Spirit
Malheur à toi pauvre âme !



 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

La lente morsure [Pv Taïga]

 :: No Man's Land :: Lame Spirituelle :: Demeure Launwitch Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Lun 10 Juil - 22:54
détails
L'homme ou le loup ?
Beware of his bite...
ft. ...
Ʃkaemp はは ™

Le trajet jusqu'au domaine était baigné dans le silence, je ne disais rien, j'avisais les environs. Je pouvais fuir, l'abandonnée... Elle n'est rien pour moi cette femme. Je voulais le faire d'ailleurs, la planté là, courir... Mais c'était trop tôt, elle s'y attendait surement.

Ma démarche est à l'effigie de ma personnalité, sauvage. On croirait voir une bête se déplacer, je roule des épaules, j'avise les passants en tentant de ne pas faire trop mauvaise impression pour l'instant. J'avais juste l'air d'un mec en costume un peu agressif, si seulement ils savaient... Aucun d'eux n'oserait me regarder.

Cacher vos brebis, cacher vos filles. Le grand méchant loup est de sortie. J'observais la démarche de ma nouvelle "maîtresse", bon, disons le clairement, j'avais les yeux largement rivés sur sa chute de reins et son déhanché, mais seulement par moments. Je sais me contenir, je ne suis pas une... Attendez, si en fait.

Je m'allume une clope, utilisant un vieux briquet zippo venu tout droit des states, le genre de truc qui te lâche jamais même après des années. Ma fumée nauséabonde s'élève au dessus de moi, se mêlant à l'air de ce village... Bien trop paisible.

- Pourquoi moi ?

Je parle peu, mais quand je le fais, je ne m'embarrasse jamais d'une quelconque gêne. J'observe alors encore une fois cette Taïga pour voir sa réaction et attendre sa réponse. Après tout, elle avait choisit un mâle dominant, un loup. Agressif et peu enclin à la coopération.

- J'aimerais juste comprendre pourquoi une femme, une chef de village, de ce que je comprend, s'intéresse à une bête.

Ma voix est toujours aussi rauque et suave, tel un chanteur de Jazz, je tire une bouffée sur ma clope et continue d'avancer jusqu'à voir le manoir, laissant la dame m'emmener à l'intérieur pour découvrir...

- Bah putain... C'est le bordel ici.

Hors-sujet.

avatar
Messages : 14
Date d'inscription : 07/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Lun 10 Juil - 23:27

L'homme ou le loup
Ma vie n'est pas à prendre & mon âme n'est pas à vendre !
Je ne peux être plus fière que ça ou bien contente. Je ne sais pas exactement, le doute subsiste en moi, je viens de faire un achat capricieux. Je soupire, ne parlant pas à l'homme qui fait désormais parti de ma maisonné. Je n'ai pas envie de lui parler de ma fille,
en même temps, elle est très discrète (c'est l'image de la fille aux yeux rouge et cheveux blanc sur la page d'acceuil du fofo xD). Il semble ronchon,
je continue de l'ignorer, plongée dans mes pensées. A un tel point, que je ne me vois pas traverser la forêt et à franchir le seuil de ma porte. Bien évidemment, c'est le bordel qui m’accueille. J'ai foutu plein de vent à mon nouvel esclave, mais sa dernière remarque m'arrache un sombre grognement. En réalité, je me laissais aussi bercer par sa voix, à un tel point que j'en avais réellement oublié de lui répondre.
Pénétrant dans mon salon, je dégage d'un coup de main, les papiers et fringues et objets traînant au sol avec une onde de chaleur, me frayant un chemin. C'est pas encore trop le bordel, et par chance, ce n'est que le rez de chaussé et le premier étage, ce qui est déjà pas mal pour un manoir en fait.

Je referme la porte, passant à côté de lui, j'ai dégagé en réalité tous le salon pour envoyé tut le bordel dans la cuisine. Je peux revoir mon sol,
avec mon mobilier de velours au style baroque, faisant honneur à Louis Vuiton. J'enlève mes escarpins, afin d'être pieds nus. Je m'assied doucement sur le canapé, caressant ma jambe en massant doucement mon mollet en me penchant en avant. Je ne porte pas de collant, laissant ma peau pâle et nacrée luire à la lumière du feu qui crépite dans ma cheminée, une douce chaleur y règne. Je semble plus apaisée. Je défaits aussi quelques boutons de mon col pour laisser voir un décolleté, c'était un mécanisme asiatique, je pouvais enfin respirer, j'expulse lourdement l'air de mes poumons. Reposant ma jambes, je viens masser l'autre mollet à son tour.

_ Ce n'est pas quelque chose à laquelle je pourrai répondre exactement. Mais si je t'ai choisi, c'est parce que tu me rappelles l'esprit de ma famille en quelques sortes... et parce que j'ai besoin de goûter à la compagnie d'une présence humaine habitée par la passion de la vie que ce soit la colère ou bien la joie.

Je m'arrête en amrquant une pause, me redressant lentement, je le regarde de mon vert flamboyant, et alors un doux sourire vient m'habiter en penchant un peu la tête.

_ Si tu veux la vraie raison, c'est surtout parce que je préfère avoir quelqu'un qui se bat pour sa liberté quitte à me faire mal à mes côtés, plutôt que d'être de nouveau malade et rat de laboratoire pour des gens qui m'ont détruit. Tu es ici chez toi, le seul hic, c'est que j'aurai besoin d'un peu de ménage à l'occasion... Mais tu peux manger comme tu veux et tu as même une chambre nikel pour le coup.

(c) par elfyqchan pour Never-Utopia
avatar
Messages : 63
Date d'inscription : 09/02/2017
Age : 27
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Lun 10 Juil - 23:45
détails
L'homme ou le loup ?
Beware of his bite...
ft. ...
Ʃkaemp はは ™

Alors qu'elle me colle vent sur vent, elle finit par enfin m'expliquer... Rien du tout en fait. Enfin si, elle voulait une présence. Je comprend enfin, la solitude... Elle voulait quelqu'un qui soit dans cette maison pour lui tenir compagnie.

Je comprend, j'étais son majordome... Et elle était sexy l'air de rien, je l'observais ouvrir son décolleté et masser ses jambes sans collants. Ouai... Elle titillé mes instincts primaire et me donnait largement envie d'elle, ce que j'essayais de cacher... Mais mes hormones me trahissent.

J'observe la tâche qui m'attend, je n'étais plus sûr de vouloir partir... Au final, ce qu'elle me proposait était une forme de liberté, et en prime j'avais pas à me soucier d'avoir un toit ou de la bouffe. C'était pas mal dans le fond.

Par contre... On crève de chaud ici. Je desserre ma cravate et ouvre ma chemise, la laissant ouverte sur mon torse couvert ce cicatrices ... Démoniaques, il n'y avait pas d'autre mots. Des brûlures noires, des traces de griffures... D'épées même.

Je frappe dans mes mains et me dirige lentement vers elle, autant commencer de suite, car vu la pagaille, j'en avais pour la journée, je venait lentement l'observer, pour lui parler de ma voix rauque avant de partir vers la cuisine ou elle avait tout fourré.

