Spirit
Malheur à toi pauvre âme !



 

Taïga Launwitch
Messages : 184
Date d'inscription : 09/02/2017
Age : 29
Launwitch
Who am i !

Vivantes .. Mais à quel prix ? [RP LIBRE] Empty

Vivantes .. Mais à quel prix ? [RP LIBRE]

MessageSujet: Vivantes .. Mais à quel prix ? [RP LIBRE] Vivantes .. Mais à quel prix ? [RP LIBRE] EmptyDim 26 Mai - 23:57

Vivantes ..

Feat. Luthécia

La tempête avait grondé, éclaté, fait des ravage dans son sillage. Au lendemain de l'attaque, il pleuvait sur Lame Spirituelle. Pas d'eau non, mais des précipitations de cendres. Il y avait encore d'épais nuages sombres, comme un danger rôdant encore parmi les ombres, bien plus menaçante que ce que représente la Forêt Noire. Cette nuit, plusieurs centaines de villageois avait perdu la vie, notamment leur cheffe, ou plutôt moi, Dame Launwitch. J'avais l'impression de porter une couronne d'épine, et on m'avait relevé d'entre les morts. J'avais embrassé la Faucheuse, pour qu'on me retire de force de son étreinte froide et reposante par un dénommé Grimmaltadael. La veille, ou quelques heures plus tôt, les anges incriminés m'avait lacérer le mental. Ou plutôt, j'allais porter pour le restant de mes jours, ces plaies béantes qui ne se fermeront sans doute jamais. Bigby m'avait porté jusqu'à mon manoir, alors que j'étais en pleine crise de panique. Passant le reste de la nuit à me cajoler, me rassurer. Tout était passé, d'incessantes litanies exponentielles se mourant dans les tympans de mon majordome. Je ne pouvais pas rentrer, il fallait tout reconstruire, ce n'était pas la réalité. Non, tout était faux, Lame Spirituelle n'était pas détruit. Ce n'était pas possible, et Egregario ? Où était-il maintenant ? Mon âme souffre horriblement de s'être fait arraché de sa moitié, j'en veux encore à Nathanaël. Dame Launwitch n'était plus que l'ombre d'elle-même. Oui, je ne suis plus rien, Amanite m'avait brisé une fois, mais ce soir ... c'est comme si ... la désolation était mon hymne, et pour toujours. Pourrai-je seulement un jour pouvoir sourire de nouveau ? J'avais perdu ma famille, il n'y avait plus que des lambeaux.
Taïga Launwitch, et ce qui en est revenue à la vie n'avait plus aucun sens. Ce reflet dans le miroir, j'y pose avec lenteur désolée ma propre main. L'émeraude pétillant de mon regard, n'était plus qu'une rose rouge fanée emprisonnée dans cet or vieilli et sali par le temps. Un vestige semblant être perdu à jamais. Et cette denture, je retrousse mes lèvres, avant, mes crocs ne se voyaient que lorsque je devais me nourrir. Mais ... cette fois les canines de ma mâchoire supérieure étaient aussi sorties que celles des vampires. Et ce n'est pas tout, celles de la denture inférieure étaient tout aussi proéminentes. Les cernes sous mes yeux ont aussi disparu, mes rides s'étaient un peu estompés. Maintenant, je donnais avoir l'air d'une femme en début de trentaine. Mais ce n'est pas ça le plus surprenant. S'il y a bien une chose dont je prêtais une attention toute particulière, c'était ma chevelure à la couleur d'un doux châtain clair. Un café métallisé qui n'avait d'égale que la brillance de l'argenterie des grands palais français lors des périodes de royauté. Mais c'est de l'histoire ancienne. En cette amère matinée, je découvris avec horreur que j'arbore dorénavant des dreadlocks fort bien roulées. Comme si elles avaient un an, mais ce n'est pas tout. De l'or ancien avec des pierres précieuses sont accrochées à mes dreads, des bijoux. Donc une plus grosse sur une mèche pendant sur le côté gauche de mon visage. Je ne me reconnais plus, c'est horrible. Le miroir se fracasse à l'abattement de mon poing, faisant saigner ma main. Mais je n'en ai cure, connaissez-vous en la raison ? Hahaha ... la mutilation mentale est juste bien trop virulente ...

Mon désespoir est d'une telle force, que je n'ai pas pu pour la première fois aller déposer une rose Scarlett sur le mémorial de mon mari et de mon fils. Quelle honte, quelle honte Taïga. Et voilà, les larmes se mettent de nouveau à couler. Ce n'est qu'un rêve, ce n'est pas possible. J'ai déjà été témoin de plusieurs massacre de mon village, mais ma lignée était encore active, mais plus maintenant. Au fond de moi, j'en connais la véritable raison. Tout simplement parce que les morts ne reviennent pas à la vie, et parce que je suis une pionne d'un échiquier géant, mon sort à été revu au Jugement.
Je me suis fait violence pour quitter les bras de mon majordome, je ne voulais plus me lamenter sur mon sort. C'est pourquoi je suis sortie de mon lit, à regret, m'habillant simplement d'un deuxième exemplaire de mon kimono translucide. Mais celui-ci était d'un jais enflammé, étrangement, il semble aller de pair avec ma nouvelle condition angélique. Bordel, je ne vais quand même pas devenir une ange. Je prends la peine de refermer mon seul vêtement, ne portant pas de lingerie en dessous.

Une sombre musique tonne dans mon mental, une lamentation d'une puissante agonie sans fin, pleurant les morts et la désolation. En cet instant, mon seul désir était de connaître l'entropie de toute chose. Oui, à ce point.
Mais je n'ai pas le choix, je suis là. Je ne vois même pas Luthécia dans son fauteuil roulant, ni sa nouvelle condition. Après tout, j'étais incapable maintenant de lire les auras ou quoique ce soit de magique. Ce n'est qu'en revenant au salon... Il y a tout simplement un service complet de thé sur la table basse en argent. Du thé noir à la bergamote, mon préféré, dans deux tasses fumantes. Un vase avec une rouge Scarlett destinée aux hommes de ma vie, face à un feu de cheminé, crépitant comme si la tornade de cette nuit n'avait jamais eu lieu. Je serre les dents, je ne sais pas qui l'a préparé... Enfin... Luthécia le savait, c'était Daniel. Elle pu le voir comme jamais elle ne l'avait vu. Calme, n'ayant plus cet air fou. Il était juste calme, silencieux... Avait pris la nouvelle démone incarnée dans ses bras comme une princesse. Pour la déposer sur ce fauteuil roulant dernier cri de la Jurisprudence. Juste à côté du canapé... Moi, je n ela remarque que lorsque je me suis assise sur le sofa en velours rouge. Le regard brisé... Je finis par lui porter mes prunelles hybrides...

_ ... Salut ... Tu .. Tu vas comment ? ne puis-je que murmurer ma voix faible et cassée par mes mes hurlements, si d'origine sensuelle et enjouée.

(c) Sun pour Épicode

Revenir en haut Aller en bas
Luthécia Underwolf
Messages : 55
Date d'inscription : 24/07/2018
Humain
Who am i !

Vivantes .. Mais à quel prix ? [RP LIBRE] Empty

Vivantes .. Mais à quel prix ? [RP LIBRE]

MessageSujet: Re: Vivantes .. Mais à quel prix ? [RP LIBRE] Vivantes .. Mais à quel prix ? [RP LIBRE] EmptyLun 27 Mai - 14:47
VIVANTES, MAIS A QUEL PRIX ?

Cette nuit a été longue… et horrible… Je sais que je m’en remettrais. Mais à quel prix… Mes jambes ne voulaient plus m’obéir… J’étais maintenant une éclopée et faible… J’avais les yeux éclatés par la fatigue. De longues cernes tombant presque sur mes joues. On aurait pu croire que j’avais pris dix ans en l’espace de quelques heures…

J’étais silencieuse. Je n’avais pas fermé l’œil de la nuit. Je savais que Nathanaël et Daniel me surveillaient. Mais j’en avais rien à foutre. Je voulais me lever et marcher. Alors j’ai essayé toute la nuit de me relever et de marcher… Je n’avais réussie qu’à tomber encore et encore. Ne réussissant à faire qu’un pas ou deux quand j’avais de la chance. Tous me semblaient être désarroi.
Et bien que ça ne dure pas, je… Je détestais me sentir faible. Si j’avais fait ce pacte. C’était pour être opérationnel. Et pas être une handicapée plus capable de marcher.

