courbé de mon échine de manière serpentine.

_ Par Anubis, ton khâ marchera bientôt sur les champs de roseaux, mais ton coeur est-il seulement plus léger que ma plume ? A moins que je ne te permette de vivre encore sous la protection d'Horus et de Thoth après m'être nourrie de ton essence... Mon petit Loup, crois-tu seulement pouvoir m'imposer des conditions de mariage ? A moi ? Mâat ? Tu t'es pourtant bien soumis à ma volonté, Femelle Alpha des Launwitch .. et tu nous as rejoins ... donc je ne le mériterai pas ?


Hm hm, ma plume ? Celle de Mâat bien, sûr. Je suis l'épouse de Thot, Egregario, son âme soeur. Et ce comportement est tout simplement les mémoires de mon âme originel Taiganikasan lorsque j'étais encore dans les entrailles de Greg et non pas sur Terre. Oui, c'est ça, pendant l’Égypte Ancienne. En devenant une ange, forcément, j'ai quelques dysfonctionnement, le reboot de mon système mental informatique a quelques fragments. Je suis en surchauffe depuis quelques jours. Mais pourtant c'est bien moi. J'avais penché ma tête d'un côté et de l'autre comme un animal humanoïde avisant sa proie, se délectant de l'odeur de son sang, sauf que je m'intéresse surtout à la magie en lui. Et je lui parle comme une femelle dominante, je suis une bête, j'en suis devenue une. Mais je n'ai rien d'une canidé, je suis juste... j'ai juste.. je suis juste la progéniture d'un mélange sale d'âme soeur d'un gardien du savoir, ressuscité par la magie d'un gardien de la mort, l'inquisiteur. Je porte leur marque en moi, et pour finir je suis une Ange Mage. Pas moitié démone et moitié ange, non. Je suis Tout autant une complète démone qu'ange. M'affranchissant des faiblesses des deux races. Baignant autant dans les bras de Lucifer que de Dieu, il me manque juste Dame Nature, mais ça fait déjà bien trop pour mon esprit si peu entraîné. Je suis une érudit, et j'en suis ma propre expérience. Ouais, je suis un truc incompréhensible, sûrement trop cheater pour des gens. Mais être un cocktail bizarre ne veux pas dire que je suis la plus puissante. La preuve, je n'ai plus aucun pouvoir et je me suicidé. Soumise à ma propre condition.
Si mon regard sauvage et animal fixe B'. Lui, par contre, je n'obtiens pas tout de suite de réponse, et usant de sa force de loup, il me bascule violemment sur le côté. Nous roulons ainsi, me retrouvant en dessous cette fois. Changeant nos places, j’agrandis mes yeux. Faisant face aux siens, aux couleurs jaune bestial et fendu plus largement en son milieu que les miens. Un sourire narquois sur le visage. Je baisse instinctivement le regard sur son torse, mordant ma lèvre inférieure. J'aime tellement les torse sur un mec. Je me crispe, lui reportant mon attention. J'arque mon dos, fermement et claque mes dents dans le vide en guise d'avertissement comme pour vouloir le mordre. Puis je ricane, ce voile lumineux disparaissant de mes primes. Mes paroles n'ont été que provocation, et j'avais mentalement fonctionné comme un animal. Je suis dominante et territoriale, je n'y peux rien. Je commence à me débattre, c'est plus fort que moi. Un désir ardent de m'enfuir me gagne, cette peur remonte en flèche. Je ne sais pourquoi, mais B' le sait. Ce rituel que nous avons tous deux ... lorsqu'il me domine avant de faire quoique ce soit... Sentir ses canines percer la peau si fine de ma jugulaire et boire mon sang, ou bien mordre et serrer la pression de ses dents au point de m'en faire crier de douleur. C'est purement primaire, mais je l'accepte entièrement. Si c'est pas lui qui me mord, c'est moi, et ça risque d'être sale, j'ai faim, j'ai faim. Cette faim qui me tenaille, depuis l'attaque où j'ai épuisé tous mes pouvoirs, ma résurrection, et je ne me suis pas nourrie depuis 3 jours d'essence magique. J'ai beau ne plus avoir de pouvoir, mon régime alimentaire reste le même.

Je redresse vivement le buste pour me relever, bien décidé à le renverser. Je grogne, j'ai faim, et cette violente envie de passer au-dessus de lui. Cette soif me taille les entrailles, et avec mon nouveau style, je suis comme venue d'une autre époque. Une créature qui ne se montre véritablement que devant B' et Marc. Je claque des dents, et tape du pieds... et si ça ne fonctionne pas. Je me redresse encore, mai sje reprend un instant mes esprits en poussant un cri désespérée.

_ Bigby Wolf ! Recule, immédiatement ! Je vais te dévorer ! J'ai faim, j'ai faim ! Je veux sentir le sang dans ma bouche, je veux ton musc, je veux tes lèvres ! Tu es à moi ! Je suis ton Alpha Wolf ! Recule immédiatement !


Non, non, mords-moi plutôt ... Je le fusille du regard, mais on lie clairement que j'avais besoin de lui, je le réclame, réellement. Je ne suis pas du tout furieuse, non c'est une bestialité que B' connais bien et qui m'anime. Alors je tourne vivement la tête, et profite d'une ouverture pour le mordre violemment au bras. Enfonçant mes canines en grognant, j'avais ... je sais pas ... je baissais toute mes barrières, je n'avais plus aucune retenue. Pourtant je lèche la plaie entre mes dents, je voulais me nourrir .. le ressentir au plus profond de moi. Je grogne d'aise et de soulagement. Mais bien que je l'ai sauvagement mordu sans ménagement, je ne parviens pas à maintenir la pression aussi forte, suivant la réaction de B'. Tout s'était passé très vite. Je l'aime, je l'aime tellement.

Revenir en haut Aller en bas
Bigby Wolf
Messages : 83
Date d'inscription : 07/07/2017
Kreat
Who am i !