- Je vois, vous vous sentiez seule en somme. Alors soit, j'animerais votre vie... Mais ne vous attendez pas à me soumettre comme bon vous semble, je fais ce que vous me demandez car j'accepte de le faire.

Je gronde et m'éclipse alors, je voulais que ce soit clair, si elle essaye de me réduire réellement à l'esclavage, ça deviendra sale. Très sale. Mais pour l'instant, je m'occupais du rez de chaussés, le nettoyant de fond en comble, je n'avais pas de mal à repérer à l'odeur ou étaient les produits d'entretiens et ou se rangeait chaque chose. L'odeur de ses vêtements sales m'avaient indiqués la laverie, ceux propres ses armoires dans sa chambre.

Mon corps luisait de transpiration sous l'effort et je laissais mes sens vagabonder pendant cette intense période de ménage... Puis je m'arrêtais un instant, je rangeais sa lingerie et l'observait pensivement, elle aimait être sexy... Jusqu'en dessous de ses vêtements. J'avais aussi sentis l'odeur infime de luxure qui venait d'une autre armoire, je ne l'ouvrais pas, je supposais déjà y trouver divers... Jouet.

Les heures passent et finalement, le manoir est propre, resplendissant même... Je sais faire mon travail, ça, c'est une de mes qualités. Si on me donne quelque chose à faire et que je suis disons... Pas de TROP mauvais humeur, je le fais comme il faut, de fond en comble.

Hors-sujet.

avatar
Messages : 14
Date d'inscription : 07/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mar 11 Juil - 0:02

L'homme ou le loup
Ma vie n'est pas à prendre & mon âme n'est pas à vendre !
Une fois que je termine de parler, mon nouvel habitant s'approche lentement, très lentement de moi. Je relève immédiatement la tête en redressant aussi mon buste, avec prudence. J'écarquille les yeux, comme hypnotisée par sa voix. Je coupe mon souffle, il est à tomber par terre quand il est pas dans son sale caractère en fait. Comment réagirait Daniel quand il le verra ?
En tous cas je manque de tomber un peu dans les vappes lorsqu'il se retourne, je le vois se mettre à l'aise en déttachant son haut. Il est vrai qu'il fait toujours une température estivale dans mon manoir. Et ça, c'est à cause de mon pouvoir. Je me laisse tomber sur mon sofa, reprenant un peu mes esprits. Au bout d'un moment, jen e fais même plus attention à lui. Il était rapide et efficace, moi je me laissais couler, lentement.

Je ne savais pas trop quoi y penser, en tous cas, il ne perd pas de temps. Il est clair que ça change d'Akiko. Je réalise que trop tard que Wolk était entré dans ma chambre pour ranger mon linge et ma lingerie fine, j'ai voulu protester, mais j'ai laisser tomber. Après tout, il va vivre à mes ^cotés à présent. La somnolence me gagne, étrangement, mon anxiété baisse. Je ne devrai pas, c'est un inconnu, et pourtant, le sommeil a eu raison de moi assez vite.
Je finis par m'assoupir, allongée sur le canapé sur le dos, mon bras gauche pendouillant dans le vide avec ma jambe, face à la cheminée, j'étais étrangement bien, apaisée. Je n'ai plus de soucis à me faire, pour l'instant. Mes forces m'abandonnent, alors qu'une tortues enflammés, une bébés finit par se balader autour de moi. Que des petites cordes de flammes quittent la cheminée pour tournoyer doucement et gracieusement autour de ma personne. Lorsque Wolf termine, j'étais complètement endormie, poussant de temps à autre des petits gémissements, car je parlais souvent quand je dormais.


(c) par elfyqchan pour Never-Utopia
avatar
Messages : 63
Date d'inscription : 09/02/2017
Age : 27
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mar 11 Juil - 0:19
détails
L'homme ou le loup ?
Beware of his bite...
ft. ...
Ʃkaemp はは ™

Alors que je reviens, je la vois endormie, indécente... Je ne pouvais pas restreindre mes pulsions à ce niveau là. De plus, elle avait baissé sa garde, ce qui allait arriver n'était qu'entièrement sa faute.

J'attrape ma cravate et m'approche de cette femme si belle qui s'offrait le luxe de dormir avec un loup dans sa maison, j'observais la petite tortue un instant, et avant de faire quoi que ce soit, m'assurait qu'elle ne risquait rien, je ne savais pas vraiment ce qu'est une tortue de feu après tout.

Finalement, je m'approche, prédateur, de ma proie et monte sur elle, faisant attention à ne pas la réveiller tout de suite je lui attache les deux poignets ensembles avec ma cravate en faisant un bon noeud militaire. Mon regard vire au jaune loup alors que mes mains deviennent peu à peu plus griffues.

"Riiiiiiiiiiiiip" font les vêtements de cette femme alors que je la dénude sans vergogne, déchirant ses vêtements en laissant mon sexe imposant déformer mon pantalon. Ouai parce que ce genre d'hybridation, ça apportait aussi certains... Avantages.

Je suis au dessus d'elle, maintenant d'une main ses poignets liés tandis que l'autre s'affairait déjà à explorer le corps de ma nouvelle maîtresse. Je sais qu'elle aimera ça, je connais ce genre de femmes. Non seulement parce qu'au bout d'un moment, elle comprendra qu'elle attire toujours les hommes, et qu'en prime cela brisera pour de bon sa solitude.

Entre mes mains, elle était ma chose, mon objet. Je ne m'arrêterais sous aucun prétexte et ne comptait pas la laisser se reposer tant qu'elle ne serait pas entièrement satisfaite. Tant qu'elle ne crierais pas mon nom en suppliant d'en avoir plus.

Ma respiration est lourde, presque grondante, ma sauvagerie, mon envie, se laissent transparaître dans les hormones que je dégage à fond. Presque aphrodisiaque dans un sens, car ça attirait souvent les dames qui aiment la sauvagerie de sentir un vrais mâle.

Hors-sujet.

avatar
Messages : 14
Date d'inscription : 07/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mar 11 Juil - 0:42

L'homme ou le loup
Ma vie n'est pas à prendre & mon âme n'est pas à vendre !
Une scène se dessine dans ma tête, passant d'une scène féline et câline à une salle blanche, toute blanche. Aucune couleur, à côté de moi, un docteur, ressemblant à un homme que je connaissais. Il me sussure de doux mots rassurant alors que je me débattais faiblement, le suppliant d'arrêter d'une toute petite voix épuisée. Avec une seringue, il m'injecte un produit, et je ne tardais pas à n'avoir plus aucune force, je sentais être malade. Mais de quoi ? Je n'ai jamais su, mais je l'étais. Je voulais partir, je tire faiblement sur mes liens, mes poignets sont attachés. J'ouvre de nouveau les yeux, je ne tarde pas à les écarquiller de surprise. Tout se mélange dans ma tête, un homme est sur moi, des gémissements sortent de ma bouche qui ne tardent pas à devenir des protestations. J'arque vivement le dos, complètement réveillée. Ma respiration est haletante entre surprise et peur. J'avale ma salive en me tortillant violemment et fronçant les sourcils.

