Spirit
Malheur à toi pauvre âme !



 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Don't mess with de law [Libre]

 :: Métropole :: Capitale Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Lun 24 Juil - 21:47
La fuite est un jeu
Je relève pour regarde Namida avec surprise alors que la cravache masse mon intimité par dessus ma culotte en soie violette. J'essaye de resserrer mes cuisses, mais mes chevilles sont écartées, j'arque le dos en gémissant faiblement. Mon bas-ventre se contracte violemment, je serre les dents avant de retomber lourdement sur le matelas en lui portant de nouveau mon attention. Mes yeux mordorés s'embrument de petites larmes naissantes alors que je me tortille, il ne cesse de me caresser. Malgré moi et à cause de mes multiples contraction, je sentais mon propre liquide de plaisir. s'écouler et imbibé mon sous-vêtement. Je tremble, il me rend folle et pourtant il ne m'a pas encore pris. Je risque d'être très étroite, cela fait tellement longtemps qu'un pénis ne s'est pas faufilé en moi.
Je secoue la tête, couinant en retenant un cri, la cravache remonte. Laissant une traînée de ma mouille sur ma peau qui se refroidie et me fait frissonner. Je bascule ma tête en arrière en tirant sur mes liens, cette fois c'est un long son purement suave et lourd qui résonne en écho dans la chambre. J'en avais même fermé les paupières, doucement étendue sur les draps. Je n'ose même pas le contredire. Je n'aime pas prononcer le mot maître, je préférerai toujours l'appeler par son prénom tout en le vouvoyant. J'aimerai avoir mes cheveux entre ses doigts, être la femme la plus épanouie. Direction le septième, j'avoue être une demoiselle aimant les jeux sensuels.

_ Oui K-.. Maître...

Je mords ma lèvre inférieure, de la fumée commence à s'échapper des pores de ma peau, il ne m'a encore pas fait grand chose. Mais je n'ai juste qu'à me souvenir de ses doigts en moi pour perdre le contrôle, trop chaud. J'essaye encore de me recroqueviller, j'aimerai tellement me tortiller, le mordiller et le griffer. Je grogne faiblement, j'ai l'impression de me battre contre les caresses d'un homme invisible, son regard suffit à me rendre brûlante.

_ Je ne tiens plus !... Pitié, ça fait tellement longtemps...
Codage par Libella surGraphiorum
avatar
Messages : 27
Date d'inscription : 01/05/2017
Age : 20
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mar 25 Juil - 1:00
La loi, c'est moi

Elle se tortille, elle n'y tient plus. Je la sens convulser et se mouvoir dans mon lit, attachée comme une petite chose. Je suis vicieux, je sais... Mais j'adore ça. Je la rend folle pour me propre plaisir... Mais il faut croire qu'elle en prend aussi, vu comment son nectar trempe sa culotte.

- Exprime clairement ton envie, petite chose.

Impérieux, autoritaire... Je sais qu'elle n'aime pas m'appeler maître, je l'ai sentis dans sa façons d'agir. Mais si elle voulait m'être soumise, elle le serait totalement. Je ne comptais pas lui faire de traitement de faveur. La langue de cuir est lentement remplacée par mes doigts, glissant le long de ses jambes, juste sur le côté de son intimité et remontant sur son bas ventre et son torse, jusqu'à ses lèvres.

D'un coup, je la passe dans ses cheveux, les aggripants avec fermeté pour l'observer de ce regard transcendant que je possède. Je passe ma langue sur mes propres lèvres, oui, pour faire court, je me lèche les babines en la regardant, comme si je m'apprêtais à la dévorer. Et j'allais d'ailleurs le faire une fois qu'elle aura formulée son envie clairement, comme je l'attend.

La pointe de ma langue rencontre l'un de ses tétons, je la tease, je l’électrise. Je voulais qu'elle me supplie et hurle son envie de m'avoir comme dominant, de m'avoir en elle. Sous mon pantalon de soie, une bosse se fait voir, mon sexe déformant mon bas avec l'envie de venir la rencontrer, mais c'est le seul signe qui trahis mon désir. Je reste glacial, dominant et impérieux avec elle, ne lui montrant aucune faiblesse. Un véritable maître, qui sait y faire.
Codage par Libella sur Graphiorum
avatar
Messages : 19
Date d'inscription : 04/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur

_____________________
- Ne pouvez vous pas ressentir une émotion ?!
- Une émotion ? Cela devrait être interdit par la loi.
Revenir en haut Aller en bas
Mar 25 Juil - 15:16
La fuite est un jeu
Je tremble, respirant difficilement. alors il remplace la cravache par sa main qui frôle ma peau avec délicatesse, mais j'avais l'impression que ses doigts équivalent à des traînées de lave. Lorsqu'il passe juste à côté de mon intimité, je me tends, poussant un son de protestation quand il remonte à moi. Je le supplie du regard, gémissant en faisant mourir ma voix contre sa propre peau. Je suis molle, mais le voilà qu'il m'agrippe les cheveux avec une fermeté implacable, j'hoquette alors que mon ventre se contracte. Je serre les dents, étant obligée de basculer légèrement ma tête, ma respiration est rapide et ma poitrine remonte et redescends au rythme de mon souffle et des battements affolés de mon coeur. Je couine de peur et de plaisir, il me dévore du regard, j'essaye de bouger, mais je suis complètement immobilisée. Qu'est-ce qu'il cherche à faire exactement ?