Finir le job [RP LIBRE] [Avertissement - R - Peut choquer ] Empty

Finir le job [RP LIBRE] [Avertissement - R - Peut choquer ]

MessageSujet: Re: Finir le job [RP LIBRE] [Avertissement - R - Peut choquer ] Finir le job [RP LIBRE] [Avertissement - R - Peut choquer ] EmptyDim 23 Juin - 21:27
détails
L'homme ou le loup ?
Beware of his bite...
ft. ...
Ʃkaemp はは ™

Au début, je voyais Taïga passer du pâle au rouge tomate avant de revenir à sa couleur de peau normale au niveau du visage, en quelques mots, elle m'expliqua que le mariage était pour elle une sorte de chimère dont elle rêvait, mais ne voulait pas atteindre, elle voulait s'occuper de Lame Spirituelle... Mais alors qu'elle en parlait, elle se coupe soudainement.

Oui, c'était encore douloureux, elle s'en voulait... Mais que pouvait elle vraiment faire ? Ce n'était pas sa faute. Alors je la laisse se frotter à moi, se réconforter dans mon odeur et contre mon torse ... Nu ? La petite vicieuse, c'est qu'elle me dessape ! Je lui caresse les cheveux avec douceur, puis d'un coup, je me retrouve au sol, sa voix semble étrange, plus mielleuse que d'ordinaire, et ses mots.. Ses mots ne sont pas les siens, je fronce alors les sourcils, on dirait presque que sa personnalité se dédouble. Hors de question...

J'ai promis à Taïga de la protéger de son passé, et je compte bien le faire ! Alors je bascule avec elle, me laissant au dessus en souriant simplement d'un air prédateur, ses paroles restes sans réponses de ma part alors que je la regarde se débattre avec violence sous mon corps massif. A plusieurs reprises, je sentis qu'elle manquait de me renverser, mais je tenais bon, jusqu'à ce qu'elle finisse par hurler de reculer avant qu'elle ne me morde et se nourrisse de moi, que j'étais à elle, mon alpha ? Tu parles...

- Je suis ton Alpha, et tu es ma louve, Taïga Launwitch, alors retiens bien ta place ! Car elle sera toujours en dessous de moi !

Hurlais-je avant de la mordre à la gorge à pleine dent, sur le côté, je venais enfoncer mes crocs en elle, me délectant de son sang alors que je bloquais ses bras de mes mains, et lorsque je la sentis suffisamment calme, je me redressais un peu, toujours sur elle avant de sourire en coin. Son manteau était important, certes... Mais le reste de ses vêtements... Il ne me fallut que quelques secondes pour les déchirer et les arracher, ne lui laissant au final rien, absolument rien si ce n'est son manteau et ses bottes.

- Tu es mienne Taïga, et je penses qu'il est grand temps que je te le rappelle en m'occupant de ce corps indécent que tu traîne avec toi en permanence. Le corps d'une louve soumise, le corps d'une femme qu'on a envie de remplir jusqu'à ce qu'elle gonfle, un corps qu'on a envie d'engrosser ~

Je la mord à nouveau, cette fois à la clavicule, et fini par dévoiler mon imposant glaive de chaire, la finesse ? Que nenni, j'ai arraché mon pantalon et ma chemise, me dévoilant nu, athlétique, couvert de cicatrices et poilus, mes yeux de loups braqués sur elle d'un air sévère et dominant. Mais je n'allais pas simplement la prendre tout de suite, là comme ça... Nous avons beau être deux bêtes en ruth, le plaisir ne vient jamais sans un peu de préparation.

C'est ainsi que je bloquais l'un de ses bras avec mon genou, l'autre avec ma main gauche, tandis que la droite descendait le long de son bas ventre avec lenteur, jusqu'à venir caresser son bouton de fleur avec envie. Oh oui... Ce soir, je vais te faire hurler, Taïga, encore et encore, jusqu'à ce que j'ancre en toi que tu n'es plus cette ... Mâat ou qui que ce soit d'autres. Tu es Taïga, ma louve, et même si tu ne l'avouera jamais, tu m'es complètement soumise, car tu ne pourrais pas vivre sans moi... Et je comptes bien te le faire avouer au clair de lune, éclairer par le feu de gasoline dans notre dos.

Hors-sujet.

Revenir en haut Aller en bas
Taïga Launwitch
Messages : 184
Date d'inscription : 09/02/2017
Age : 29
Launwitch
Who am i !

Finir le job [RP LIBRE] [Avertissement - R - Peut choquer ] Empty

Finir le job [RP LIBRE] [Avertissement - R - Peut choquer ]

MessageSujet: Re: Finir le job [RP LIBRE] [Avertissement - R - Peut choquer ] Finir le job [RP LIBRE] [Avertissement - R - Peut choquer ] EmptyDim 23 Juin - 23:22
Finir le Job
De l'épine croît la rose, et de la rose croît à nouveau l'épine.
Ft. Bigby Wolf

Je suis ton Alpha, et tu es ma louve, Taïga Launwitch, alors retiens bien ta place ! Car elle sera toujours en dessous de moi !

Le goût de son sang ... hm ... je pensais pas l'apprécier avant ma transformation en ange, suis-je devenu un animal angélique ? Sûrement, quelque chose qui n'existe pas. Et puis cette essence vitale, crépitante, fougueuse, mortelle et délicieuse. Mais ce n'est pas pour me calmer, au contraire. Je suis tellement obnubilée par mon action, que je n'ai pu éviter cette violente douleur qui s'abat sur ma gorge après les paroles de mon loup. J'écarquille les yeux, ne pouvant que lâcher ma prise. Mon premier réflexe est de me débattre en poussant un cri, le sang de B' emplissant ma bouche. Des filets s'écoulent des commissures de mes lèvres. On peut dire ce qu'on veut, mais je suis propre quand je me nourrie, je n'en fous pas partout. Sauf quand je me tortille dans tous les sens...
B' augmente la pression de ses dents, l’élancement devient plus sauvage et électrique. Entendre le déglutisse-ment de sa glotte, signe qu'il boit de mon sang, ma chair et semble un grand plaisir animal. Je me tends, ce n'est pas sexuel, mais purement de la domination. Je suis sa louve, oui je suis la sienne. Tout mon corps frémit de peur devant cette bête. Incapable de parler, une chaleur pourtant bien familière naît entre mes cuisses et sans compter ce fétichisme que j'ai pour la morsure. Mais ce n'est pas qu'un fantasme, c'est tout simplement la manière que la bête que je suis accepte de se soumettre, ou contrainte, aimant ça.