_ Qu'est-ce que.. qu'est-ce tu fais ?! Wolf ! Dégage de là, merde ! Ou je t'en fous une, putain de merde ! Wolf !

Je grogne alors que mes pupille se teintent d'un vert flamboyant pailleté d'or, les flammes de ma cheminée grossissent dangereusement mais je ne fais pas appel à mon pouvoir. Je serre les dents, me débattant, je suis nue sous ce loup. La colère et la peur me prennent. Dans ma tête je voyais encore cette salle blanche avec amanite qui me touchait contre mon gré, et celle-ci où c'est mon propre esclave qui me domine. Je tremble, secouant la tête, je bouge énergiquement, retenant au maximum mes cris, j'avais très chaud, est-ce dû à mon pouvoir ou c'est autre chose ?
Mais rien à faire, il me tient les mains déjà attachés, je me tends.

_ Tu t'es... trompé de femme, j vais t'exploser ton crâne putain ! Relâche... relâche-moi !

Je grogne plus profondément, cette fois mes canines poussent et des veines noires strient, mais toujours pas de pouvoir ou de force employée. C'est comme si je me bloquais moi-même inconsciemment, mes yeux démoniaques le fusillent, les siens sont aussi brillant et même plus luisant que le smiens. Mon venins commence à s'écouler de mes lèvres, je ne sais pas comment ça se fait que les réactions érectiles de mon pouvoir allaient se manifester au plus vite. Je me relaisse tomber au sofa, éssouflée. Ce n'est pas que je me retiens, mais en terme de femme, ej suis beaucoup plus faible que lui malgré ma force brute. Il dégage aussi une forte odeur, je suis une dominante, je domine, je ne me soumets que par volonté. Mais là...

_ tu.. Tu te trompes sur la personne, c'est moi qui domine !... wolf !

(c) par elfyqchan pour Never-Utopia
avatar
Messages : 63
Date d'inscription : 09/02/2017
Age : 27
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mar 11 Juil - 0:57
détails
L'homme ou le loup ?
Beware of his bite...
ft. ...
Ʃkaemp はは ™

Elle résiste, logique, nous n'étions qu'au début. Je la vois faire sortir des crocs suintant de venins de sa bouche, alors je décide de la mordre à la nuque, férocement. Laissant la marque de mes dents dans sa chaire alors que mes doigts glissent sur son bas ventre pour venir la titiller ici bas.

Je la maintiens fort, alors qu'elle me hurle des menace, qu'elle me domine... Je le savais, c'était ce genre de femmes. J'allais lui apprendre ce qu'est la réelle domination pour un loup. Je redouble d'ardeur pour la caresser, laissant mes doigts faire un travail expert sur son intimité alors que je descend ma langue sur sa poitrine, jouant d'un de ses tétons pour la rendre folle.

Je sentais son corps convulser sous le miens, je la sentais se retenir d'utiliser ses pouvoirs... Elle aimait ça, elle en avait envie... Mais elle ne se l'avouait pas encore. Alors je continue, sans pitié, silencieux jusqu'à ce que ma voix viennent frapper son oreille avant que je ne la morde.

- Tu pourras essayer cent ans durant... C'est moi qui te domine. Et je sais que tu a envie de ça. Alors laisse toi aller à ta vrais nature, et je te promet d'être toujours présent dans ce manoir pour toi. De ne jamais t'abandonner.

Je suis un vicieux oui, j'utilise ses sentiments contre elle, je savais qu'elle se sentait seule, je n'hésite pas à utiliser ça à mon avantage pour lui faire perdre la tête. Mes doigts glissent alors en elle, mon pouce frottant toujours sur son bouton de plaisir alors que je me laisses aller à mes instincts bestiaux, mon corps prenant quelques attraits lupins sous ses yeux. Légers, mais présents.

Mon imposant sexe frotte contre ses jambes, caché par mon pantalon de tissus noir, je la regarde dans les yeux, sans sourciller, sans peur. Je me montrais aussi dominant que possible en la prenant ainsi au dépourvu. Il fallait qu'une chose soit clair, je ne suis pas son clébard, et ça, je ne voyais qu'un moyen de l'imprimer en elle... Et ça allait être plaisant.

Hors-sujet.

avatar
Messages : 14
Date d'inscription : 07/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mar 11 Juil - 22:56

L'homme ou le loup
Ma vie n'est pas à prendre & mon âme n'est pas à vendre !
La colère monte dangereusement en moi, je ne suis pas une canidée et ni une félidée, mais ça n'empêche en rien d'abriter un monstre en moi humanoïde. La morsure de Wolf m'avaait cependant figée sur place, voir-même foudroyée, j'avais écarquillé les yeux alors que la douleur éclatait. Mais, c'était sans compter le frissonnement qui s'empare de mon corps avec une source de chaleur très suspecte. Je retiens à moitié ce faible gémissement. La morsure chez moi est quelque chose qui me rend complètement folle, un gros point faible dont je n'ai jamais su me débarrasser. Mon calvaire ne se termine pas pour autant, je sens ainsi deux doigts en moi, j'ouvre encore plus les yeux. J'arque le dos, n'arrêtant pas de frémir à chaque coup de langue de l'hybride. Je suis partagée entre deux feux, ma respiration est haletante, je serre les dents en grognant faiblement.
Je ne sais que choisir, partagée entre deux feux. Je grogne une nouvelle fois, mon regard est luisant, je ne comprends toujours pas pourquoi Egregario ne me défend pas. J'avais envie de tuer cet esclave, de lui faire, je veux qu'il arrête. Mon corps tremble, la peur commence aussi à monter. Je secoue la tête, toute ma tête est confuse. Je ne comprends plus grand chose. Alors ses paroles me viennent à l'oreille, je serre les poings en tirant sur mes liens. Mon bas-ventre se contracte, mes sentiments à son égard son encore plus partagés. Mon coeur se serre et je baisse doucement mon dos.

_ C'est pas... c'est pas juste !

Ma voix commence à faiblir, je rouis très légèrement. Je ne suis pas le genre de gamine à faire genre de ne pas aimer ça ou ça et d'après de rougir comme une pivoine en couinant avec son maître. Non, moi j'étais plus le genre de dominatrice-soumise, jamais je ne me laisserai complètement faire. Ma main commence à luire d'une couleur orangée. Du moins pas qu-....
Une image, une scène se dessine dans mon esprit. J'étais assise sur une chaise, les poignets attachés au accoudoirs et les chevilles sur les pieds de la chaise. Je porte une chemise violette en soie avec une jupe assez courte noire, des escarpins et une coiffure très distingués. Cependant, je fusillais du regard l'homme en costard face à moi. Je ne me rappelle plus ce qu'il me disait, mais au bout d'un moment il pointe l'index et pose sa paume sur ma tête, et alors je m'endors comme une masse. et je l'entends proliférer ces mots :