Je grognais. Frappais mes jambes, sans ne ressentir aucune douleur. Alors que je sortais mon couteau de survie pour me planter Daniel et Nathanaël arrivèrent pour attraper l’un mon poignet et l’autre mon bras pour m’en empêcher. J’essayais de forcer, mais rien à y faire. Daniel me fixait de ces yeux aux lueurs rouges et me regardait froidement en grognant et me donnant ordre de m’arrêter. Alors que Nathanaël était plus doux. Il me regardait avec compassion et me retira simplement le couteau des mains.
Je baissais alors le bras et le regard, des larmes coulant de mes yeux. J’entendais un rire narquois dans ma tête que j’essayais de chasser à tous prix, l’insultant de tous les noms…

Le matin arrivant j’avais été mise dans ce fameux fauteuil dernier cri, j’avais la tête contre l’appuie tête, le regarde vide de tous. J’apperçevais un ombre descendre les escaliers. C’était Taïga… Elle était vivante…. Quel soulagement. Une larme coulait le long de ma joue à la voir en vie, mais je n’avais pas la force de m’exclamer pour le lui dire. Je n’avais pas envie de rire ou d’être heureuse non plus.

Je la regardais s’installer dans son canapé et voir les tasses de thé fumantes préparer par les bons soins de Daniel. Ce qui n’est pas vraiment surprenant.

Je fronçais les sourcils à la question de Taïga c’était bien maladroit et pour faire la discussion, mais il n’empêche que ça me mettais hors de moi.

- Comment crois-tu que je vais ? Tous aussi mal que toi.
Je l’avais pestée en colère, et grognais en même temps.


En réalité. Je ne lui en voulais pas à elle, je m’en voulais à moi. Je n’avais rien réussi à faire. Je ne les avais aucunement aidés. Et J’avais un gout amer en bouche. J’étais frustrée. Alors que je soupirais pour m’excuser mon visage de prit d’un rictus malsain. Je riais d’une voix grave et incontrôlée. Mon corps tressautait.

Je serais mes mains sur les accoudoirs du fauteuil et grognais de nouveau, vociférant à voix basse. Dégage démons infâme. Je ne veux pas que tu prennes mon corps ! Hurlais-je intérieurement ce qui eut pour but de le faire sourire me répondant que je lui appartenais déjà corps et âmes. Ce qui en souhait était vrai. Mais je voulais rester maître de mon corps et de mes actes. Et il ne voulait pas. Il se fit violent pour prendre ma place.

De nouveau il y eut un rire sombre.

Il s’habituait à ce nouveau corps frêle, se léchant les lèvres doucement, la tête toujours basse. Il venait alors grogner d’un ton rauque et sensuel. Il bougeait la tête de droite à gauche, ces cheveux blond platines bougeant de droite à gauche doucement. Des craquements d’os se firent entendre alors. C’était douloureux. Mais rien de bien méchant comparer à d’autres choses. Ces ongles poussaient d’un coup. Devenu noir long de 10cm et aiguisés comme des lames. Il bougeait ces doigts les unes après les autres alors que de grosses cornes brunes poussaient sur la tête blonde de l’adolescente. Ces mains se relevant passant avec délicatesses sur ces nouvelles cornes apparut aux courbes parfaites. Puis il relevait la tête un sourire aux lèvres. Avant d’ouvrir avec douceur ces yeux devenus entièrement noir.

- Bonjour Taïga. Dit-il d’une voix grave et très sensuelle.

Il l’observait avec envie. Sans la moindre gène. Et il passait alors ces griffes longues et coupante sur le côté droit de son visage redescendant jusqu’à son cœur. Au moment du passage de ces ongles le corps de l’enfant se brisait comme l’on brise de la porcelaine. Des morceaux entiers tombant dans une sorte d’abime profonde.

Spoiler:
 

Le démon vint croises ces jambes fines et longes dans l’ombre d’un souci posant son coude sur l’accoudoir alors qu’il venait laisser sa tête reposer sur le dos de sa main droite. L’air hautin le démon observait et se délectait de la chef de clan.

- Je tenais à venir te saluer en personne. La gosse ne voulait pas elle, mais je suis tellement plus puissant qu’elle. Alors… ?~ Qu’est-ce que cela fait d’avoir presque tous perdue ?


alek | www
Revenir en haut Aller en bas
Taïga Launwitch
Messages : 184
Date d'inscription : 09/02/2017
Age : 29
Launwitch
Who am i !

Vivantes .. Mais à quel prix ? [RP LIBRE] Empty

Vivantes .. Mais à quel prix ? [RP LIBRE]

MessageSujet: Re: Vivantes .. Mais à quel prix ? [RP LIBRE] Vivantes .. Mais à quel prix ? [RP LIBRE] EmptyMar 28 Mai - 0:45

Vivantes ..

Feat. Luthécia

Je laisse échapper un long soupire, eh bien, si je m'attendais à ça. Je ne suis plus une démone incarnée, bien évidemment que Satan n'a pas perdu de temps pour me remplacer. Les Démons Incarnés se compte sur les doigts de la main sur Terre, une race puissante. Je ne m'offusque pas de la réponse de Luthécia, après tout, j'avais prononcé ses paroles sans même attendre une réponse. J'ai le coeur serré depuis cette nuit, c'est tellement douloureux. Je me fais violence pour ne pas verser de larmes, et alors j'assiste à la possession de Luthécia. Je lui porte in oeil neutre, n'exprimant aucune émotion particulière. Petit à petit, c'est comme si je me renferme, comme pour me protéger de ma propre sensibilité. Rejetant le deuil, les larmes, la douleur, tout. J'avais bien trop vécu depuis trop longtemps en tant qu'humaine pour devoir encore supporté ... d'autres pertes. Je me redresse lentement, quittant cet état léthargique dans lequel j'étais. Je ne réagis aucunement à la voix sensuelle et envoûtante d'Asmodée. Oui, je sais immédiatement qui c'était, je suis une démonologue après tout. En temps normal, j'aurai frissonné, réagis de manière positive ... Mais il n'y a rien, que du froid, neutre, le néant total. Je cligne simplement des yeux, l'enroulement de mes lèvres se peignant de malice. Je viens poser mon propre visage sur la paume de ma main, similairement à Asmodé. Ne me départissent pas de mon air. Eden a fait du bon travail, même si elle a été aidé par Daniel et Nathanaël. Je suis fière d'elle.
Le démon me matte ouvertement, je ne m'en offusque toujours pas. C'est très flatteur, tout comme cette voix est plutôt agréable à mes oreilles. Je dévoile mes incisives proéminentes sur ma denture supérieure et inférieure. Premiers signes de ma transformation en Ange, en putain de pigeon. Quel enculé, je sourie toujours, mais mon regard s'était glacé.

_ Je ne sais pas, c'est tout nouveau. Mais j'aurai préféré rester entre les mains de la Faucheuse, crois-moi susurré-je amèrement.

Je me redresse, me redressant pour me lever ramener la Scarlett près de moi, la prenant du vase, caressant d'un air songeur les pétales de la fleur. Douce, comme si la douleur de la porte de la moitié de mon village ne se voit pas. Oui, je prends sur moi, je l'enferme violemment dans un endroit isolé. Le dos cambré, les jambes croisées en mettant en valeur ma poitrine sous mon kimono. Je prends un instant pour humer l'odeur de cette plante avant de la reposer correctement, lui reportant mon regard.

_ Mine de rien, je suis enchanté, Asmodée. Tu feras de Luthécia une puissante Démone Incarnée, mais je te préviens, c'est elle qui te tient en vie maintenant, et je vais devoir lui apprendre les fils du métier, même en ayant beaucoup perdu.

(c) Sun pour Épicode

Revenir en haut Aller en bas
Luthécia Underwolf
Messages : 55
Date d'inscription : 24/07/2018
Humain
Who am i !

Vivantes .. Mais à quel prix ? [RP LIBRE] Empty

Vivantes .. Mais à quel prix ? [RP LIBRE]

MessageSujet: Re: Vivantes .. Mais à quel prix ? [RP LIBRE] Vivantes .. Mais à quel prix ? [RP LIBRE] EmptyMar 28 Mai - 16:49
VIVANTES, MAIS A QUEL PRIX ?

Putain !!! Tu fais chier Asmodée !! Laisse-moi reprendre le contrôle de mon corps !! Taïga à pas besoin de tes sarcasmes désobligeant !
Je me faisais force pour essayer de reprendre le contrôle de mon corps. Mais Asmodée me tenais entre ces griffes, me forçant à être immobile pour le moment.

Il regardait la vieille Taïga. La dévorant des yeux ce bout de femme libertine. Sans gêne. Ce n’était pas pour lui déplaire.

- C’est con hein ? Ne de pas avoir le repos que tu voulais. Dieu en décider autrement~ En plus prochainement tu auras quelque chose que tu ne veux pas. Tu seras encore plus folle que ce que tu ne l’es déjà.