Je pousse un faible couinement de douleur et de soumission, mes joues s'empourprent alors que je suis en pleine tourmente entre la volonté de fuir, de me battre et de me laisser aller dans les griffes de mon loup. Je tire faiblement sur les menottes de mains de mon amant. Lorsque je calme un minimum mes tortillements, le mâle se redresse avec un rictus qui me fit fondre... avant de déchirer mes vêtements et laissant -merci, Grand Dieu- mon manteau et mes bottes.
Je plonge la soie cramoisie de mes prunelles flavescent fendue en leur milieu, très dilatée à cause de mon état second dans les braises cuprifères de mon mâle, essoufflée alors que la morsure sur mon cou m'élance méchamment mais délicieusement. Je n'a plus rien de ma furie, ce voile couvrant et virant cette Taiganikasan qui m'avait habitée il y a peu. Je vous l'air dit, c'est problématique d'avoir retrouvé toute sa mémoire de 2000 ans ... plus celui des 30 000 ans de votre âme soeur, le reflet de vous-même.

Tu es mienne Taïga, et je penses qu'il est grand temps que je te le rappelle en m'occupant de ce corps indécent que tu traîne avec toi en permanence. Le corps d'une louve soumise, le corps d'une femme qu'on a envie de remplir jusqu'à ce qu'elle gonfle, un corps qu'on a envie d'engrosser ~

Hein...? Quoi...?! Bien sûr que je suis ta louve.. He ?... Hee !!? .. Att-.. AAH ! Bigby je t'en prie ! Hm-.. !!

Je ne peux toujours pas bouger, et les incisives bestiales de mon loup s'enfoncent sans douceur au niveau de ma clavicules. Je crie encore et mon souffle converge vers des sons d'impatiences et de suppliques. Je ne peux pas avoir la même force que précédemment, avec ces morsures, c'est comme si B' me drainait toute ma volonté de combativité. Me soumettant, n'étant plus qu'une créature suppliante pour la liberté en se tortillant faiblement. Mon propre sang moucheté d'or du fluide angélique s'échappe de mes deux plaies en s'écoulant sur ma peau pâle de manière érotique et serpentine. Je me fais toute petite sous son regard animal, impétueux, tremblante et détournant le regard. Mes propres prunelles étant aussi devenu animal tout comme mes canines... étant de manière physiologique, bien plus proche d'une louve que lorsque j'étais encore une démone. Mes ses paroles, j'essaye.. j'essaye de lui dire que non ... Non !
Ses dires sont une bombes atomiques pour mon bas-ventre, au plus profond de ma féminité, de violentes contractions. Je me tords, mais le loup bouge de façon à toujours me maintenir, son sexe frottant contre mon sein alors qu'il triture mon clitoris.

Un corps que l'on veut remplir à le faire gonfler et engrosser ..? Je ne sais pas ce qu'il se passe, ni pourquoi, mais tout ceci me mettait dans un état second. Hoquetant de plaisir tellement mon ventre était noué. Je me cambre immédiatement, sanglotante de sensations mordantes. Les élancements de mes plaies ne m'aident pas, cette tempête ardente ne fait que s'accentuer. L'odeur de bière fumée explose autour de moi, accompagnée par une fraîcheur qui n'avait rien de naturel et des cendres qui tournoient autour de nous, comme si nous étions au coeur d'une tornade. J'avais envie de l'embrasser, mes dents pointent contre mes lèvres alors que je gémie sans pouvoir me retenir. Mon intimité s'humidifiant bien trop rapidement à mon goût. Je frotte mes pieds au sol, fébrile devant le visage de mon amour de canidé. N'ayant plus rien de cette cheffe de village ou de l’insolente et cruelle Mâat que j'ai été fussent un temps oublié.

Je suis... Je suis Taïga Launwitch ... Je suis ta louve ... je suis ta louve .. J'ai 181 ans ... je suis née le 31 octobre 1981... Je suis à toi.. Je suis moi, je ne suis pas toutes ces anciennes moi qui ont existé... Ah ! .. Bigby ... Laisses-moi te sucer je t'en prie .. par pitié ! ... je ne suis plus sans toi et Marc... Je t'en conjure B'.. hmm.. Aah ! Oh par tous les démons du Metal ! Aaah...

Je bascule la tête en arrière, ignorant une douleur à mon avant bras droit qui semblait se couvrir de stigmates de cendres, très subtil, comme une marque, mais il était bien consistant. Trop occupée à subit mon dominant, ouvrant inconsciemment les cuisses pour lui, mais je voulais aussi son membres entre mes lèvres... j'avale ce qu'il reste de son sang de ma bouche. Suppliante. Oui, je suis, moi, Taïga Launwitch à la voix fébrile et brisée par le désir sous Bigby Wolf.

Revenir en haut Aller en bas
Bigby Wolf
Messages : 83
Date d'inscription : 07/07/2017
Kreat
Who am i !

Finir le job [RP LIBRE] [Avertissement - R - Peut choquer ] Empty

Finir le job [RP LIBRE] [Avertissement - R - Peut choquer ]

MessageSujet: Re: Finir le job [RP LIBRE] [Avertissement - R - Peut choquer ] Finir le job [RP LIBRE] [Avertissement - R - Peut choquer ] EmptyLun 24 Juin - 21:48
détails
L'homme ou le loup ?
Beware of his bite...
ft. ...
Ʃkaemp はは ™

Le message était clair, elle hurlait enfin ce qu'elle aurait du avouer depuis bien longtemps, et j'en étais plus que ravis, alors je fais lentement entrer mes doigts en elle tandis qu'elle me supplie pour recevoir mon sexe entre ses lèvres, oh oui, Taïga, tu vas l'avoir, mais d'abord, je vais te pousse à bout, je vais te faire craquer, je veux te sentir folle et ivre d'envie.

Alors je laisse aller mes doigts en elle, encore et encore, la torturant de ce doux supplice tandis que je fais frotter ce glaive de chaire qu'elle désire tant contre sa poitrine, juste pour la narguer, je l'empêche toujours de bouger, et si jamais la demoiselle essaye de se débattre, je la mord, encore, je la soumet totalement. Ce soir, tu es mienne, ma petite Taïga.