" Taïga Launwitch ou plus exactement, Âme Johns. A mon claquement de doigt, chaque fois que tu seras violée contre ton gré, qu'un homme de ton foyer te portera la main dessus pour te posséder, tu ne pourras pas utiliser tes pouvoirs. Psychologiquement, il auront disparu par la peur des hommes que tu développe à cause de ton mari, tes tortures et de tes privations. Tu seras une femme, cette femme que tu as toujours rêvé d'être sans Egregario, sa force comme son pouvoir. Il te seront bloqués, et je serai le seul à pouvoir te rendre tes pouvoirs dans cette situation. Tu reverras cette scène pour l'oublier à chaque fois. Tu es malade, Âme, les piqûre tes guérissent comme la caresse de ton geolier, ne l'oublie pas nonplus. Si tu es faible... c'est parce que tu es malade, et nous allons te soigner. ... *CLACK*

Un cri m'échappe, à pleine gorge déployée pour le coup. La surprise et le choque se lit dans mes yeux. Les larmes aux yeux, je bascule la tête en arrière, tremblante, ma main n'a plus son apparence magique. Mes forces m'abandonnent étrangement, je ne comprends pas alors que les dents de Wolf s'impriment de nouveau en moi, je couine faiblement. Je perds progressivement de mon agressivité, alors je vois son regard luisant d'or. Je serre les dents, secouant légèrement la tête par la négative, tremblante, j'ai peur malgré la plaisir que je prends. D'un revers de la main, j'ai perdu mon aspect de femme fatale, puissant et sensuelle à cette.... nouvelle femme que je ne connais encore que très peu. Douce et maternelle, avec une véritable force d'esprit mais terriblement fragile envers les hommes à cause de sa maladie incurable. Quelle est cette maladie ? Je ne sais pas, mais ma domination a pratiquement disparu pour que je créer mon côté de soumise... ou de fausse soumise. Car je me défends toujours, ma fierté m'empêchera toujours de supplier complètement.
Je déglutie, complètement écrasée psychologiquement par Wolf, je me tortille toujours, mais ses morsures et ses mots ne font que de m'affaiblir.

_ A l'aide..

Je lutte toujours, mais je prends conscience de plaisir, je gémis en détournant le regard, tirant très doucement sur la cravate. Je porte la marque des crocs de Wolf, mon bas-ventre se contracte à cette idée, j'ai du mal à le regarder dans les yeux. Ma voix suave a disparu au profit d'une bride de légèreté peu assurée, une harmonie estivale à l'oreille de ce puissant mâle. Il m'avait calmée comme deux grands fauves s'accouplant d'une certaine manière. J'arque de nouveau le dos, victime de cette chaleur, haletante.

_ Libère-moi.... libère-moi !..

(c) par elfyqchan pour Never-Utopia
avatar
Messages : 63
Date d'inscription : 09/02/2017
Age : 27
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mer 12 Juil - 18:12
détails
L'homme ou le loup ?
Beware of his bite...
ft. ...
Ʃkaemp はは ™

Je la vois se débattre... Et puis plus rien. Il c'est écoulé quelques secondes entre le moment ou elle me menaçait et celui ou elle jouait les vierge effarouchée. Mes sens ne me trompent pas, elle commence à aimer ça, elle se retiens. Je relève donc son bassin d'une main et lui colle une belle fessée suivit d'une autre et encore...

J'aime le son que font ses fesses lorsque ma main entre en contact avec sa chaire moelleuse, laissant des traces de griffes sur son postérieur que je malmène avec envie, mes doigts en elle s'agite de plus en plus frénétiquement, à la recherche des ses points faibles qu'ils assaillent ensuite sans vergogne. Je ne tiens plus ses poignets, mes deux mains étant sur le bas de son corps à s'affairer, je glisser un doigt entre ses fesses pour jouer avec sa petite entrée.

Je laisse mes pulsions faire leurs office, grondant mon plaisir alors que mes morsures se font plus nombreuses, plus pressantes. Je marquais son corps de mon passage en offrant mon imposant sexe à sa vue. Avant d'être marié, on m'appelait "Le briseur"... En voici la preuve fière et dressée de désir. Je ne me retiens plus, je n'en peux plus, alors je laisse ma masculinité frottée contre son sexe et même entre ses fesses, prêt à la démolir, pour être vulgaire.

Son regard de loup est animé par une braise incandescente, un feu lubrique que rien ne saurait éteindre à ce niveau. Il ne parle pas, laissant juste Taïga sous le joug de sa domination alors qu'il retire son doigt de ses fesses pour la prendre à la gorge, tout proche de se glisser en elle..

Hors-sujet.

avatar
Messages : 14
Date d'inscription : 07/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Lun 17 Juil - 23:15

L'homme ou le loup
Ma vie n'est pas à prendre & mon âme n'est pas à vendre !
Je ne contrôle plus rien, que ce soit avec l'hybride ou bien avec ma propre condition physique. Je ne sais pas si je me sens bien ou non, quelque chose me manque. Je ne parle pas du plaisir, mais lorsque Wolf glisse son doigt là où c'est interdit, j'allais encore plus loin. La peur a fait un bond en moi, au point que je ne parviens pas à fermer mon propre esprit. Je retiens un cri de stupeur, alors qu'un faible gémissement me prend. Je ne peux pas décrire la scène, mon bas-ventre se tord. Au bout d'un certain moment, j'écarquille vivement les yeux alors que ma respiration se coupe. Dans ma tête je ne faisais pas l'amour, c'est un mélange barbare entre peur, plaisir et faiblesse. J'arque vivement le dos, je recommence vivement à me tortiller, mes propres instincts de survie jaillissent. Je sais que je suis quelqu'un qui aime faire l'amour malicieusement et sauvagement avec un tout petit peu de douceur, car la coucherie bannale m'ennuie vite. Mais cette fois, il n'y avait rien de plaisant psychologiquement. Je n'arrête pas de me demander ce que j'ai fais de mal pour être victime comme ça. J'essaye de reprendre mon souffle en me débattant, mon immortalité ne me dispense pas de mon besoin primaire d'oxygène. Alors je hurle dans ma tête, tandis que ma tête bascule en arrière.

Je sens sa nudité, je voulais juste un peu de répit, juste le temps de me dire que je nsuis pas en danger. J’essaye de protester, mais alors je sens son sexe prêt à entrer en moi. Monsang ne fait qu'un tour. Bien que j'ai pu coucher de nouveau depuis mon enlèvement, il n'empêche que j'ai développer une grande appréhension pour ce genre de comportement. Je secoue ma tête, j'ai les larmes au bord des yeux. Pourquoi il n'a pas de morceau de latex ? Je ne veux pas retomber enceinte, je ne veux pas qu'on décide quoi faire de mon corps à la place. Je tremble.