Le démon rit encore d’une voix rauque. Il se moquait ouvertement de la femme nue. Sans plus aucun pouvoir. Qu’est-ce que ça devait être frustrant. Il ne se gênait pas pour le lui rappeler. Bien qu’il sache aussi qu’elle aura de nouveau pouvoir, mais elle ne semble pas encore au courant.

Mais putain arrête espère de gros port pervers !! Je t’interdis de la regarder ainsi avec mes yeux ! Connard ! Tu vas voir ! Quand je vais reprendre le contrôle.
Le démon me rit au nez. Me disant simplement qu’il pouvait faire bien pire que regarder.

Ça cette pensée le démon se lève du fauteuil. Il arrive à peu près à marcher, mais on voit clairement qu’il fait de nombreux effort.
Putain !! Arrête !!! Tu n’as pas intérêt à la toucher avec mon corps !! Je ne te le pardonnerais pas !
Il rit encore et lui dit simplement qu’il se fiche de son pardon, que son corps et son âme lui appartenait.

Il venait jusqu’à devant Taïga. Et il posait sans l’ombre d’une gêne sa main sur sa poitrine. Il a un grand sourire taquin. Il s’attendait à une réaction démesurée et c’était bien le cas.

Il sentait sa peur et elle était tétanisée, puis quelque temps après elle venait attraper le poignet trop fin de Luthécia.  Elle se fermait et devenait aussi froide que la prude qui hurlait dans son esprit toutes les saloperies du monde. C’était désagréable d’avoir cette pauvre vierge avec lui. Il a fallu qu’il rentre en contact avec une vierge. Il ne pensait pas que ça existait encore chez les humains, les vierges à 16 ans. Il eut un petit rire audible à l’intention de Luthécia, mais aussi quelque part pour Taïga. Cette dernière lui répondait quelque chose qui le fit avoir un fou rire malsain et terrifiant.

- C'est moi qui te baise si tu veux aller plus loin, sinon, tu retires tout de suite ta main, Asmodée
- Vieille Taïga ou Taïganikasan, tu crois vraiment que tu pourrais faire quelque chose contre démon. A toi qui est devenue un vulgaire humain ? Lui dit-il après son fou rire, le regard rempli de désir et de folie.

Il portait de nouveau sa main vers elle, mais elle se topait.

Si tu crois que je vais te laisser la toucher de nouveau avec mon corps, tu te mets le droit dans l’œil ! Je suis forte ! Ne l’oublie jamais.

Sa peau craquée commence à cicatrisée doucement. La jeune adolescente et entourée d’une sorte de fumée noir.  Elle sert les dents alors que tous les attributs de démons disparaissent. C’est extrêmement douloureux.  En même temps, c’est comme si on lui arrachait les cornes pour les faire disparaitre. Et son corps se refait en l’espace que quelques secondes. Biologiquement parlant. Elle martyrise ces cellules et son corps.

Je revenais enfin à moi. Enfermant ce maudit pervers dans mon esprit pour le moment. Quelque chose me dis que je n’arriverais pas à m’entendre avec lui de sitôt. Mais j’ai besoin de sa force.

Putain en parlant de sa force. Mes jambes flagellent et je tombe d’un coup au sol. C’était bien ma veine… Je n’arrivais pas à tenir debout sans lui et sa force… Je pestais et insultait mes jambes de pauvres connasses dépravés.
Je regardais alors Taïga le visage trahissant ma colère et mon dégout.

- Ose me toucher un jour et retirer ma virginité, et c’est à moi que tu auras affaire, et je serais pire que ce démon. Bref.

Je regardais mon siège et rampait jusqu’à lui puis avec la seule forces de mes bras, je remontais dessus, devant par la suite soulever mes jambes unes à unes.


- Bref. Tu as pu rencontrer ce pervers de démons. Taïga. Que fais-tu là ? A poile qui plus est. Tu devrais être auprès de tes villageois qui ont survécus. Ils ont besoin de toi plus que jamais. Alors file t’habiller et va les aidés. Je vous aiderais aussi. Bien que je ne sois pas à 100% valide.


Je la regardais avec le regard d’un leader. J’avais été complètement détruite par de Huan. Et je me vengeais au centuple, mais pour le moment, je devais penser à cette communauté et non à mes soucis d’ordre personnel.

alek | www
Revenir en haut Aller en bas
Taïga Launwitch
Messages : 184
Date d'inscription : 09/02/2017
Age : 29
Launwitch
Who am i !

Vivantes .. Mais à quel prix ? [RP LIBRE] Empty

Vivantes .. Mais à quel prix ? [RP LIBRE]

MessageSujet: Re: Vivantes .. Mais à quel prix ? [RP LIBRE] Vivantes .. Mais à quel prix ? [RP LIBRE] EmptyMer 29 Mai - 11:46

Vivantes ...

Feat. Luthécia

C'est uniquement parce que c'était une femme et surtout Luthécia que je ne lui avais pas fait du mal lorsque le démon m'avait ouvertement tripoter. L'hybride de mes prunelles s'est immédiatement vidé de malice, devenant aussi glacé que la bise hibernale dans une forêt nocturne montagneuse. Silencieuse, dangereuse, brisant mes dernières parcelles de confiance envers autrui. Il allait aller plus loin, je le sais. Mais l'humaine a repris le contrôle d'elle-même. Je l'observe reprendre possession de son corps, ne bougeant même pas pour l'aider. Elle est forte, elle va devoir apprendre à se débrouiller comme elle le fait depuis sa jeunesse. Ainsi, la petite handicapée regagne son fauteuil dernier cri, non sans difficulté. Je suis une femme cruelle, avant l'attaque, je l'aurai aidé, mais c'était avant. Aujourd'hui c'est complètement différent, mon coeur se rempli d'un poison amère et douloureux, je me suis renfermée. Bien évidemment que l'humaine possédée est dégoûté de ce qu'elle a fait et de ma réaction, ses paroles sont louables. Je ne bouge pas d'un iota, mettant de nouveau reposer sur mon poing fermé accouder sur mon canapé. Aucune compassion ne se lit sur les traits de mon visage. Sa plaisanterie ne me tire qu'un faible ricanement alors que je porte mon regard sur la Scarlett dans son vase, sur la table face à la cheminée allumée. Semblant perdu dans mes pensées, mais je lui suis toute ouïe. Oui aider mon village, m'habiller, consoler les villageois. Je ne lui réponds pas, n'ayant aucunement l'envie d'affronter son air dominant. Elle a totalement raison, malheureusement pour elle, je suis une femme aux multiples facettes. Et si en temps normal j'aurai ri pour aller m'habiller avant de l’amener avec moi. Mais en cet instant, je n'ai juste pas envie de bouger. Brisée par toute la mémoire qui m' suis revenu. La mort de mon enfant, le meurtre de ma première incarnation avant d'être tuée par Egregario. Ma famille, je suis une fille égoïste.

_ Je n'irai pas au village tant que je n'aurai pas été porter cette fleur sur le mémorial de mon mari et de mon enfant.

Je donne clairement que j'en avais plus rien à foutre de ma communauté, je ne suis plus du tout en état de présider correctement quoique ce soit. J'avais envie de penser à moi, pas aux autres. Capricieuse et gamine je vous le dis, en cet instant, Luthécia est beaucoup plus admirable. Et s'est atomisé par un Ange et elle pense à l'état d'un village qui n'est même pas le sien. Du moins .. jusqu'à cette nuit. Je reste plusieurs minutes dans mon mutisme infaillible, menant une lutte mentale. J'y crois pas, je suis là, alors que je m'étais suicidé. Bouger mes fesses est bien la dernière chose que je souhaite. Ce qui brise le silence, ce n'est pas moi, mais Daniel qui émerge de je ne sais où de la pénombre du salon. Son visage est aussi froid et neutre que le mien, mais le vieux avait l'avantage de l'expérience. Pour lui, je ne suis encore qu'une enfant. Et il me connait très bien. Le vampire fou toise Luthécia du regard, puis ma silhouette. Torse nu, portant le même pantalon que cette nuit, mais il avait pris au moins une douche. Je fixe toujours le feu crépitant, faisant craquer le bois dans la cheminée. Serrant les dents, je tremble imperceptiblement.
Daniel se met à gronder, saluant Luthécia, puis il pose une main sur mon épaule. Ca par contre, il ne l'avait prévu. Je sursaute en poussant un cri d'une peur sans nom. Démon ou pas, Humaine ou pas. Je me redresse vivement, faisant une prise de judoka. J'empoigne la main sur mon épaule, et j'utilise mon élan pour faire passer Daniel par dessus le canapé, le faisant rouler sur mon dos avec une vitesse surprenante, le regard éteint. Le vampire se fait renverser, percutant violemment de dos la table basse qui se brise sous la pression de l'impacte. Je le maintient, à genoux. En une fraction de seconde, une fracasse assourdissante se fait entendre. Je fusille mon oncle de mes pupilles, plantant immédiatement la fourchette du service de thé sur son oeil. Mais le Chien évite habilement en faisant un geste rapide, déviant son visage. Le fou au regard dérangé, retrousse ses lèvres. Il m'agrippe les pan de mon kimono en usant de sa vitesse vampirique, me levant sans difficulté au-dessus de lui comme si vous aller faire l'avion à votre enfant. Mais le Chien me donne un violent coup de pied et je suis propulsée au plafond. Je pousse un cri de douleur. Mes pupilles se fendent de manière féline en leur milieu, mes crocs sont apparents. J'absorbe le choc durement, puis retombe, mais je me rattrape habilement, accroupis sur le bord du canapé. Un peu comme Spiderman, très drôle.