Je ne m'arrête plus, les secondes sont des minutes, et très vite, je l'amène à jouir sur mes doigts connaisseurs de ce corps qui était le siens. C'est à ce moment là, quand elle venait sur mes doigts trempés de son jus humide, que je commençais à la libérer un peu, le regard narquois et amusé, je venait lentement m'asseoir sur la selle de sa moto, puis enfin, je lui fit signe, un signe simple, un ordre donné avec un simple doigt, qui l'autorisait finalement à venir chercher l'objet de ses convoitises.

Oui, je suis comme ça, à la fois sauvage et dominant, et je voulais qu'elle se rende bien compte que j'étais un homme très demandant en matière de sexe, si elle voulait vivre avec moi pour le reste de nos vie, elle allait devoir apprendre à me satisfaire comme une bonne petite louve.

Je la regarde, les flammes dansent et se reflètent dans mes yeux, tandis que l'odeur d'essence brûlée me monte au nez, je suis nu, mes rangers aux pieds comme seuls vêtements, mon corps athlétique luisant de sueur torride qui laissait des reflets orangés des flammes se voir par moment quand la lumière était parfaitement alignée. Et j'attendais ainsi, fier, mon sexe dur entre mes cuisses, dominant et envieux tandis que je l'attend.

Hors-sujet.

Revenir en haut Aller en bas
Taïga Launwitch
Messages : 184
Date d'inscription : 09/02/2017
Age : 29
Launwitch
Who am i !

Finir le job [RP LIBRE] [Avertissement - R - Peut choquer ] Empty

Finir le job [RP LIBRE] [Avertissement - R - Peut choquer ]

MessageSujet: Re: Finir le job [RP LIBRE] [Avertissement - R - Peut choquer ] Finir le job [RP LIBRE] [Avertissement - R - Peut choquer ] EmptyMar 25 Juin - 21:31
Finir le Job
De l'épine croît la rose, et de la rose croît à nouveau l'épine.
Ft. Bigby Wolf


Je tends mon corps sous les assauts de B', bougeant le peu que je pouvais. Mais le mâle ne me laisse aucun répit, les coulures érotiques entre mes cuisses n'ont de cesses d'imbiber la main de mon amant. Recouvrant complètement ses outrageuses doigts frottant mes parois intimes tout comme mon clitoris. J'en perds la notion du temps, je ne peux plus répondre de rien depuis ces appendices dans l'antre de mon intimité. Offrant au loup des gémissements d'une féminité sensuelle incomparable, une femme mûre à la tessiture grave et légèrement rocailleuse. Qu'importe que nous soyons dehors, je perds toute ma contenance en compagnie de l'un des deux hommes de ma vie. Les tympans de Bigby peuvent au bout du compte, apprécier le cri libérateur, alors que tout mon être est pris de secousses. Je m'étais débattue, mais les incisives du loup m'avaient sauvagement arraché la peau sur mon épaule gauche et ma nuque. Je vais porter ces marques sanguinolentes pour des jours si je ne trouve pas un moyen de cicatriser rapidement. Mais ce n'est pas important, j'offre à B' tout ce que je suis. L'amour transpirant mon regard, ma gestuelle et mes sons. C'est comme si cet homme vient de me faire franchir une ligne invisible dans notre relation. Je ne sais pas de quoi il en retourne, mais j'avais l'impression que nous ayons tout juste franchi une étape, ou un cap, appelez-ça comme vous le souhaitez.
Je suis complètement dans le brouillard après mon orgasme, roulant timidement sur le côté, je regarde mon homme, ayant encore des spasmes. Essoufflée, mon air est vraiment fragile. Je suis affamée, complètement détruite psychologiquement par ces traumatismes dont j'essaye de m'en sortir, vulnérable par le loup, en cet instant, on pouvait faire tout ce qu'on voulait de moi. Déglutissant, je me relève difficilement. B' avait fait un signe de la main, inquisiteur en me toisant de ses yeux. Je tremble, mordant ma lèvre inférieure, étrangement ma main droite commence à perdre de sa mobilité. Mais je ne m'en occupe pas. Je plonge mes prunelles de sang cerné d'or fendues en leur milieu sur le jaune bestial de Wolf.  Lentement mais sûrement, je fais glisser mon manteau au sol. Me retrouvant nue, n'ayant que mes bottes montantes encore aux pieds. Je manque de tomber, me rattrapant sur les genoux de mon amant installé contre ma moto encore à ma place favorite. La main gauche sur sa cuisse, j'ai le visage baissé en essayant de reprendre mon souffle, le dos arqué. Je n'avais plus aucun de mes tatouages anciennement, ayant tout juste eu le temps de refaire le blason à mon dos.

J'ai faim... Bigby ... J'ai tellement soif ... ton essence .. pourquoi je ne peux pas m'en nourrir comme d'habitude..?

Je redresse le visage vers la face orangée par les flammes du loup, mes perles hybrides affamées mais voilés de désir, suppliante. Ma lèvre inférieure tremble, mais je glisse malgré tout mon nez en direction de son membre imposant que je viens à lécher timidement de toute sa longueur. Un rapide coup d'oeil à mon amant, puis je me décide à honorer son gland, malicieuse, reprenant un peu de contenance. Sans prévenir, je lui fais alors une gorge profonde. Ma main droite se fissure, comme une flétrissure de cendre sans odeur, rien, pas de sang. Elle devient grise, silencieusement. Je ne m'en occupe pas, entourant la garde du sexe du canidé de ma main gauche. Puis je remonte, libérant ma bouche afin de reprendre mon souffle, le sourire en coin. Et je recommence, léchant, suçotant, faisant des mouvements de ma main avant d'embrasser et taquiner ses bourses. Je faisais attention à connaître et me servir de tous les points sensibles de B'. Mes pousses se redressent, très coquines, peignant un semblant d'ailes déployées dans la gestuelle. Je continuerai ainsi, jusqu'à faire jouir B' s'il me laisser, très pétillante et joueuse. Je ne suis plus fébrile, ayant repris de contenance.
Ah ... et je voulais tellement des baisers de B' ... je l'aimais tellement...

Revenir en haut Aller en bas
Bigby Wolf
Messages : 83
Date d'inscription : 07/07/2017
Kreat
Who am i !