Une violente odeur de musc sauvage se repend dans le salon comme une traînée de poudre, mais je suis trop plongée dans ma tête pour pouvoir identifier cette odeur pourtant si familière. Quelques secondes après, de la fumée noire explose au milieu de la pièce où saute en trombe pour pénétrer dans la salle une grosse masse sombre aux yeux de sang. C'est une créature nocturne. Son apparition était considérée comme un présage de mort. Il est vu comme une sorte de gros chien sauvage semblable à celui d'un chien domestique mais de très grande taille, à épaisse fourrure noire et doté d'yeux rougeoyants. Il se dégage de lui une impression de froid, de découragement, et de désespoir, ce qui justifie l'imprécision des descriptions le concernant.
Daniel est une monture, dans notre famille, il peut aisément voyager dans le Monde Inférieur dans sa forme démoniaque. C'est un hybride qui est à moitié vampire, car il lui faut une forme terrestre. Sa particularité est ainsi comme Justyna qui est une jaguar démoniaque. On les appelle plus communément des métamorphes. Des immortels capable de se transformer en quelque chose d'une race animale démoniaque, ce sont des démons. Les humains qui ont ne serait-ce qu'une carcelle d'ADN démoniaque en eux, peuvent naître en tant que Métamorphes. Ce sont donc de puissantes entité qui ont une âme indéniablement liée au Monde Inférieur. On les confond souvent avec des loup-garou ou autre chose de garou. Ils doivent protéger leur secret, car c'est grâce à eux que des humains pourraient voyager dans l'autre dimension sans se faire damner. Ils sont vu comme des parasites pour les Anges, ce sont les premières créatures purement démoniaques que les "Bons" comme Arashi ou des Anges doivent exterminer.

Il n'empêche que malgré son apparence affreuse, Daniel arrive très bien à se faire passer pour un bon gros toutou lorsque qu'il prend soin de ses poils dans l'eau de source que les petites sirènes le chouchoutent. Mais c'est surtout qu'en cet instant il n'avait rien de doux, c'est pourquoi le sombre grognements de Daniel ma ramène brusquement à la réalité. Je pousse un cri de peur et de surprise. Le gros chien vient d’apparaître comme par magie derrière moi, faisant directement face à mon esclave. Comme s'il vient de se détacher naturellement et silencieusement de l'ombre. Il fusille du regard Wolf. Et merde.

_ Da... Daniel ! ..

Il n'avait rien de vampirique en cet instant, mais de bestial. Lui qui est le cerveau de notre famille, le plus fin stratège qui se définit par sa grande intelligence, il n'en donne pas l'impression. Il agit par pur instinct, me protéger. C'est sa raison de vivre : moi. Après avoir perdu ses deux femmes, dont la mère de sa seule fille. Ouais, c'est homme n'est rien d'autre que le père de Justyna. Il vient d'une époque très lointaine, c'est l'un des premiers descendants de nos ancêtres egyptiens. Il est né en Angleterre, mais ses voyages et son expérience lui ont fait perdre son humanité. Il n'agit que pour protéger sa famille et assurer la sérénité de son clan. On peut dire qu'il est le mâle Alpha de notre meute, et que j'étais la Lupine.
Le gros chien ne cesse de fixer Wolf, ce qui m'aide à revenir à moi, putain ça va dégénrer si Daniel se contente de rester comme ça. Mon souffle est coupé par le plaisir, la surprise et la peur.

_ Je t'en prie Daniel... c'est... c'est..

Alors à ma plus grande surprise et sous un étrange émanation de poussière noire avec craquement. Daniel ne tarde pas à prendre une forme humanoïde, jusqu'à paraître totalement humain, si ce n'est qu'il garde ses yeux rouge sang, il avait agrippé l'accoudoir et semble pouvoir me protéger de sa taille prêt à bondir sur Wolf. Il serre les dents, il est furieux. En humain, Daniel est un homme brute de décoffrage mais beaucoup moins que Wolf. Mon oncle, avait les yeux vert et des cheveux noir ondulant jusqu'à sa nuque. Il avait toujours cette barbe de trois jours à la mâchoire ciselée comme si avait été taillée dans un marbre brut. Sa peau est aussi pâle que la mienne, nous n'aimons pas le soleil tous les deux. En tous cas; lui qui d'ordinaire est d'un calme olympien, il venait d'afficher une mine aussi sauvage que les dangers de la jungle. Quand je le vois dans sa forme humaine, il me faisait toujours penser aussi à sa première femme, une paysanne louve-garou morte depuis des années maintenant, elle avait les cheveux blanc et des yeux vert aussi. Je reviens à moi. Etant revenu à sa forme humaine, le brun a miraculeusement enfilé un jean sans que je ne m'en aperçoive, le don de la vitesse vampirique. Alors le concerné ouvre lentement la bouche, montrant bien ses canines avec une voix grave et rauque emprunt de colère.

_ C'est comme ça que tu remercie une femme qui t'a tiré de ton taudis en t'offrant un logis, nourriture, te traitant non pas comme un sale chien ou esclave mais en tant qu'égal et même terrain de chasse qui est en plus mon territoire ?
_ Daniel, attends !...
_ Tu profites de sa faiblesse, tu la manipules sur son propre tourment pour l'affaiblir psychologiquement et en violant son corps pendant son sommeil sans même la connaître ? Tu n'hésite pas à abuser d'une mère de famille sans penser aux putains de conséquences qu'elle pourrait avoir et ni à ce qu'elle a déjà pu vivre ?

Il avait tellement agrippé l'accoudoir qu'elle craquait, mes larmes coulent. J'étais la protégée de mon oncle, il m'a élevé depuis mon adolescence et a toujours veillé sur moi. je ne sais pas quoi penser, je n'aurai même pas fait payer Wolf. Daniel a l'habitude que je couche sexuellement de manière passionnel quitte à ce que je me défende. Il n'a jamais intervenue, même quand Juan s'était introduit dans mon sommeil pour me violer aussi. Sauf qu'il a été plus... doux ou prévenant ? Je ne sais pas, je n'ai jamais rencontré d'homme comme Marc ou Wolf avant. J'avais toujours un comportement de dominatrice d'une certaine manière avec les autres hommes, il faisaient toujours attention à moi, du moins je ne compte pas Amanite. Tout est de sa faute.

_ Tu peux la baiser, elle aime ça. Mais ce qu'elle ne peut pas supporter, c'est que tu abuse d'elle juste pour te vider les couilles.


(c) par elfyqchan pour Never-Utopia
avatar
Messages : 63
Date d'inscription : 09/02/2017
Age : 27
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mar 18 Juil - 20:08
détails
L'homme ou le loup ?
Beware of his bite...
ft. ...
Ʃkaemp はは ™

Je ne me contrôle plus, et au moment ou j'allais entrer en elle, elle se débat de nouveau et une fumée noire explose dans le salon, laissant voir un animagus en forme de loup noir. La plaie ! Le pire, c'est que je sentais que cette bête était à la fois un vampire et un Alpha ! Vous savez ce qu'on dit sur les guerres entre loups et vampires ? Bah c'est pas tout à fait faux. Underworld mon gars ! Va réviser ta culture cinématographique !

Il me lâche un discours alors que Taïga parle, mais peu à peu, je ne les entends plus, un voile rougeâtre passe sur mes yeux et mon corps se couvre de poils de plus en plus, nu ? Je m'en fichais pas mal. Ce mec est un Alpha et il est là pour me faire la morale ! Il faut dire que j'avais déjà succombé à mes pulsions animales avec Taïga, cela n'avait fait que m'enfoncer encore plus profondément dans mon esprit de loup.