_ On ne me touche pas, c'est clair ?! vociféré-je dans une colère noire mes yeux étant devenu tels de piques de glace chauffés à blanc.

Daniel se redresse, ses blessures guérissant instantanément. Il me toise, puis Luthécia. Et s'évapore purement et simplement, une traînée de nuage noire m'entoure. J'écarquille les yeux d'horreur .. et deux secondes plus tard ... Daniel réapparaît en ouvrant la porte d'entrée. Le fils de pute, il m'avait habillé plus vite même que la vitesse du son. La trouble noir s'estompe, je portais un jean noir avec mon débardeur, ma lingerie fine et des converses montantes. Mes dreads étaient libérés cependant. Je saute du canapé, me dirigeant vers le fauteuil planant de Luthécia. Je prends les poignets et la pousse pour l'emmener avec nous, je suis furieuse.  

_ Très bien, allons au village. Merci pour ton aide, Luthécia, allons voir la splendeur de Lame Spirituelle.

Je suis sarcastique, mauvaise, mais Luthécia peut clairement deviner ma honte de cheffe de ne pas avoir su protéger correctement mon village. Je me fais violence, refermant ma propre douleur.
.

(c) Sun pour Épicode

Revenir en haut Aller en bas
Luthécia Underwolf
Messages : 55
Date d'inscription : 24/07/2018
Humain
Who am i !

Vivantes .. Mais à quel prix ? [RP LIBRE] Empty

Vivantes .. Mais à quel prix ? [RP LIBRE]

MessageSujet: Re: Vivantes .. Mais à quel prix ? [RP LIBRE] Vivantes .. Mais à quel prix ? [RP LIBRE] EmptyMer 29 Mai - 17:13
VIVANTES, MAIS A QUEL PRIX ?

Je regardais un temps Taïga. J’allais aller toute seule pour aider ce village en désarroi, mais aussi surprenant que cela puisse paraitre Daniel avait agi.

Je regardais la scène se déroulé devant mes yeux sans sourciller. J’observais simplement. Laissant un soupir s’envoler de mes lèvres fines.

Cependant, j’aurais été à sa place, j’aurais surement tentée de faire la même. Du moins pas forcément avec tant de violence, mais je l’aurais fait me lâcher. Je déteste tous autant le contact. Mais il était clair que ce n’était pas de la même façon. Pour ma part c’était un mal interne. Je ne voulais plutôt pas toucher les autres. Mais elle s’est différente. Elle ne veut plus être touchée. Ça la rebute. Ça la dégoûte. Et ce dégoût envers les autres ne va pas l’aider. La Taïga forte, un peu co-conne et enjouée que j’avais connue était morte. Avec son suicide.

Ne la laissant revenir qu’avec l’ombre d’elle-même. C’était dommage. Malgré tous ce que j’ai pu lui faire remarquer. J’appréciais cette Taïga-là.

J’ai maintenant face à moi, une vieille femme traumatisé qui ne veut pas se relever. Qui… veux être égoïste et faire la faible. C’est tous à faire compressible. Un humain lambda se serait laissé couler à sa mélancolie à son mal. Mais Taïga n’est pas une humaine lambda. J’ai beaucoup d’estime d’elle. Et la voir ainsi me fait grincer des dents.

- Tu es chef Taïga. Tu n’as pas le droit de penser à toi en premier. Tu as créée un village, une communauté, occupe t’en. Et après occupe-toi de toi. Tu n’es plus la même. Mais je sais déjà que tu t’en remettras. Tu es plus forte que tu n’y parais mais surtout. Tu es entourée.

Je ne disais rien de plus et bien malgré ma fierté et tous ce qui va avec, je la laisse me pousser.


- Regarde. Daniel vient de t’aider. Alors avance. Même si c’est dur, même si tu as envie de pleurer, de hurler de rage, de te tuer. Toutes ces émotions te font vivre et te rendent plus forte. Tu es Taïga. Ne l’oublie jamais. Des gens te font confiance. Ils ne sont peut-être pas nombreux mais ils sont réels.


Je la laissais alors me guider vers ce fameux village en cendre et en ruine. Je donnais un coup de mains, faisant mon maximum malgré mon handicap. Je pouvais au moins aider à retirer les débris. J’avais compris comment fonctionnait le siège et je ne faisais déjà plus qu’un avec lui, le contrôlant avec perfection, lui trouvant des utilisé dont personne n’aurait pensée.
alek | www

Revenir en haut Aller en bas
Taïga Launwitch
Messages : 184
Date d'inscription : 09/02/2017
Age : 29
Launwitch
Who am i !

Vivantes .. Mais à quel prix ? [RP LIBRE] Empty

Vivantes .. Mais à quel prix ? [RP LIBRE]

MessageSujet: Re: Vivantes .. Mais à quel prix ? [RP LIBRE] Vivantes .. Mais à quel prix ? [RP LIBRE] EmptyJeu 13 Juin - 11:22
Vivantes, mais à quel prix ?
De l'épine croît la rose, et de la rose croît à nouveau l'épine.
Ft. Luthécia Launwitch
Daniel et moi n'avions eu aucun mal à trouver du travail pour Luthécia, personnellement, je passe le plus clair de mon temps à jouer les psychologues et Daniel participe aux travaux de chantier. C'est atrocement douloureux, je sais bien que je dois prendre sur moi. Mais il y a quand même des limites à ne pas dépasser, et les miennes le sont depuis longtemps. Mon exaspération et ma lassitude alarmantes sont expressément bien camoufler derrière ce visage maternel. Si en général je suis très mauvaise pour mentir, lorsqu'il s'agit d'autrui par plusieurs dizaines, j'assure un max. En cet instant, seulement mes plus proches peuvent voir mon manège. J'y suis bien obligée, je suis la matriarche d'un clan et d'une communauté entière. Mais j'en avais assez, honnêtement, avec tous ces événements, cette attaque a été celle de trop. Lame Spirituelle s'est bien développée, voir même bien trop fonctionné. Je vois ces plaies qui mettront des années probablement à guérir complètement, et si j'avais toujours voulu reconstruire le village et participer à leur vie. Maintenant, je n'aspire qu'à la vengeance et transmettre le flambeau. J'en ai assez, marre de toutes ces conneries jurisprudentielles, de ces tensions entre autres communauté, de cette putain d'équilibre entre le bien et le mal. Un trou béant en moi, qui ne parvient pas à se combler en aidant mon prochain, mais ça, je ne le montre pas. Taïga Launwitch est morte hier soir, aujourd'hui, je ne sais même plus qui je suis, surtout débarrassée de ce démon de mes entrailles, j'ai perdu tous mes points de repères.
Etrangement pour mes proches, je les évitaient, restant jusqu'à même très tard pour aider au village malgré mon insuffisance énergique. Renaître d'un suicide est très traumatique pour le corps, surtout lorsque deux renfoncements apparaissent entre mes omoplates avec ce mince filets de fluide angéliques plutôt élastique. Je les cache à la vue de tous, m'occupant de Luthécia comme une mère au chevet de son enfant, tout en respectant sa dignité. A plusieurs reprises, l'odeur du sang plane autour de moi, le mien, mais sans vraiment personne pour savoir pourquoi. Le troisième jour, dans la nuit du quatrième, je quitte mon salon épuisée et vêtue d'une épaisse robe de chambre noire. J'avais enfin eu la conversation tant attendue, Lutèce, la communauté rivale à Lame Spirituelle avait réussi à débusquer Valentin Dubonset, sa femme et leur enfant. Parfait, animée par un sadisme ancien, je rejoins le bunker du manoir en ayant beaucoup de mal à cacher mon plaisir futur. Je vais me venger, je vais savoir qui a organisé tout ça. D'ailleurs .. Malâadaëlle ... je passe à côté de sa cellule, celle-ci était fraîchement nettoyée, propre et nourrie de force par Daniel. A la différence qu'elle était sanglée à un lit de fortune, nous attendions Miraviël, je regarde du coin de l'oeil le pacte de sang sur mon poignet droit, toujours actif. Tant mieux. Le pennage de Malâ' était complètement brisé, et son fluide l'avait abandonné, la douleur tangue doucement mais sûrement l'ange bleue vers une folie suicidaire. Ses hurlements n'ont d'égales que les litanies incessantes des âmes damnées du Monde Inférieur. Je lui sourie froidement, la regardant avec un sadisme non feint, mes pupilles aux couleurs de crépuscule semblant crépiter d'une excitation noire.