Finir le job [RP LIBRE] [Avertissement - R - Peut choquer ] Empty

Finir le job [RP LIBRE] [Avertissement - R - Peut choquer ]

MessageSujet: Re: Finir le job [RP LIBRE] [Avertissement - R - Peut choquer ] Finir le job [RP LIBRE] [Avertissement - R - Peut choquer ] EmptySam 6 Juil - 15:46
détails
L'homme ou le loup ?
Beware of his bite...
ft. ...
Ʃkaemp はは ™

Sa main... Sa main droite semblait... pourrir. Mais je ne le remarquais même pas, trop pris par le désir, je la voyais se relever avant de tomber entre mes cuisses, elle voulait se nourrir de mon essence, mais je l'en empêchait, pas tout de suite... Et soudain, sa langue, sa bouche, sa main et sa gorge s'adonnaient à me procurer le plus de plaisir possible.

Je le sentais très bien, grondant mon plaisir tandis que la sorcière prenait grand soins de tout mes points faibles et sensibles, qu'elle en profite... Elle semblait aimer ça, et moi aussi... Alors je profite... Je sentais le plaisir qui montait rapidement en moi alors que la demoiselle à nue avec juste ses bottes s'attelait à vouloir me faire jouir.

Très vite, je venais prendre ses cheveux pour imprimer un rythme de plus en plus sauvage, prenant sa bouche comme si c'était ses lèvres intimes, mon sexe chaud et dur palpitant entre ses lèvres douces et humides tandis que je gronde de plus en plus. Finalement, un rauque râle de plaisir me prend au tripe alors que je décharge ma semence droit dans sa gorge, sans me retenir, sans gêne.

Très vite, je me retire de ses lèvres et la pousse au sol avant de l'y rejoindre, prédateur, mes mains de chaque côté de sa tête, je viens la mordre à l'épaule avant de remonter en l'embrassant dans la nuque pour lui mordiller une lèvre tandis que mon sexe, toujours aussi dur, frotte contre ses lèvres intimes. Les flammes crépitent et le bois s’effondre derrière nous, tandis que nos corps couverts de sueurs se collent encore un peu plus l'un à l'autre. Je la pénètre, sauvagement en grondant à nouveau de plaisir...

Et tandis que j'entames des mouvements bestiaux en elle, je lui offre ma nuque, murmurant dans le même mouvement au creux de son oreille pour lui dire quelque choses qu'elle attendait depuis un moment déjà.

- Vas-y, tu peux te repaître, ma louve, nourrit toi de mon essence, car je t'y autorise.

Hors-sujet.

Revenir en haut Aller en bas
Taïga Launwitch
Messages : 184
Date d'inscription : 09/02/2017
Age : 29
Launwitch
Who am i !

Finir le job [RP LIBRE] [Avertissement - R - Peut choquer ] Empty

Finir le job [RP LIBRE] [Avertissement - R - Peut choquer ]

MessageSujet: Re: Finir le job [RP LIBRE] [Avertissement - R - Peut choquer ] Finir le job [RP LIBRE] [Avertissement - R - Peut choquer ] EmptyMar 9 Juil - 18:28
Finir le Job
De l'épine croît la rose, et de la rose croît à nouveau l'épine.
Ft. Bigby Wolf


Ce bougre n'avait pas répondu à ma question, bien trop occupé à me besogner le gosier. Ce qui n'est pas pour me déplaire, bien au contraire, mais la faim me tenaille autant que la douleur de mes lèvres écartées de force par la présence du membre à B'. Je m'étranglais à moitié. Si je maîtrisais le cheminement au départ, il n'en est plus rien peu de temps avant qu'il ne me crache ce jus de plaisir, ce nectar tapissant ma langue que je m'empresse d'avaler. Ce n'est pas avec tout ce que j'ai vécu, un bras en moins, affamé et non loin de craquer que j'en perds mon expérience sexuel. Je n'ai pas peur de cette fougue dont fait preuve le loup. Même lorsqu'il me repousse et que je tombe à la renverse, ma tête percute le sol retourné. Je pousse un son de douleur, recrachant le jus de mon amant encore dans ma bouche, je n'avais pas le temps de me reprendre, il ne me laissait aucun répit. Mes pupilles verticales n'ont guère le temps de se poser de nouveau sur mon loup, que mon prédateur plaque ses mains autour de ma tête enfonçant profondément sa denture sur mon épaule qui était encore intacte... anciennement. Je tousse, hoquette et pousse un grand cri de douleur avant de frémir malgré moi, mes cordes vocales muant ce son en un long ronronnement de plaisir masochiste et de louve dominée. Quatre ou cinq blessures rougeoyantes et sanguinolentes ornent mon buste, mon avant bras gauche était parti en poussière pour révéler un moignon à peine cicatrisé, encore à vif. On croirait que je viens de me faire défoncer, mais il n'en est tellement rien. Je m'abandonne complètement à l'étreinte de Bigby.
Je n'ai plus le contrôle de rien à vrai dire, mais quelque chose n'était pas comme d'habitude. Je sais que je suis soumise sexuellement à mes deux amours, mais j'ignore pourquoi cette fois-ci c'est différent. J'avais l'impression que Bigby profitait de la situation d'une certaine manière, ses actes ... d'accord, c'est un loup, un animal, je le sais. Mais quelue chose ne va pas. Dans sa manière de me faire l'amour en cet instant, c'était un animal dans le corps d'un humain, tout simplement. Et là où en mon état mental j'avais besoin d'un amant doux et attentionné comme l'était B' la nuit de l'attaque. En cette seconde, devant cette bâtisse enflammée par les enfers, Wolf applique littéralement ses anciens propos. Besogner mon corps indécent qui ne mérite qu'à être "punie", me donner une leçon, après je suis peut-être un peu trop subjective.