Je lâche la maîtresse de maison pour me jeter sur le vampire loup, Daniel qu'elle l'appelle. Mon corps en une demi seconde s'est changé entre le moment ou je lâche la brune et celui ou j'attaque l'homme. Oui l'homme ! Le type était redevenu humain, grossière erreur ! Il devait penser que je ne l'attaquerais pas sur son propre territoire... Perdu mon gars, je suis un alpha moi aussi !

Un bref combat éclate, du mobilier est fracassé, quelques coups sont échangés, je l'écharpe à coup de griffes et crocs alors qu'il me taillade avec un bout de verre venu d'un des nombreux terrarium de la maison. C'est ce qui avait du la mettre en pétard...

Elle fit exploser son pouvoir et me projeta alors sur plusieurs mètres dans la maison, j'aterissais sur une table que je fracassais de mon poids. Sous ma forme de loup garous, je restais dans les décombres de bois, je ne comprenait pas tout. Ma bête et moi on se bat pour le contrôle... Je sais que l'autre à disparu, je ne le vois plus.

Je saigne, j'ai mal, ça m'aide à avoir un certain contrôle sur moi même... Putain, je crois que j'ai une veine tranchée. Heureusement, mes blessures se referment vite, un peu comme un vrais loup garous oui. (Même si ce pouvoir chez moi est bien moins évolué que chez une vrais bête du diable.)

Tout tourne, je relève la tête, je la vois, nue, son pouvoir, des flammes lèchent sensuellement et de façons menaçante à la fois sa peau. Je n'ai pas peur, je n'ai jamais peur... Mais je savais que j'ai fais une connerie. Le pire, c'est que l'autre con avait raison, mon côté humain le savait.

J'attendais, pour l'instant, mieux valait éviter un mouvement brusque. J'ai des éclats de verres dans l'arrière de ma tête, légers, mais ça fait un mal de chien, une déchirure insupportable... J'ai dégusté... Mais l'autre aussi, et ça, ça ne pouvait être que pour le mieux. Je ne pouvais décemment pas lui laisser croire qu'il était meilleurs que moi.

Mon corps reviens peu à peu à ses proportions humaines, je perd mon côté bestial alors que je reste allongé dans les débris de la table sur laquelle j'ai atterris, mon regard marron a un mouvement épileptique, mes pupilles tremblent, je vois flou et j'entend à peine Taïga. Je ne sais pas ce qui va se passer, alors j'attend.

Hors-sujet.

avatar
Messages : 14
Date d'inscription : 07/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mar 18 Juil - 23:21

L'homme ou le loup
Ma vie n'est pas à prendre & mon âme n'est pas à vendre !
Wolf et Daniel se fixaient du regard avant que mon esclave ne saute soudainement sur mon oncle. J'écarquille les yeux d'horreur. En quelques mots, sang, mobilier explosé et parquet en ruine. Du moins, jusqu'à ce que j'entends un bruit très familier qui me fit me redresser instinctivement. Un terrarium se brise, je ne pensais qu'à une chose : ma tortue. Celle-là, c'était une de mes innombrable Hermann. Je serre immédiatement les dents en grognant, une chaleur intense se concentre au fond de mon plexus, en moi. Je me laisse envahir par la colère devant le carnage, disparaissant dans un amas de flammes, je réapparais pour prendre le bébé dans le creux de mes mains qui s'est caché dans sa carapace. Au même instant, cette concentration de chaleur explose de manière virulente. Une violente salve de souffle brûlante envoie percuter Wolf contre une table et Daniel au mur. Ils s’effondrent tous les deux. Les cendres du mobilier autour de moi retombe autour de moi. Mon aura me lèche ma peau blanche, délicieuse et effrayante en même temps. Approche petit Ange et tu te brûleras les ailes. Ma nudité accentue étrangement cette sensation de divinité démoniaque, venant d'un autre monde. Toutes mes cicatrices, mes tatouages sont comme des inscriptions mystiques. Ma chevelure balayent l'air à cause de la salve provoquée, j'ai toujours les mains attachées, mais ça ne m'affaiblissaient pas en moins.

Mes pupilles sont pailletés d'un or pétillant, je tourne l'oeil vers Daniel, tout se passe très vitE. Il est blessé et dans un sale état. De la fumée noire s'échappe de lui, il ne va pas tarder à se transformer, il rue vers moi, la rage au visage. S'arrêtant juste en face alors que je tiens toujours le petit animal. Je garde cette expression de rage. Le vampire transpire par tous les peau sur son corps d'humain. Il n'a vraiment rien d'un mortel.

_ Je pourrai te vider de ton sang, ne me regarde pas comme ça. Tu me dois le respect, je t'ai élevé comme un père. Et tu es ma Lupine, tu n'as pas à t’accommoder d'un autre Alpha.

Je le fixe, alors mon vert s'intensifie méchamment, je penche légèrement la tête sur le côté avant d'esquisser un sourire sardonique. De démon à démon. Mes canines sont aussi longues que les siennes, ma peau se parsème de veines noirâtre, mes mains noircies.

_ Tu oublies que c'est moi qui bouffe les immortels, je suis le vampire des vampires et de toutes les autres créatures. Ta faiblesse fait ma force, et je ne suis pas ta femme et tu n'es pas mon père. Tu n'as qu'à retrouver Justyna pour en faire la Lupine de la meute, moi je suis déjà maîtresse de ma lignée démoniaque, et tu en fait partie, mon premier lié, je te domine en tout point petit démon vampirique.
_ Je suis ton aîné, Taïganikasan !
_ Et je suis la voix et la cheffe de notre famille ! Retournes dans ta putain de grotte, Daniel O'Connor ! Ne m'appelles pas comme ça !

Il grogne de nouveau, vacille et manque de tomber, j'ai vraiment porté le coup fatal. Puis il disparaît dans une explosion de fumée noire. Mon coeur bat la chamade, je tremble. Je baisse la tête, regardant la tortue qui me fixe curieusement de ses pupilles noires en baillant avec sa petite langue rose. Alors je la pose dans le Terra temporaire qui servait plus de décorations qu'autre chose, mais au moins, il y avait tout les éléments.
La cendre a finit par tomber, comme mon aura, mais je garde ma forme démoniaque. Alors je me dirige précipitemment vers Wolf qui se vidait de son sang. Putain, cette odeur, ces hormones et ce sang... j'avais faim. Je secoue la tête. Je m'abaisse à ses côtés. Faisant une rapide évaluation.

_ Eden !

En deux secondes, ma fille descend précipitamment les marches pour apparaître sur le seuil. Elle ne s'étonne pas de voir la scène. Je lui demande alors d'utiliser son pouvoir. Elle maîtrise le sang, c'est grâce à elle que je suis encore en vie. Sans rien dire, et de ses yeux d'un rouge sang elle fixe Wolf. Tout son sang sur le sol et sur lui finit par s'élever légèrement dans les airs. Activant des flammes rougeoyantes d'une main. Je n'ai pas besoin de lui expliquer. Je ne peux pas faire le pacte de sang, je ne peux pas offrir mon essence à n'importe qui. Surtout pas à Wolf, je ne sais pas comment il pourrait réagir.
Alors le liquide vermeil de l'esclave passe au travers de mon feu, je le stérilisait au niveau microscopique. Je me concentre, transpirant très vite et en serrant les dents. Puis je plaque mes deux mains attachées sur son coeur et tout le sang pénètre en lui sauvagement. Il va avoir mal. Mais ma fille allait forcer une cicatrisation en quelque seconde, c'est comme une transfusion à la manière sauvage. Il se sentira engourdie pendant l'acte, et avoir un putain de mal de crâne, mais c'est déjà une bonne chose qu'il reprenne forme humaine.