_ Crois-moi, petit Saphir, ce qui t'attends est bien pire que la mort ...


La silhouette se recroqueville d'effroi, poussant d'insupportables gémissements d'une souffrance infinie. Je ricane d'une air mauvais, si l'envie de la torturer me prend, ce n'était pas le but de ma visite dans le sous-sol. Je rebrousse ainsi chemin, allant au studio habitée par Luthécia. Ce soir était le grand soir, elle allait enfin être remise sur pied. Doucement mais lentement, j'inspire profondément, fermant les yeux avant d'expirer longuement. Puis je relève mes paupières, toquant discrètement à la porte, mes traits crispés laissent placent à une douceur en pleine rémission envieuse d'une paix incommensurable. J'enferme violemment cette ptite voix interne qui me poussait à aller de suite à Lutèce, non, d'abord m'occuper de Lulu.
 
_ Luthécia ? C'est moi Taïga, je vais te remettre complètement d'aplomb et aussi voir comment ça se passe avec ta nouvelle condition. Je suis suffisamment en forme pour t'aider


Ma voix est tranquille et presque enjouée.



Revenir en haut Aller en bas
Luthécia Underwolf
Messages : 55
Date d'inscription : 24/07/2018
Humain
Who am i !

Vivantes .. Mais à quel prix ? [RP LIBRE] Empty

Vivantes .. Mais à quel prix ? [RP LIBRE]

MessageSujet: Re: Vivantes .. Mais à quel prix ? [RP LIBRE] Vivantes .. Mais à quel prix ? [RP LIBRE] EmptyJeu 13 Juin - 17:09
VIVANTES, MAIS A QUEL PRIX ?

J’avais choisis d’être une démone incarnée, mais en réalité ce démon me harcelait en permanence. Il me parlait tous le temps. Si bien que je n’arrivais plus à penser au calme.

Par moment je grognais et je grondais mais ce n’était pas moi la plus part du temps c’était le démon qui essayait de prendre possession de moi. Par moment il y parvenait mais la plus part du temps c’était quand nous étions seuls. Et Heureusement. Il prenait bien soin de s’amuser à m’humilier quand il avait la libre possession de mon corps. Il s’amusait à me déshabiller et me toucher…. Et même se masturber, et mon corps…. Aimait bien trop cela. Je me faisais violente pour le repousser et le dégager.

Par moment lorsque j’aidais le village j’étais prise de spasmes signe que le démon voulait en profiter. Mais je ne le laissais pas faire. Je voulais tous garder pour moi. Ne pas en parler c’était mes problèmes pas ceux des autres.

J’avais été surprise de la douceur de Taïga envers moi… Elle avait été démone incarnée, donc elle savait ce que c’était. Ça devait être pour cela qu’elle était si maternelle avec moi. Mais c’était… dérangeant je trouvais…. Bien qu’une part de moi aime beaucoup cette attention toute particulière l’autre partie ne le supportait pas. Et c’était toujours celle-ci qui ressortait… La repoussant disant à Taïga d’arrêter d’être si vieux jeux et si maman poule ou encore lui disant que je ne suis pas une gosse avec un bon juron derrière.

Ça. C’est ça qui m’énervais. Cette partie de moi qui est violente alors que je ne le voudrais pas forcément.

Un jour alors que j’épluchais des pommes de terre en ronchonnant un peu de devoir faire cela. Surtout que j’étais nul pour faire ça, un villageois vint me toucher l’épaule, sans réfléchir à qui c’était et pas systématique je vins lui attraper le tissus de don haut et sa ceinture et je le retournais dos contre terre. J’avais été violente et dans cette violence je lui avais coupé le souffle. Le pauvre suffoquait. Alors je l’avais remis tant bien que mal assis et lui tapait dans le dos pour réussir à débloquer sa respiration. Je ne m’excusais pas, c’était lui qui m’avait touché. Je n’avais que fait me défendre. J’allais sortir du désinfectant venant frotter ma peau et le tissu avec ce dernier… Je frottais fort. Trop fort. C’était devenu un tique malsain. Je me sentais souillée d’avoir été touchée ainsi. Ma peau rougissait et j’avais des éraflures à force de me frotter et désinfecter. Après quoi je retournais éplucher ces stupides pommes de terre. Passant de temps à autre ma main gantée là où j’avais été touchée.

J’étais de nouveau fuie par les villageois quand ils ont appris ce que j’avais fait. Mais ça m’était égal.



Ce soir-là, je rentrais toute seule. Je n’avais envie de voir personne. Je m’étais enfermée dans ma chambre sans aller manger. Je n’en avais pas envie… J’étais devant un grand miroir à me regarder… Des flashs de ce qui c’était passé ce terrible soir me revenais en mémoire… J’avais des frissons de dégout et d’horreur. Heureusement la salle de bain n’était pas loin pour vomir…

Je passais ma main dans mes cheveux… on me les avait arrachés…. J’avais été humiliée comme jamais… Je me sentais sale... Je frottais mon corps avec du désinfectant alors que j’avais retiré ma grosse veste et mes gants. Ma peau était abîmée. Mes mains éraflés à force de les laver, les désinfecter de trop. Ce toc était devenu tel que me toucher moi-même me dégoutais. J’étais devenue mysophobe et autophobe… C’était devenu quelque chose de compulsif… Je me lavais les mains des que je touchais quelque chose…. Même en portant les gants… j’étais obliger d’avoir ce stupide rituel pour me laver les mains ou les partie de mon corps que j’avais touché ou qu’on m’avait touché… frottant fort….

Je passais mes mains dans mes cheveux penchée en avant. Pleurant en me balançant doucement… Mais qu’est-ce que je faisais… pourquoi j’étais devenue comme ça… Je me détestais… Je déteste ce que je suis… et comme j’agis. Mon corps entier tremblait de mal être.

J’entendais le démon se moquer de moi. Mais j’arrivais à la contenir. Ma crise était trop forte. Plus que le démon faut croire.

_ Bordel de merde !!! Je ne veux pas être faible comme ça !! Arrête !!! Arrête d’être aussi faible !! Ferme là !!! Ferme là !!!

Je me parlais à moi-même, perdue dans ce tourbillon négatif… dans cette crise obsessionnel. Je me grattais à sang le bras gauche et la base du coup. J’avais l’impression de suffoquer d’être sale.

Soudain j’entendais toquer. Je me calmais aussi vite. C’était Taïga… que … que voulait elle… m’aider…. De devais y aller… mais avant.

_ Attend une minutes ou deux, le temps que je me rhabille Taïga.
Ma voix était de sa froideur habituelle. J’avais réussi et sans peine à la garder froide et fermé comme toujours. Peut-être un peu trop.


Quoi qu’il en soit, je me relavais une énième fois les mains, et le cou, je désinfectait ma plaie et posais une compresse avec un sparadrap. J’enfilais mon pull col roulé et je remettais mes gants en cuir. Et je venais fermer mes chaussures correctement après avoir remis un pantalon. J’avais pris le coup de mains de ne plus avoir mes jambes de valides, mais tous les jours j’essayais de les bouger. Mais jamais mes pieds ou mes jambes ne réagissait.

Après cinq bonne minute j’allais enfin ouvrir à Taïga comme si de rien n’était.

_ Bonsoir Taïga. Je suis curieuse de savoir comment tu vas faire.

J’étais vraiment surprise par le fait que je pouvais avoir un masque comme je respirais.
alek | www

Revenir en haut Aller en bas
Taïga Launwitch
Messages : 184
Date d'inscription : 09/02/2017
Age : 29
Launwitch
Who am i !