_ Pitié !...

Alors sa bouche s'abat sur ma poitrine, j'écarquille vivement les yeux en arquant le dos et tirant sur mes liens. Un ronronnement de plaisir roule au travers de ma gorge avant de s'échapper, accompagné d'un cri pendant qu'il me titille et suce un des bout. Je commence à bouger, chercher à me débattre. Je calme ma fumée, c'est inutile, si je me transforme je serai étouffée par le collier et attachée sur le dos. Je mourrai de suffocation avant même de finir de me transformer. Il me restait autre chose, je ne sais pas si c'est un pouvoir, car je ne l'ai jamais utilisé selon ma volonté, car c'est comme un trait physique. Mon regard, j'avais une grande facilité à convaincre les gens à faire ce que je voulais, comme si j'étais la Reine. Mais ça venait de l'héritage vampirique éloigné de mon père. Je possède un don d'hypnotisme inné, que je n'ai jamais développé, ça ne m'intéresserait pas.

Le coup de langue de Namida me ramène brusquement à la réalité, cette fois, je bouge de tout mon possible, cherchant à m'enfuir. Ma queue s'agite très nerveusement et mes oreilles sont plaquées en arrière. Mes suppliques s'enchaînent, mon intérieur est brûlant. Je ne savais pas quoi dire, ouvrant légèrement les yeux, je le regarde, pantelante, le rouge aux joues en étant fébrile.

_ Je vous en prie, je veux sentir quelque chose en moi. En me torturant comme ça tout mon corps essaye de se défendre, s'il vous plaît soulagez moi ou bien je me débattrai encore plus, je vous en prie. Maître, pitié !

La bombe est lâchée, j'avais honte en même temps de n'en avoir rien à faire d'être aussi soumise. Je geins et minaude, grognant par la même occasion, j'avais tellement chaud.
Codage par Libella surGraphiorum
avatar
Messages : 27
Date d'inscription : 01/05/2017
Age : 20
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mar 25 Juil - 15:38
La loi, c'est moi

Elle c'était enfin lâchée, elle avait avouée son désir profond.
Alors à ce moment là, je bascule sa tête contre le lit et monte sur elle, dominant et hautain. Je taquine toujours ses seins du bout de mes doigts en la laissant chauffer un tout petit peu plus, puis finalement, je découvre mon sexe en retirant mon bas, fier, d'une taille relativement normale... Et je le frotte contre son intimité trempée.

- Pour ton honnêteté, voici ta récompense, petite chose.

Je glisse lentement en elle, la pénétrant avec envie et douceur, sensuel et ferme à la fois, cela faisait longtemps que je n'avais pas pris une femme. La sensation de ses chaires chaudes et étroites était divine, elle était faite pour moi, je le sentais au fond de mon âme.

Une fois bien ancré en elle, j'entamais des aller retour, lents et tendres. Je voulait qu'elle sente le plaisir monter petit à petit, qu'elle soit au fait que c'est moi qui dirige son corps et non l'inverse, peu importe ce qu'elle pourrait faire. Mon regard de glace est planté dans le siens, je ne souris pas, ne gronde pas de plaisir. J'ai l'air froid et pourtant, cela se ressent, que j'apprécie ce moment.

- Maintenant que nous avons commencés... Je compte bien marquer chaque petite parcelle de ton corps avec ma semence, pour montrer que tu m'appartiens corps et âme.

Ma voix est lente, empreinte de ce tranchant sensuel qui fait ma particularité. J'agrippe ses belles hanches et me laisse aller un peu plus rapidement, plus rude. Laissant nos corps se mêler dans cette torride étreinte. J'ai toujours ma cravache, je m'en sers sur ses fesses, pour garder le contrôle sur elle, pour la dominer. Je ne montre aucune faiblesse et ne lui laisse aucun répit.
Codage par Libella sur Graphiorum
avatar
Messages : 19
Date d'inscription : 04/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur

_____________________
- Ne pouvez vous pas ressentir une émotion ?!
- Une émotion ? Cela devrait être interdit par la loi.
Revenir en haut Aller en bas
Mar 25 Juil - 22:17
La fuite est un jeu
Toujours attachée, je regarde Namida me dominer qui vient s'installer au-dessus de moi en me caressant toujours. Il me parle de récompense, je comprends à moitié à cause de mon état, mais je ne disais rien. Se dénudant, je vois alors la fierté de mon nouveau propriétaire se dresser de manière impressionnante. Je gémis faiblement, puis fortement lorsque l'épée se range enfin dans son fourreau. J'arque vivement le dos, écarquillant les yeux. Il n'y vas pas fort, mais j'étais tellement serrée. Je ne peux pas le griffer ou le mordre, et même s'il me libère, je risque très fortement de vouloir m’enfouir. Ce n'est pas de ma faute, la fuite est un jeu pour moi.
Tournant la tête, j'essaye d'échapper à ses yeux d'un blanc de neige mais ils me forcent à les fixer, me fondant en lui. Je tire de nouveau les liens, de toute mes forces, la fumée recommence un peu. je rougis vivement.