Lorsque l'opération se termine, je dénoue mes mains grâce à ma magie, et je n'attends pas que Wolf reprenne complètement ses esprits pour l'allonger doucement sur le sol. Il est sauvé, mais je suis épuisée. Le chevauchant en douceur, j'invoque mon pouvoir pour me vêtir à la manière d'une guerrière angélique. En gros panti avec juste de quoi tenir mes seins avec des bandes de tissus. Les vêtements brillent légèrement d'un rouge pétillant, c'est mon pouvoir, ce ne sont pas de vrais habits. J'attache alors ses mains dans son dos avec sa propre cravate, bien fermement.
Ma fille repars sans demander son reste, elle a l'habitude de voir le salon ravagé par des batailles comme ça.Je ne voulais juste pas qu'ils se battent chez moi. Et si ça ne s'est jamais produit avant de voir mon oncle de cette manière, c'est parce que j'ai toujours ramener des chats soumis ou un peu dominants, mais pas d'Alpha.

Une fois Wolf bien immobilisé, je nous fait transporter dans ma chambre aux ton rouge et d'or. Un mélange entre satin, soie et cuir de dentelle. Comme je suis hypersensible au niveau de la peau, je ne peux avoir que du luxe pour des draps. J'ai un grand lit en baldaquin, avec un sol en bois de chêne sombre. Les mur sont tapissés de vermeil, enfin tout le bordel dans un style baroque aristocratique transpirant le sexe.
Nous somme sur le lit, comme décoration et souvenir, il y a deux grandes sangles pour attacher les poignets à la tête de mon lit. Elles sont en cuir et très usées. Il n'y a rien de sexuelle pourtant, les chaînes sont en or. Cela date du temps où Daniel m'apprenait à contrôler à Egregario, là où mon premier mari m'a attaché pour me contrôler en me décapitant la tête avec mon propre katana. J'étais une putain de furieuse avant. Je baisse la tête pour regarder mon esclave, il est temps de montrer qui je suis et qui domine ici. Je sourie en coin à Wolf, venant me pencher de manière sexy vers lui, ma poitrine contre lui. Je pose mon index entre nos lèvres.

_ Bonsoir Wolf... tu as bien dormi ? Alors comme ça tu as essayé de montrer que tu me dominait en tout point ?

Je souffle en souriant, puis je me redresse doucement, je me frotte très légèrement, imitant des mouvements de va et vient de manière très luxurieuse. Ma respiration est lourde et chaude, je penche légèrement ma tête, la mèche de mes cheveux vient cacher mon peil d'un vert brillant. Mon venin se met à s'écouler de ma lèvre inférieure avec lenteur pour traverse ma jugulaire avant de mourir dans le creux de ma poitrine généreuse. Je frôle le bout de mes doigts sur son cou, sa clavicule enfin sa peau en général. Toujours en exerçant de doux mouvements sur son bassin avec mes fesses. Quant à mon pouvoir, je fais malicieusement chauffer son sexe avec mon pouvoir.

_ N'as-tu pas compris que je ne comptais faire de toi mon esclave...? Tu travaillerai pour moi, mais je ne t'aurai pas maltraité, tu serais même payer. Tu peux demander à toutes les personnes qui ont travaillé pour moi. Et puis, retiens juste une chose, si tu respectes mes règles qui est la vérité, la loyauté et le respect, tu seras comme chez toi. Oh ! et j'oubliais...

Alors j'empoigne d'un main invisible son sexe, comme pour la masser, mon sourire s'accentue.

_ Même si j'aime être soumise sexuellement et me défendre, retiens juste que d'est moi qui domine tous le monde au niveau psychologique.... au niveau de la luxure... je m'en sers pour faire passer le message... comme t'as essayé pour moi non...?

Après mes mouvements, ma véritable main empoigne son sexe pour de bon, et je commence à faire des mouvements, sans le quitter des yeux et toujours en chevauchant en faisant bouger mon bassin sur le sien.

(c) par elfyqchan pour Never-Utopia
avatar
Messages : 63
Date d'inscription : 09/02/2017
Age : 27
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mer 19 Juil - 15:37
détails
L'homme ou le loup ?
Beware of his bite...
ft. ...
Ʃkaemp はは ™

J'ai mal, mais ça va. J'avais déjà subit bien pire pendant la guerre... Quoi que... Ouai nan, ça fait un mal de chien putain ! Je gronde et ouvre les yeux, me réveillant alors attaché au lit de Taïga, elle me parle, jouant avec mon corps elle me dit qu'elle ne voulait pas faire de moi un esclave, mais je sens quelque chose alors..

Mes poignets sont attachés, premier mauvais point, j'ai l'impression d'être une bête piéger par un piège à loup, je grogne, montre les crocs. Mes yeux passent au jaune lupin alors que ma masse corporelle prend déjà en ampleur... J'essaye de me retenir, une lutte intérieure pour le pouvoirs...
C'est alors que je sens une chaleur étrange parcourir mon... SEXE ?! Elle allait quand même pas jouer avec moi alors que j'allais la violer y'a même pas quoi ? Trente minutes ? Une heure ? Je vois ses deux mains, l'une entre nos lèvres, l'autre posée sur mon corps, pourtant, j'ai l'impression qu'une autre me masse le glaive.

Ma voix déraille, à moitié humaine, à moitié hurlement de loup, je la regarde, mes yeux jaunes fiché sur elle dans un air sévère, comme si j'avais envie de ... La tuer, purement et simplement... J'ai envie ? Non ! Non je dois résister !

- Tu pourras essayer cent ans durant.. Tu ne me dominera jamais. Libère moi, ou tu le regrettera amèrement !

Je pousse un rugissement fort, la bête prend le dessus malgré les tentative sensuelle de Taïga pour me dominer. Mon corps tremble, pris de spasmes alors que j'entame ma transformation à nouveau. Je n'ai pas peur, je n'ai jamais peur ! Tuer... Dévorer !

Je secoue la tête, elle ne pouvait pas comprendre, le combat éternel qui se passe dans ma tête. Cette envie sauvage de libérer mes pulsions, comme un simple animal. Car c'est ce que je suis, une bête ! Rien de plus !

Je me souviens de ma femme, ma première femme. Je l'ai tuée, j'ai arraché sa tête et j'avais aimé ça ! J'entend encore les pleurs de mes enfants, je me souviens encore mieux de leurs gout tendre... Non... Non ! Je me hais, je hais cette bête qui à détruit ma vie, détruit ma famille. Les liens d'or me retiennent bien, pourtant, ma force est bien supérieure à celle d'un homme bien musclé. On peut entendre le bois qui craque, comme si c'est tout le lit qui allait céder.