Vivantes .. Mais à quel prix ? [RP LIBRE] Empty

Vivantes .. Mais à quel prix ? [RP LIBRE]

MessageSujet: Re: Vivantes .. Mais à quel prix ? [RP LIBRE] Vivantes .. Mais à quel prix ? [RP LIBRE] EmptyJeu 20 Juin - 12:38
Vivantes, mais à quel prix ?
De l'épine croît la rose, et de la rose croît à nouveau l'épine.
Ft. Luthécia Launwitch
Hm, que des souvenirs. Je me retiens de sourire de manière sardonique, toutes ces nuits où je me battais contre mon propre démon qui se réveillait dans les tréfonds de mon âge vers mes 20 ans. Si Luthécia me regarde comme si tout allait bien, il n'en est rien. Pour l'avoir déjà vécu, je lis clairement en ma protégée. J'arque simplement un sourcil, tout comme cette puissante odeur de stérilisation quittant la chambre de Lulu et.. cette subtile senteur de sang. Mes yeux de camélia orner d'or se fendent en leur milieu, ouais, j'ai toujours le même régime alimentaire. Et c'est bon les démons incarnés. Mais je me reprends et hoche simplement la tête, pénétrant dans la chambre pour regarder la pièce sobre. Luthécia s'y était très vite installée dans cette chambre du bunker du manoir. Il faut dire que la soldat avait mérité du repos après ces derniers jours ma foi très éprouvants. Cette puissante mélancolie revient en force dans ma psyché, la nouvelle démone ne pouvait me cacher son mal. Je me retourne de nouveau vers Luthécia, la toisant calmement, mais signifiant clairement que j'ai clairement deviné son jeu et bien les choses que son démon s'amuse à faire.
Comment je vais faire ? Je sourie en coin, c'est clairement me sous estimer. Je n'ai peut-être plus de pouvoir, mais ça ne veut pas dire que je ne peu rien faire. Bien au contraire.

_ Je vais tout simplement équilibré le lien entre ton âme et celui d'Asmodée qui ronge bien trop vite ton être. A ce rythme dans quelques mois, c'est un démon complètement libre qui va faire beaucoup de ravage. Et là où tu devrai de nouveau marcher, il semblerait qu'Asmodée prenne trop de temps à te rétablir. Je vais donc y remédier.


Je dévoie mes canines, ouais un petit rituel de formalité. Je désigne le lit de la démone d'un bref geste de la tête, les bras croisés. Je ne peux pas laisser le démon causer du dégât, on en a déjà assez comme ça. Je décide de prendre une chaise pour m'asseoir au chevet du lit. Laissant l'adolescente se mettre en place, sans la toucher. J'attends calmement. Ce n'est clairement pas un démon comme lui qui va me faire peur.

_ Lorsqu'Eden a pratiqué le rituel, elle a oublié une chose importante. Vois-tu ? Lorsqu'on lie deux âmes, il est très important d'établir une part dominante qui agirait comme geôlière et qui soumet l'autre en le nourrissant de sa vitalité pour que l'âme soumise puise te prêter sa force jusqu'à un certain seuil sans danger. Que tu puisses garder le contrôle de toi-même, mais dépasser ce stade si tu uses trop de tes pouvoirs et que ton démon s'est nourrie de presque toute ta vitalité ... et c'est lui qui prend le dessus, complètement. Ca peut t'aider pour échapper à la mort, mais il est primordial de reprendre les rênes très vite, sinon Asmodée te possédera à jamais, à moins que je ne l'arrache de ton âme, mais tu pourrai en mourir. Donc, actuellement, tu n'as ... enfin vous deux, rien n'a encore déterminé qui est la part dominante, c'est un combat incessant. De part ce rituel, tu vas retrouver l'usage complet de ton corps en une poignée de secondes ou minutes. Et tu pourras bien plus facilement contrôler Asmodée.


Ma voix est tranquille et presque enjouée, croisant les jambes, l'une sur l'autre. Attendant la réaction de ma protégée.



Revenir en haut Aller en bas
Luthécia Underwolf
Messages : 55
Date d'inscription : 24/07/2018
Humain
Who am i !

Vivantes .. Mais à quel prix ? [RP LIBRE] Empty

Vivantes .. Mais à quel prix ? [RP LIBRE]

MessageSujet: Re: Vivantes .. Mais à quel prix ? [RP LIBRE] Vivantes .. Mais à quel prix ? [RP LIBRE] EmptyJeu 20 Juin - 14:25
VIVANTES, MAIS A QUEL PRIX ?


Je soupirais longuement après avoir laissé Taïga rentrer et après avoir fermé la porte à clef pour qu’on ne soit pas dérangée.
Depuis que j’étais arrivée, j’avais vraiment fait de cette pièce ma chambre. Bien qu’elle ne ressemble en rien à ma chambre dans ma communauté, cette chambre était suffisante. Tous étaient organisés. Du moins de mon point de vu. Il y avait des armes cachées un peu partout au cas où. Mes affaires étaient dans un coin bien rangé. La table me servait de coin repas et de coin ou je pouvais nettoyer mes armes.

Bref, un joyeux bordel organisé. Après il n’y avait aucun affaire personnel, comme des photos, des objets autres que des armes. Pas de fringues salent à vue, et j’avais improvisée– un coin pour faire sécher mes affaires quand je les lavais à la main. Indépendante était le mot d’ordre quand j’allais chez quelqu’un.

Quoi qu’il en soit j’écoutais ce qu’elle me disait avec attention et je me dirigeais vers le lit. Une fois parallèle à ce dernier, je mets le frein du siège et à la simple force de mes bras je me porte sur le lit, déjà pour m’y assoir, puis je porte mes jambes une à une pour les allonger, mais rester assise. Je les porte en serrant le tissu de mon treillis militaire. Je soupire, puis je suis surprise de savoir que je pourrais re utiliser mes jambes. En voilà une vraie bonne nouvelle.

Je l’écoutais comme toujours avec attention, bien que j’étais épuisée depuis quelque chose. Je pense que cela se voyait que je ne dormais pas. J’avais les cernes creusés, et le tour des yeux légèrement bleuté. Signe d’une grosse fatigue. Heureusement je savais faire des micros siestes, ce qui me permettait de tenir le coup. Et malgré ma fatigue je sais que si je devais tirer, je viserais juste, j’ai déjà connu plus de fatigue que cela. Quoi qu’il en soit, je devais etre la dominante.

C’est là qu’Asmodée essayait de me faire dire le contraire, mes yeux était devenu entièrement noir pendant une fraction de seconde, mais j’avais réussir à le repousser.

- Je serais la dominante. Pas question de me laisser plus bouffer. J’ai besoin de sa force. Je ne regrette pas le choix que j’ai pris. Alors fait ton rituel et qu’on en finisse au plus vite. Je veux marcher et servir vraiment à quelque chose. Fais ce que tu as à faire.


alek | www

Revenir en haut Aller en bas
Taïga Launwitch
Messages : 184
Date d'inscription : 09/02/2017
Age : 29
Launwitch
Who am i !

Vivantes .. Mais à quel prix ? [RP LIBRE] Empty

Vivantes .. Mais à quel prix ? [RP LIBRE]

MessageSujet: Re: Vivantes .. Mais à quel prix ? [RP LIBRE] Vivantes .. Mais à quel prix ? [RP LIBRE] EmptyJeu 20 Juin - 15:32
Vivantes, mais à quel prix ?
De l'épine croît la rose, et de la rose croît à nouveau l'épine.
Ft. Luthécia Launwitch
J'observe calmement Luthécia s'installer sur le lit, me préparant mentalement au rituel. Même si je n'ai plus de pouvoir, je n'ai besoin que de la nécromancie enfermé dans mon sang et de ma foi envers Dieu, Satan et Dame Nature. Je suis plutôt contente que Luthécia soit encline à coopérer, ça sera dautant plus simple pour moi. Mais ... il y a bien quelque chose que je ne dis pas à Luthécia, le prix. L'observant s'allonger, je pivote vers elle, en pleine réflexion. Je me mets alors à lui expliquer les trois démarches possibles pour la jeune femme, je devine bien sa révulsion lorsque j'évoque le sang qui était pourtant le plus sécurisant. Le premier étant le plus dangereux, nous optons alors pour le troisième. Un bon vieil exorcisme, c'était 50/50, soit tout se passerait bien, soit ... Bah, vous verrez bien. J'avise de mes rubis aux anneaux d'or ma consoeur d'arme, lui souriant calmement. Délicatement, je pose mes mains l'une sur l'autre sur le buste de mon amie par dessus son pull sombre. Ne relevant pas les blessures qu'elle avait, oui, je sens l'odeur du sang émaner d'elle et sa fatigue inquiétante. J'avais perdu du poids avec ma résurrection, tout comme mes quelques bourrelets pour faire sortir mes muscles. Mais je n'aimait pas ça, je devais me nourrir à mon tour au plus vite. Je souffle doucement, reprenant mon air maternel et assurer en faisant un clin d'oeil à Luthécia.
Ouais Asmodée, tu es à moi, je vais m'occuper de toi, je ne te permettrai pas de faire du mal à ma protégée, et le démon peut le lire dans l'attention de mes prunelles aux couleurs hybrides. Quelques minutes où il ne se passe rien, chantant une berceuse en une langue égyptienne, aux timbre exotique pour mettre Luthécia dans une torpeur non loin de l'endormissement. Un état hypnotique, vieille méthode utilisée par mes ancêtres où le sujet ne se sent pas forcé. Bien au contraire. Je sourie, satisfaite de voir que je n'ai pas perdu la main. Doucement mais sûrement, mon chant exotique et riche migre vers des paroles plus sombres, sèche à la vibrance occulte. J'invoquais la force de Dieu de part mon âme, je suis une femme de foi, mais je fais ausi appelle à Satan. Laissant ces deux magies pures migrer en moi pour entourer l'âme de Lulu, et plus particulièrement Asmodée. Ainsi, je ferme moi-même les yeux, transposant mon esprit dans les tréfonds de Lulu, m'approchant de la signature de démon en train de ronger son âme. Entourer et protéger par mon fluide. Une force pure vient claquer en Luthécia, arrachant l'emprise du démon à elle, afin d'aculer le démon dans un coin. J'ouvre les yeux, retournant dans ma propre tête et donc dans la réalité.