Si précédemment j'ai explicitement dis qu'il ne me faisait pas peur, en vérité, c'est bien au-delà. Tout mon corps tremble, et pourtant, cette stupeur se calme. S'il a bien une chose à laquelle j'accord de l'importance, ce sont les baisers. Et c'est parce que Bigby m'en donne rarement comme Marc que j'en suis encore plus accro. Le cheminement inattendu de ses lèvres sur ma peau après la morsure jusqu'à ma bouche m'arrache un frémissement et long gémissement faible, comme appelant de l'aide. Le suppliant sans mot. Ses dents viennent mordiller ma lèvre inférieure, je bascule ma tête, pour vouloir l'embrasser, timidement, à bout de force. Mais voilà que son sexe me pénètre violemment, j'écarquille les yeux. Cette secousse provoquant une onde de choc dans tout mon être, je cambre immédiatement le dos en m'arrachant de l'étreinte buccale de mon loup. Me tortillant du peu que je puisse. Mes sanglots reprennent de plus belle, du plaisir et de frustration. Une véritable torture. Je parle même pas des mouvements de bassins de mon amant, je ferme les yeux, subissant ses assauts sans pouvoir lutter si ce n'est de crier de tout mes poumons. C'est une tempête en moi, une cacophonie sans nom qui me fige et me fait convulser à la fois. Cette luxure seulement partagé par B', j'avais l'impression que je pouvais me briser à toute instant. Mes lèvres intimes et intérieur gonflés et gorgés de sang. Mes canines sont saillantes alors que je renverse ma tête vers l'arrière, à gorge déployée de toute ma voix.
En cet instant, Bigby m'offre sa nuque. Je mets bien du temps à comprendre, quoi ? Sa louve, ok. Autoriser ? Non mais .. Non mais ! ... Bigby ! On ne m'autorise pas à prendre une essence magique, c'est moi qui me gorge de magie pas l'inverse ! C'est lui ma proie pas moi !
Mon regard se fait choqué et outré, mais ses mouvements me reprennent de nouveau dans un cercle infernal de luxure. Je n'arrive pas à me concentrer. Pour ainsi, je le supplie à demi-voix de m'aider. Car j'essaye de relever la tête, mais à chaque fois son membre qui tape en moi me fait basculer et chavirer.

Pitié ! Aide.. Aide-moi ! ... Par Dieu Bigby !! ... mon loup, je t'en prie .. ! Je ne parviens pas à attraper ta nuque .. tu le fais exprès ... s'il te plaît ... aide-moi...


Ouais j'en pleurai presque, non, j'en pleurai même, les larmes aux yeux en le regardant. Mes mots entrecoupés de gémissements de plaisir. En temps normal ça aurait été un "Putain, ralentis, B' que j'arrive hmm.. à te croquer, mon loup !". Mais pas là. Un sourire narquois sur le visage de mon amant canidé, et le voilà qu'il ralentis légèrement en portant ma tête vers sa nuque. Si je n'étais pas loin de la jouissance, la vue de son cou réveille immédiatement mes instincts. Sans perdre une seconde, j'enfonce mes canines grandes et imposantes dans sa jugulaire. Mon venin se mélangeant à son sang. Exceptionnellement, son sang coule sur ce torse, gouttant. Je pousse un grand son d'aise, un long soupire tremblante. Alors que la pousse de mes ailes s'affolent dans mon dos. Je m'enroule à B', du moins avec mes jambes et mon bras derrière sa nuque, l'autre coupée ne pouvait pas faire grand chose. Je savoure enfin son essence, je m'en nourrie, contrainte de boire son sang. Je m'abandonne, et je ne le relâcherai pas de sitôt. Fort heureusement, je suis civilisée, je ne bois pas comme une vampire nouveau-née à s'en éclater l pense. Mais ... je pourrai perdre le contrôle en fonction de ce que ferai le loup. J'avais faim, tellement faim, je suis épuisée, magiquement depuis ma résurrection et ma transformation en ange qui me demande beaucoup d'énergie comme moralement. Si B' ne devient pas un bargeot à me prendre encore violemment comme au début et s'il me laisse encore une minute ou deux, je finirai par le relâcher lentement et fébrile, ou bien de force à cause de ses assauts. Et je pourrai en frôler l'inconscience, dans tous les cas, il pouvait faire ce qu'il voulait de moi.

Merci ...


Ne puis-je m'empêcher de murmurer pendant mon breuvage, faible, mais tellement envieuse.


Revenir en haut Aller en bas
Bigby Wolf
Messages : 83
Date d'inscription : 07/07/2017
Kreat
Who am i !

Finir le job [RP LIBRE] [Avertissement - R - Peut choquer ] Empty

Finir le job [RP LIBRE] [Avertissement - R - Peut choquer ]

MessageSujet: Re: Finir le job [RP LIBRE] [Avertissement - R - Peut choquer ] Finir le job [RP LIBRE] [Avertissement - R - Peut choquer ] EmptyVen 12 Juil - 23:01
détails
L'homme ou le loup ?
Beware of his bite...
ft. ...
Ʃkaemp はは ™

Sa main droite était partie en poussière, pendant nos ébats je remarquais alors ce moignon, mais n'y prêtait pas attention.. Ce n'était pas le moment. Taïga semblait remarquer peu à peu ce que je faisais, oui... Je la soumet, littéralement, à ma volonté. Pourquoi faire une chose pareille ? Tout simplement pour lui donner une sorte de raison de "vivre" en plus. Une sorte de garantie. Si jamais elle venait à se retrouver à nouveau prises de ses idiotes idées noires de suicide, c'est le fait de m'appartenir corps et âme qui l'empêcherait de sombrer...

Et puis j'aime ça, avouons le, Taïga était une femme forte et rebelle dans son caractère, et j'adorais prendre le contrôle sur elle. Je voulais la sentir soumise corps et âme sous ma domination bestiale, je voulais la voir ramper devant moi en quémandant du sexe ou simplement mon attention. Mais pour cela... Il fallait que j'imprime en elle une pensée aussi simple qu'unique. "Je suis ton maître, et tu me dois TOUT".

Et c'est pour cela que je l'avais affamée avant de lui permettre de se repaître de mon essence, de l'autoriser à faire ceci. Et maintenant, elle sombrait lentement sous mon contrôle, je pouvais le sentir en elle. Et je sentais aussi qu'elle ne tiendrait plus longtemps le rythme... C'était le moment de lui donner le coup de grâce. Alors je reprenais mes mouvements de bassins bestiaux, butant au fond de ses chaires avec envie et frénésie jusqu'à très vite jouir dans ses chaires humides et accueillantes.