Hors-sujet.

avatar
Messages : 14
Date d'inscription : 07/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Dim 23 Juil - 13:34

L'homme ou le loup
Ma vie n'est pas à prendre & mon âme n'est pas à vendre !
L'homme sous moi craque littéralement psychologiquement, partagé entre sa moitié humaine et canidé. Je l'observe sans montrer une once d'émotions, perdant de ma douce mine malicieuse. Je ne pourrai rien en tirer par la force de cette manière, il n'y aurait pourtant rien de mal à ce qu'il se laisse un peu faire. Quoi de mal dans de douces caresses ? Je fronce légèrement mes sourcils, serrant les dents, je lâche son sexe comme s'il m’écœure. Je me relève pour poser pied à terre et faire quelques pas en lui tournant le dos. Me dirigeant énergiquement à mon armoire, j'invoque ma force démoniaque pour élever Wolf planer dans les airs au milieu de ma chambre pour qu'il évite de bousiller mon lit. Je ne le regarde pas, il m'énerve. J'annule aussi mes flammes qui couvraient ma nudité. Au même moment, Wolf retombe au sol en étant de nouveau libre. Je reste sur mes gardes malgré qu'il soit derrière moi.
Ouvrant mon armoire, je grogne en pestant dans ma barbe. Lorsque je balaye ma chevelure sur le côté, Wolf peut aisément voir mon tatouage sur mon omoplates gauche avec une horrible cicatrice telle une énorme marque de morsure déchiquetée.
<La marque est ainsi entouré d'épines de rosiers en pleurant du sant, avec des ailes d'anges en train de brûler où un poignard transcende le tout. Et ma cicatrice semble donner une dimension physique à l'encre, comme pour lui donner vie. Quant à ma hanche de droite à l'autre côté, l'épine de rosier continue en naissant du creux de mon bassin, venant se lover jusqu'à ma nuque et de l'autre côté à ma hanche qui se termine sur mon entrecuisse. Avec mes tatouages, je dispose de plusieurs entailles horizontales au niveaux de mes reins.

_ Sérieusement, si tu penses pouvoir m'avoir en pensant que je suis une femme frustrée qui ne rêve qu'à se faire sauter par un bourré de testostérone comme toi, que je geindras dans tes bras, t'as vraiment de la merde dans mes yeux.

Je me tâte pendant quelques secondes, mais je finis par enfiler un jean noir moulant après avoir mis des sous-vêtements en soie noir. A mes pieds, des grosses New Rocks. Elles sont cloutées, et sur le côté des représentations de flammes noires, me rappelant mes propres flammes, elles sont magnifiques. Les bottes montent jusqu'à la moitié de ma jambe sous le genou. J'enfile aussi une ceinture marron, là où se trouve le holster de mon katana. Sur le haut, je n'avais pas envie de me faire chier. Alors je opte pour enrouler ma poitrine dans un espèce de corset en cuir noir, laissant mon ventre à découvert. J'expose ainsi tout mes tatouages. Je décide de déplacer le holster de mon katana sur mon dos entre mes omoplates, nouant donc celui mon flingue à ma hanche droite. Comme je suis gauchère, je n'ai pas le même emplacement que ceux des droitiers. Je décide de laisser mes cheveux dénoués. J'ai complètement changé de style, passant de la femme disinguées quand je l'ai acheté à ma véritable... ou du moins au plus vrai et profond moi-même. Une guerrière stylisée sur mon côté de métalleuse. Une brutte de décoffrage qui ferait sûrement bandé Marc. Un sourire sauvage, je sors donc mon 9 mm pour le ranger et invoque mon Katana pour aussi le ranger. Ce Katana est lié à mon âme, il peu me suivre partout, il ne manque plus qu'une chose... mais patience, je pourrais bientôt me vêtir de mon manteau, pas encore. Lorsque je me retourne pour faire face à Wolf, j'ai un air ferme et plus sauvage. Je fais craquer mes cervicales, j'ai littéralement le style d'une Xena la guerrière en version cuir, démoniaque et moderne. Ma poitrine est opulente comme ça, au moins je peux respirer.

_ Que tu saches qui je suis, je n'ai rien de ta masse musculaire et je ne te connais pas plus que ça. Mais saches que je peux te comprendre parfaitement, tu me me croire sur paroles. Maintenant, je vais te montrer comment tu peux te défouler à ton aise. Si tu veux bien me suivre. Et si tu veux encore me défoncer la gueule, je me ferai un plaisir de riposter...

/div>(c) par elfyqchan pour Never-Utopia
avatar
Messages : 63
Date d'inscription : 09/02/2017
Age : 27
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Dim 23 Juil - 16:19
détails
L'homme ou le loup ?
Beware of his bite...
ft. ...
Ʃkaemp はは ™

Je me secoue, m'agite... puis elle me lâche et me fait léviter au milieu de la pièce. J'en ai assez d'être traité comme un objet dont ont dispose à sa guise, ça m'enrage de plus en plus ! Je gronde et me débat, cherchant à m'échapper à la prise... Puis elle me relâche à nouveau et me parle. Elle me dit qu'elle n'est pas une femme frustrée qui attend le premier homme pour la sauter... Elle ne comprend donc pas, malgré ce qu'elle dit.

Mon regard revient à sa teinte lorsqu'elle s'habille, je referme mon froc et gronde. Fin des jeux sexuels, mais apparemment, elle veut me montrer de quoi me défouler... Putain... J'ai l'impression d'être un chien à qui elle veut balancer un os. J'en ai marre.. Je devrais me casser en fait, si c'est pour être traité comme un animal, j'ai déjà donné ! Merci !

Je ne vais pas me laisser faire ainsi, si elle pense que je vais juste lui obéir comme ça... Je suis fier et je suis libre avant tout. Je parle avec une voix grondante, me détournant d'elle pour repartir de cette chambre que j'ai vu tout à l'heure. Elle n'imposerait pas sa vision des choses.

- Ca ne va pas être possible. J'ai du ménage qui m'attend encore.

Pourquoi je m'occuperais de son ménage ? Parce que je tiens quand même à m'excuser dans un certain sens. A ma façons. Je lui ai causé du tord... Et je... j'ai adoré ça ! Non. Non. Je ne suis pas comme ça. Je sors donc de la chambre et file dans le salon, commençant déjà à nettoyer. Elle n'est pas capable de me comprendre, personne ne l'est.

- The secret side of me, i've never let you see ~ I keep it caged but i can't control it... So stay away from me, the beast is ugly. I feel the rage and i just can't hold it. ~

Je chante, ça m'aide à calmer ma rage, je le sais. Ca m'a toujours aidé.. Alors j'ai l'air d'un homme de ménage à la con, peut être, mais dans tout les cas, je suis le genre de mec qu'on mène pas comme on veut. Elle me voulait dans sa vie ? Elle devrait alors faire avec mes défauts, et le seigneur sait que j'en ai.

Monster:
 

avatar
Messages : 14
Date d'inscription : 07/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Spirit :: No Man's Land :: Lame Spirituelle :: Demeure Launwitch-