_ Asmodée, montre-toi.

Ma voix est un ordre, tonnant en Luthécia de manière sépulcrale. Ma volonté d'âme, celle d'une ancienne démone incarnée aux fluide angélique de 2000 ans bien capable de rivalisé avec un archidémon comme lui ... même s'il me surpasse en puissance brute. Je fronce les sourcils, attendant la réaction du démon. Et ça l'effet escompté, ce dernier ouvre les yeux, la sclérotique de mon amie entièrement noire d'onyx en me fixant. J'arque un sourcil, ce n'est pas trop tôt, parfait, il tombe dans mon piège. Mon but, étant donc de l'invoquer entièrement, que je lui pose le sceau spirituel et lorsqu'il disparaîtra pour laisser place à Luthécia, se retrouvera enfin dans sa geôle mental. Et Luthécia en sera sa dominante, mais pendant qu'il sera sortie ... tout et n'importe quoi peut se passer, d'où le fait qu'il faut que ça se fasse au plus vite, je n'ai pas envie de passer l'arme à gauche.
La peau de Luthécia change, se craquelant pour révéler une teinture bien plus sombre et dure, la moitié de son visage y est passé. Un rictus sardonique de la part du démon s'avise envers moi, je lui réponds par la même ferveur. Gardant cependant encore les mains sur son buste, il est important de ne pas relâcher. C'est pour ça que j'y vais doucement... bien que j'émets une vibrance démoniaque afin de rester dans le confort d'Asmodée, lorsque je terminerai le sceau, je vais devoir user celle de Dieu... et là ça peut le rendre furieux. Mais j'y suis obligée.

_ Bonjour Asmodée, qu'importe ces mauvaises idées qui te trottent dans la tête. Pourquoi empêcher Luthécia de se remettre de la possession ? Ne veux-tu donc pas arrêter de faire ton gourmand ? Même dans le Monde Inférieur, lorsque je venais te voir avec Egregario lors des réunions d'instances avec Lucifer tu as toujours été un vrai glouton ... Si je t'ai invoquée, c'est pour te rappeler à l'ordre et fignoler le rituel. Tu as passé un pacte avec Luthécia je te rappelle, et depuis le début tu te nourrie d'elle à outrance sans honorer ta part du contrat. Satan déteste ça, tu le sais bien. Si tu ne veux pas que je te renvoie dans le Monde Inférieur, tu as intérêt à agir, parce que sans ça. Je refais de Luthécia une mortelle et je la soigne moi-même pour faire d'elle un vampire...

J'accentue mon étirement de lèvres, je disais la vérité, mais il y avait beaucoup de provocations aussi. Je ne déteste pas Asmodée, mais il faut toujours dompter la bête avant de sympathiser avec elle. Et Asmodée est tout particulièrement désobéissant, j'aurai vraiment du être là pour le rituel, nous aurions choisi un démon plus adapté...



Revenir en haut Aller en bas
Luthécia Underwolf
Messages : 55
Date d'inscription : 24/07/2018
Humain
Who am i !

Vivantes .. Mais à quel prix ? [RP LIBRE] Empty

Vivantes .. Mais à quel prix ? [RP LIBRE]

MessageSujet: Re: Vivantes .. Mais à quel prix ? [RP LIBRE] Vivantes .. Mais à quel prix ? [RP LIBRE] EmptyJeu 20 Juin - 17:21
VIVANTES, MAIS A QUEL PRIX ?



Je faisais confiance à Taïga. Après tous elle était mon mentor et bien avant elle avait été une démone incarnée. Donc elle savait forcément y faire. Bien que la trouvait par moment inconscience de sa façon d’agir, j’avais une entière confiance en elle.
Je me laissais faire et fermait les yeux, j’eus un petit mouvement de panique quand elle vient me toucher, mais cela se calmait vite… Le temps finissait par me paraître long, mais à moment, mes paupières se firent lourdes et je fermais les yeux, sombrant doucement dans un état second. C’était comme si je flottais dans l’eau. Je me laissais guider par ces flot infini perdant le reste de conscience qu’il me restait de mon environnement, si bien que je ne sentais même plus la présence de Taïga…

Plongée dans son esprit Taïga était dans un premier temps, dans une maison américaine sur deux étages, la façade étant couleur lilas. Et les portillons blancs. C’était la maison d’enfance de Luthécia. Comme elle était avant le tragique incident.
Bien que la maison soit encore là la jadis verdure et foret qui la bordait ont fait face à un macabre décor. Il s’agissait d’un cirque sombres qui c’était installé tous autours de la maison et qui commençait à empiéter sur cette dernière. C’était Asmodée qui bouffait de plus en plus l’esprit de la petite Luthécia. L’ambiance y était malsaine et sombre. On entendait des rires d’enfant dérangeant, une musique sombre résonnait au loin…

Maison Luthécia,Cirque, Musique:
 

Une large bourrasque de vent fit tomber Taïga en arrière, la prévenant simplement qu’elle n’avait rien à faire ici.  Un vent mal odorant rappelant le souffre et la nourriture brulés. S’en suivit d’un râle sourd, C’était Asmodée sous sa forme originelle, mais il ne se montrait pas. Restant bien cachés dans son coin, alors comme ça elle voulait l’empêcher de faire ce qu’il voulait. Souhait. Sa vengeance serait terrible.

Il laissait sa conscience ronger celle de Luthécia venant prendre les commandes de son corps. Il grognait et vociférait, prendre possession de ce corps ou d’un corps en général était bien douloureux. Dans un premier temps sa peau craquelait ne laissant voit qu’un grand vide. Sa peau devenait de porcelaine. Alors que l’entièreté de ces yeux était noire. Et en dernier les cornes poussaient. Rapidement.

Doucement sa voix se fit entendre très grave et grondante comme le tonner.

- Taïga, Taïga,… Taïga… Tu devrais faire attention à ce que tu fais… et ce que tu dis. Tu as perdue toute ta grandeur sans Egregario. Tu n’es. Plus rien. Son sourire se déformait de plus en plus, il faisait un geste de main bien mesurée et théâtrale.   Je ne te laisserais pas faire ce que tu veux de ma proie. Et que crois-tu ? Que les démons c’est gentil ? Qu’il prenne le thé et joue à la dinette ? Tu es bien stupide. Un démon ne tiens jamais ces promesses. Mais je ne compte pas retourner dans le monde inférieur. Petite cochonne. Mais permet moi de te fais un petit cadeau maison.

Passage violent:
 

alek | www
Revenir en haut Aller en bas
Taïga Launwitch
Messages : 184
Date d'inscription : 09/02/2017
Age : 29
Launwitch
Who am i !