Elle pouvait bien tomber dans les pommes... Je ne m'arrêterais pas. Quand elle reprendra conscience, des heures plus tard ? Peut être même une journée entière ? Je serais toujours entrain de la prendre, ivre d'envie et de plaisir pour elle, son corps souillé de partout de mon épais jus indécent. Je la savais aussi insatiable que moi, voilà qui devrait s'occuper de sceller son corps au mien à jamais, pour que chaque fois que ne serait-ce que son simple regard se pose sur moi, son corps se rappelle d’instinct du plaisir immense que je lui offre...

Hors-sujet.

Revenir en haut Aller en bas
Taïga Launwitch
Messages : 184
Date d'inscription : 09/02/2017
Age : 29
Launwitch
Who am i !

Finir le job [RP LIBRE] [Avertissement - R - Peut choquer ] Empty

Finir le job [RP LIBRE] [Avertissement - R - Peut choquer ]

MessageSujet: Re: Finir le job [RP LIBRE] [Avertissement - R - Peut choquer ] Finir le job [RP LIBRE] [Avertissement - R - Peut choquer ] EmptySam 13 Juil - 13:01
Finir le Job
De l'épine croît la rose, et de la rose croît à nouveau l'épine.
Ft. Bigby Wolf


Non par pitié, ne fais pas ça Bigby. Je ne veux pas, je ne veux pas être de nouveau dépendante d'un homme. Par tous les Saints, j'ai réussi à tourner la page, cela ne te suffit-il pas ? Apparemment non, je cambre mon dos, forcée d'interrompre mon repas magique. J'essaye de me raccrocher à cet animal comme je le peux, mais c'est impossible. Chaque coup de bassin tapait directement en moi en plus de frotter mon le point le plus sensible de mon intimité. Mes cris ne suffisent pas à égale ce que je ressens, c'est pour cela que j'en perds la voix lorsqu'il jouit en moi. Malheureusement, je ne ne peux même pas savoir si j'avais moi aussi sombrer dans un orgasme. Et ce n'est pas Bigby qui me laissera le temps de vérifier. A peine eut-il jouit, qu'il reprend ses mouvements de bassin. Mais c'est bien trop pour moi. Je me suis certes nourrie, mais j'étais dans un état d'épuisement avancé, et la transformation de mon corps ne cesse de me demander beaucoup d'énergie, presque autant qu'il m'en fallait pour maintenir Egregario correctement en moi lorsque j'étais encore une démone. Et puis il y a ce foutu bras coupé, mon corps ne le réalisait pas encore.
C'est donc sans surprise que ma conscience défaillit devant le visage de mon amant, une perte de connaissance rapide. Je n'ai aucune idée du temps qui s'écoule, mais il m'a semblé avoir eu un éclair de lucidité et d'un réveil bref où je le suppliais de rentrer en lui donnant dans un souffle faible le nom de l'auberge où j'étais à Lutèce. Je ne m'en faisais pas pour ma moto, elle ne pouvait que démarrer par mon emprunte digitale et le son de ma voix. Sans ça, même les roues ne bougent pas d'un iota.

L'acharnement de B' sur moi, et la guérison de mes blessures en plus du processus angélique m'affamaient encore plus, il aurait fallu que je vide un vampire lambda par jour de son essence pour rester en forme avec ce rythme. Mais il n'en est rien. Lorsque je reprend complètement connaissance, J'étais sur le ventre et les yeux bandés, il était inutile de m'attacher les mains, bien trop faible et sous les sensations de luxures pour m'échapper et lui tenir tête, et puis il ne m'en restait plus qu'une. J'en ai versé des larmes, des suppliques et des plaintes. Je suppliais Bigby de ne pas faire ça, je ne voulais pas et je ne comprenais pas pourquoi il me faisait ça. Mais mon côté luxurieux et d'autres parties en avaient comme besoin, j'avais besoin de ce sacrifice pour cesser de m'autodétruire. Si vous pensiez que j'étais une femme qui cédait facilement, il n'en était rien. C'est à ce moment précis que j'avais eu de violents élans de force malgré mon état. Essayer de mordre B' par tous les moyens, le frapper, m'échapper et lui cracher à la figure que je ne voulais pas revivre comme avant. Ouais, j'en avais des flash, des putains de flash de l'époque de mon enfermement. Mais Bigby les détruisaient, les uns après les autres par ses paroles et ses gestes. Tout y passait, toutes barrières, il les défonçait pour pénétrer dans ma profondeur psychologique la plus intime. Cela n'allait pas jusque là où je suis avec Egregario, il était mon âme soeur et B' ne pourra jamais égaler ça. Mais c'était différent, intemporel et pour toujours. Là dans ma vie actuelle, c'était B' et MArc, ou plutôt Wolf qui marquait son territoire comme jamais.
Il y avait bien des petites pauses brèves dans lesquelles B' mangeait un morceau, j'en avais même profité pour vouloir me nourrir moi aussi ... et il m'a fallu très longtemps de réaliser qu'il fallait que je le supplie pour pouvoir avoir ma propre part. Mais moi et ma foutue dignité, plus de 36 heures durant, rien, pas même un morceau de fruit ou de viande. je n'en voulait pas, moi c'était de l'essence surnaturelle.
Couverte de semence de mon loup, marquée physiquement comme psychologiquement, au bord d'une énième perte de conscience avec une voix cassée, au bord des larmes je l'avais supplié en ravalant ma dignité. Qu'il puisse me laisser manger, je n'en pouvais plus. ET il a ENFIN accepté, je ne vous explique pas ma joie, et lorsque je me nourrissais j'avais même joui. Taïga Launwitch n'avait plus rien de rebelle en cet instant, affamée, épuisée, suppliante et remplie de désir envers B'.

Non, pas là Bigby.. c'est.. c'est déjà pleins ... j'en peux plus .. j'ai encore faim... pitié ...