_ Je... Mais si je tombe enceinte...?

Je le regarde, il n'arrête pas ses gestes. Alors il marque plus ses mouvements en agrippant mes hanches. Un coup de cravache sur mes fesses, j'écarquille mes yeux en glapissant. Je grogne en même temps, poussant des petits cris et couinements.

_ Maître... je.. vous... ah ! Pouvez-vous me libérer..? Je vous promets de ne pas m'échapper... hnn...
Codage par Libella surGraphiorum
avatar
Messages : 27
Date d'inscription : 01/05/2017
Age : 20
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Dim 30 Juil - 17:02
La loi, c'est moi

Elle était à la fois apeurée et excitée, c'était un mélange amusant à regarder. Alors que ma lance de chaire venait arracher son plaisir de ses lèvres, je l'observait se débattre et arquer le dos. J'offre à Justyna des coups de reins de plus en plus puissants, je voulais la voir crier son plaisir, la sentir se convulser sous mon corps.

- Tu auras ta liberté quand tu l'auras méritée, petite chose. Pour l'instant, tu feras comme ceci, nous verrons avec le temps si tu te montre.. Convaincante.

Je glisse un doigt baladeur entre ses fesses, mon regard ardent de désir malgré ma froideur se ballade sur son corps, rebondissant contre mon bassin à chaque coup que je lui offre. Sa poitrine opulente devient mon terrain de jeu, je mordille ses tétons, les pinces, malaxe ses deux globes de chaires. Je n'ai aucune pitié, car je n'ai pas a en avoir. Elle est ma chose, mon objet, ma chienne, ma Kreat'hur.

Oui, elle a pris une importante place dans ma vie, je ne peux plus le nier maintenant, aussi j'affiche un petit rictus sadique en me penchant vers elle, frôlant sensuellement ses lèvres des miennes avant de lui mordre celle inférieur. Mon regard de glace fermé, je profite de ce moment, car après tout... J'y prend moi aussi plaisir.
Codage par Libella sur Graphiorum
avatar
Messages : 19
Date d'inscription : 04/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur

_____________________
- Ne pouvez vous pas ressentir une émotion ?!
- Une émotion ? Cela devrait être interdit par la loi.
Revenir en haut Aller en bas
Mar 12 Sep - 11:05
La fuite est un jeu
Son petit manège continu alors qu'il répond à ma volonté de liberté par la négative, ses coups me font oublier la déception que je viens de ressentir à sa réponse. Le désir et la chaleur prennent le pas sur ma raison, mon coeur tournoie sur lui-même en me faisant oublier tout le reste. Me forçant à cligner des yeux, je n'ose pas les poser vers Namida en train de me torturer la poitrine, je trouve ceci très gênant, surtout que je viens de découvrir que je pouvais jouir de manière masculine. Certes ce n'est pas impressionnant, mais ça reste une jouissance très étrange. Moi qui ne connait que celle du clitoris, jamais je n'aurai douté que jouir avec le point G me ferai autant contracter. C'est quelque chose de profond, tout mon corps se tend, comme si quelque chose s'étirait en moi par de grosses vagues lourdes et abyssales. Par contre le clitoris, ça ressemble plus à un éclair qui s'abat et déferle sur tous le corps en étant très soudain et puissant mais bref.
Revenant à Kenno, je ne parviens pas à retenir un cri et il se fait ainsi entendre, résonnant en écho dans la chambre. Un pur son de plaisir relâché, ma voix grave et suave palpa contre sa peau vibrante. Je cambre mon dos, serrant les poings et les relâchant par la suite.

Namida me prend ainsi, tout en triturant ma poitrine, me dominant par sa taille et sa position. Je ne peux rien faire d'autre que de subir, la tête basculée en arrière gémissante et criante. Comme je ne parviens pas à me contrôler suffisamment, je prononce son prénom sans crier gare alors que ses règles m'obligeaient en temps normal de l'appeler par le nom "Maître".

_ Aah !.. K-..Kenno !

Un mot d'envie et de plaisir exprimé à son état brut, je ne me rends pas compte de l'infraction, mais sur l’instante, je ne m'en préoccupe pas. Son membre frotte contre mon point sensible profond, rougissant mes joues et chauffant mon corps.
Codage par Libella surGraphiorum
avatar
Messages : 27
Date d'inscription : 01/05/2017
Age : 20
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Spirit :: Métropole :: Capitale-