Durant nos ébats, mes ailes avaient bien poussé. Chacune de mes pousses faisaient 1m60, ma taille en soit à un centimètre près. Le fluide avait aussi commencé à former à ce qui ressemble à des structure de plumes, toujours translucides néanmoins. Oui, le fluide se nourrissait de ma sexualité comme un incubes et de mon régime alimentaire. Pour me remplir au point de me sentir pleine, littéralement, c'était réussit. Mes "repas" étaient uniquement composés de la semence, salive, transpiration, sang et essence surnaturelle de Bigby. Je ne pouvais penser à rien d'autres. J'en avais perdu la notion du temps. Ma voix était complètement brisée, je ne luttai plus , mes pensées ne sont tournées qu'envers B'. Au point même que je n'aspire qu'à ce moment où nous serions tous les deux enfin posés sur le lit, moi, lovées contre lui alors qu'il fumerait sa cigarette, je m'en fous. Agrippant de ma main gauche son épaule et ma jambe gauche par dessus les siennes. Mes dreads nouées mais dépourvues de leur décoration, nus. J'ignore combien de temps se serait écoulées pour en arriver là, mais en cet instant et s'il arrivait ça serait dans un faible murmure que je lui demanderait une dernière fois de pouvoir encore le boire, timidement et faiblement en le suppliant. Qu'il me tende son poignet et que je m'abreuve avant rouler sur lui, handicapée par mon bras manquant. Ecouter les battements de son coeur et l'embrasser amoureusement, langoureusement et longtemps. Réclamer autant d'attention, de douceur et d'amour que j'en ai besoin. Mon regard avait changé, transit de sentiments envers B'. Bien évidemment que je n'oublie pas MArc, au contraire, je n'ai qu'une envie, c'est de le voir aussi. J'avais peur en réalité, après toute cette passion, j'étais aussi fragile qu'une enfant de moins de dix ans, autant physiquement que psychologiquement marquée à B'. Mes pupilles étaient toujours fendues en leur milieu plongeant dans le regard de mon majordome, et j'étais bien heureuse.

Je t'aime, je t'aime mon amour...


Bigby pouvait voir les effets sur moi, voir comment amanite m'avait fait pour me retourner le cerveau contre moi. Mais B' à la différence ne l'avait pas fait en me violant. Car même si je m'étais défendue, je n'avais pas non plus hurler au viol et qu'il aille crever en enfer en me vidant de ma vivacité petit à petit. Non, plus maintenant. Et appelé Marc ou B', mon amour, c'était quelque chose que je ne réserve qu'à mon mari ou mon fiancée... Bigby était peut-être allé trop loin ? Je n'en sais rien.
ET ce moment là dont je rêve n'arriverai que si B' le permet, sinon je l'ai rêvé. Je ne suis plus très sûre de rien. De plus, j'avais complètement oublié aussi la dernière raison de ma présence à Lutèce. Au point même qu'un incube était présent sur les lieux du crime, Dmitri, le bassiste de mon groupe revenu de ses longues années sabbatique de piraterie. Il était là, dans les rues à observer vers la fenêtre où nous étions, habillé à la manière d'un metalleux industriel chauve, et puis il était chauve avec une barbichette en prime derrière ses lunettes solaires. Le sourire en coin, attiré par toute cette cacophonie sexuelle, pour disparaître en direction de mon village et rejoindre Daniel au bar. Il m'attendrait aussi.

Moi pendant ce temps-là, je n'avais plus aucune force, dans les bras de B'.


Revenir en haut Aller en bas
Bigby Wolf
Messages : 83
Date d'inscription : 07/07/2017
Kreat
Who am i !

Finir le job [RP LIBRE] [Avertissement - R - Peut choquer ] Empty

Finir le job [RP LIBRE] [Avertissement - R - Peut choquer ]

MessageSujet: Re: Finir le job [RP LIBRE] [Avertissement - R - Peut choquer ] Finir le job [RP LIBRE] [Avertissement - R - Peut choquer ] EmptyHier à 15:53
détails
L'homme ou le loup ?
Beware of his bite...
ft. ...
Ʃkaemp はは ™

Des heures... Des jours mêmes. Nous n'avions pas arrêté et malgré ses diverses tentatives de ... "résistances", je la sentais s’abandonner à moi, étais-je aller trop loin ? Oui surement, mais c'était pour son bien, je lui ai promis de la soulager de son passés, et voilà qui était fait. Elle était mienne, totalement, bien sûr je n'allais pas la changer en abusant de ce contrôle sur elle, mais ce serait une bonne mesure de sécurité en cas de soucis.

Nous nous reposions enfin, elle dans mes bras, alors que je caressais son dos entre ses ailes de façons douce et câline, je la gardais contre moi, nos corps nus, souillés et obscènes collés l'un à l'autre. Il était... Grand temps qu'on prenne une bonne douche. Je regardais le petit bout de femme collé à moi alors qu'elle me disait finalement qu'elle m'aimait... Des mots qu'elle avait pourtant juré ne plus jamais dire un jour. Je souris, l'embrasse sur le front et répond sur un ton rauque et chaud.

- Je t'aime aussi, Taïga.

Et je la laissais se reposer, protégée par mes bras puissants et par ma domination, elle était ma Taïga, ma petite femme que je protégeais de tout les maux. Je ne te laisserais jamais tomber, petite ange vicieuse, mais ça, tu le sais déjà n'est-ce pas ? Oui... Oui tu le sais, tu l'as toujours su, c'est pour ça que tu t'es laissé allée, c'est pour ça que tu m'as fais confiance jusqu'au bout. Parce que tu sais que je serais là, quoi qu'il arrive.

Je ferme les yeux, j'ai sommeil, après ces quelques jours, j'avais l'impression que le matelas était un petit nuage sur lequel mon dos semblait prendre son repos... Ouai.. Juste quelques heures, juste... Dormir un peu, c'était une bonne idée, et je penses que la pauvre petite Launwitch est tout autant d'accord avec moi sur ce sujet, la pauvre était à bout de force et ne demandait que ça, un peu de repos.

Hors-sujet.

Revenir en haut Aller en bas
" Contenu sponsorisé "
Who am i !

Finir le job [RP LIBRE] [Avertissement - R - Peut choquer ] Empty

Finir le job [RP LIBRE] [Avertissement - R - Peut choquer ]

MessageSujet: Re: Finir le job [RP LIBRE] [Avertissement - R - Peut choquer ] Finir le job [RP LIBRE] [Avertissement - R - Peut choquer ] Empty
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» /!\ Tu me sembles naïve petite, ai-je tords ? || FEAT ALIX /!\ Peut choquer.
» A quoi peut servir la danse ? ~Libre à tous.
» Peut-on se passer de la farine de blé ?
» Quel accueil de la part des oiseaux! (libre)
» Peut-on Esperer Un Changement En Haiti ????

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Spirit :: No Man's Land :: Lutèce-