Vivantes .. Mais à quel prix ? [RP LIBRE] Empty

Vivantes .. Mais à quel prix ? [RP LIBRE]

MessageSujet: Re: Vivantes .. Mais à quel prix ? [RP LIBRE] Vivantes .. Mais à quel prix ? [RP LIBRE] EmptyJeu 20 Juin - 19:32
Vivantes, mais à quel prix ?
De l'épine croît la rose, et de la rose croît à nouveau l'épine.
Ft. Luthécia Launwitch
J'avais serré les dents, regardant Asmodée d'un air mauvais. Petit inconscient, estime-toi heureux que je ne te renvoie pas immédiatement dans le Monde Inférieur vidé de ton essence magique par mes soins. Je tremble, crispant mes doigts contre le draps alors que les lèvres froides de Luthécia viennent remonter sur mon bras droit. Je fais tout pour garder un minimum de contact avec elle. Tant qu'elle me touche, c'est parfait. Au fur et à mesure des secondes, elle prit sa forme démoniaque, les griffes droites et longues perçant les gants de l'adolescente. Je fusille Asmodée du regard, démontrant mes propres canines. Ouais, je vais devoir lui céder quelque chose et mon instinct me dit clairement qu'il ne va pas s'en prendre à mon âme ou ma vitalité comme le ferai la plupart des démons d'élites, mais plutôt à ... mon bras ?
Ca a pas loupé, il commence à se positionner, je ferme les yeux. Frémissant d'effroi alors que de la sueur froide s'écoule le long de mon échine. Basculant légèrement la tête en arrière, les muscles tendus. Il le faut absolument, je ne peux pas laisser Luthécia dans cet état. J'entends d'abord le son distinctif, puis tel une volcan en éruption dans mon bras droit désarticulé. Je suis prise de spasmes, m'effondrant en criant sur le bord du lit en tirant sur les draps de mon bras gauche. Les lèvres retroussées, les larmes me montent aux yeux. Salopard. Tout mon être se retrouve fébrile, il n'y avait personne au manoir. Bigby aidant les travaux, et avec tout le bordel au village, personne ne m'entendrai. Du moins, Daniel si. Mais il sait de quoi il en retourne. Se tenant juste non loin prêt à intervenir si je perds le contrôle de la situation.
Secouant la tête, je hoquette lorsque Luthécia attrape mon bras de ses deux mains pour tirer férocement. Je frappe violemment le sol de mon pieds. J'avais retiré mon peignoir de chambre lorsque j'étais rentrée dans la chambre de Lulu. Arborant désormais un débardeur noire avec un jogging sombre lacé. Le sang ne tarde pas à couler après que ma peau ai cédé. Ce fils de pute avait déboîté l'os de mon articulation, et maintenant il s'en sert comme d'un levier. Les larmes se mettent à couler, la douleur irradiait de la plaie naissante ne semble pas en avoir fini. Mon bras était encore tenu par les tendons. Bien évidemment et les muscles. Il n'y avait que l'os de sorti ayant rompu mon épiderme.

Non, en fait la souffrance est telle que je ne parviens pas à suivre le cours des événements, je finis par hurler à gorge déployée, cachant mon visage dans le creux de mon bras gauche dans les draps. Je suis un nerf vif à moi toute seule. C'est une véritable torture qui ne semble pas prendre fin, incessant, je me surprends à pousser des jurons dans toutes les langues possibles et inimaginables. Asmodée fit une rotation de mon bras, perçant mes veines, tendons et muscles à l'aide de ses griffes. C'en est de trop, le plasma recouvre les couvertures et le corps de ma disciple à n'en plus finir. Un flot infini âcre à la puissante odeur métallique à m'en faire tourner la tête. Lorsque le rire d'Asmodée me parvient aux oreilles, j'étais à moitié dans les vapes, reprenant difficilement ma respiration alors que je sanglote. La nausée me prend, perdant beaucoup de sang, mon moignon sanguinolent alors que mon articulation est saillant, rougit par mon liquide vital. Je porte instinctivement ma main gauche sur la blessure béante, les yeux écarquillés, soumise à ce tourment, martyre de ce démon infernal. Je me fais violence pour tourner difficilement la tête vers Asmodée. Jouant de mon bras droit maintenant ... détaché ... arraché plutôt. Je tremble, pour la propreté de la chambre on y passera. La pièce commence à tanguer, sérieusement, j'avais l'impression qu'on me versait de l'acide sulfurique à même la plaie. Je claque presque des dents, mais je secoue la tête, ma peau livide prouvant la perte conséquente de mon sang et mon état de choc bref.

_ Alors ? J’espère que tu as aimé ma petite surprise. Tu m’en remercieras plus tard. Quand tu auras un beau bras mécanique. Ho regarde Taïga, je tiens ton bras.

_ Va te faire enculé, Asmodée.

Au prix d'un ultime effort, je me redresse vivement, chancelant. Mon pouvoir angélique explose alors comme nous avons rompu le contact. Cette fois, la lumière divine émane de mon être telle une luminescence incessante. Mes pupilles se fendent en leur milieu alors que je foudroie Luthécia du regard. Le sceau est enfin activé, de tentacules invisbles agrippe Asmodée, l'entourant comme des milliers de serpent, l'énergie vitale de Luthécia. Séparant son emprise de l'âme de Taïga, enfermant le démon dans une geôle mentale bien en dehors de la maison de Luthécia. Mais plutôt dans un endroit obscur, gardé par l'énergie vitale et vivant de la belle, une âme soeur d'un gardien est puissante. Mon sacrifice de chair et de sang avait ainsi l'avantage de restaurer Luthécia, alors que je l'offre à Asmodée pour qu'il puisse le dévorer. Ainsi, une part de moi de manière irréversible.

_ Asmodée, par la grâce de Dieu et de Lucifer, sers ta maîtresse, Luthécia Luanwitch ou bien tu brûleras dans les entrailles des flammes noires du Monde Inférieur !

Dans un élan inespéré, je plaque ma main sur le visage de Luthécia, chantant maintenant cette berceuse égyptienne pour forcer le démon à s'endormir, ou plutôt le corps et refaire prendre une apparence normale à l'humaine. Le sceau ravalant Asmodée, cette fois dans son antre/cellule, avec de quoi se nourrir de la vitalité de Luthécia et non de son âme.


Chose réussite, je finis par relâcher la jeune fille, reculant maladroitement. Perdant l'équilibre, arrêtant de chanter pour gémir de douleur. Je ferme les yeux, mon sang moucheté d'or, il.. il y en avait partout .. J'inspire longuement et avec difficulté. Mes jambes sont flageolantes, Luthécia n'allait pas se réveiller tout de suite. La tête basculé en arrière vers le plafond, adossée au mur en métal juste à côté de la porte de chambre, je fixe un point vague. Un rictus peiné sur mon visage en coin alors que j'expulse nerveusement l'air par le nez. Enfin un peu de silence, je ferme les yeux un instant, crispant ma main sur mon moignon. Je suis heureuse, j'ai réussi, j'ai réussi et seule. Je tremble, Luthécia va pouvoir s'en sortir, c'est bon. Avec encore de l'entraînement .. mais bon ... je vois les jambes de la belle reprendre plus de formes et un craquement distinctif démontrant la rétablissement de sa colonne vertébrale. Elle allait pouvoir remarcher, je commence à glisser le long du mur glacée, renversant ma tête en avant, respirant difficilement alors que ma main gauche s'imbibe de mon propre sang. Je suis essoufflée, j'aurai voulu lui épargner tout ce sang mais je suis pas trop en état. Je couine, poussant un bon vieux "putain" des familles, les jambes fléchies par cette atroce souffrance.
Mon propre bras ... a été tout simplement absorbé et dévoré par le démon en s'étant transformé en pure énergie en guise d'offrande sacrificielle pour le rituel et le sceau. Je ferme un instant les yeux, avant de les rouvrir, dans un état second. Il faut que j'aille ... demander à Daniel de me soigner. Mais ce fils de pute ne doit pas être dans les environs, bordel et Eden qui est toujours dans son coma artificiel. Me voilà amoindrie. Egregario n'est toujours pas là, et trou en moi et physiquement... Mais je m'en foutais, c’était pour le bien de la jeune fille. Je préfère amplement ça plutôt que la perte démon village il y a quelques jours. Non, je ne peux pas le dire à Bigby, et Marc était toujours aux abonnés absents. Ma respiration se fait plus lente, je commençais à avoir froid. Impossible de me remettre sur pieds. Hm ... ça fait mal. Du bruit... ça fait aussi longtemps que ça que je comate ainsi ? Je suis livide, une marre de sang se formant sous moi. Je sourie toujours.

_ Ce démon ne devrait plus t'embêter maintenant, du moins, tant que tu fais attention. Et tu devrai pouvoir marcher maintenant., excuse-moi pour la saleté, je vais tout nettoyer dès que Daniel revient. Je prends juste une petite pause pour... pour souffler...



Revenir en haut Aller en bas
" Tsukiyo "
Tsukiyo
Messages : 24
Date d'inscription : 24/04/2019
Immortel
Who am i !

Vivantes .. Mais à quel prix ? [RP LIBRE] Empty

Vivantes .. Mais à quel prix ? [RP LIBRE]

MessageSujet: Re: Vivantes .. Mais à quel prix ? [RP LIBRE] Vivantes .. Mais à quel prix ? [RP LIBRE] EmptyJeu 20 Juin - 22:11
VIVANTES, MAIS A QUEL PRIX ?



Le démon à un large sourire. Il commençait déjà à dévorer le bras de Taïga à lécher son sang sur ces doigts. Toute chose qui répugnerait entièrement Luthécia. Il rit un peu, il sait qu’il va être enfermé, mais au moins il a pu un peu jouer avec cette imbécile d’humaine et l’autre âme sœur de l’un de ces frères. Il était content de lui avoir arraché le bas et de pouvoir s’en repaitre.
Il finir alors par disparaitre avec le bras de Taïga avec lui. Il était maintenant obliger d’honoré son contrat. Ce qu’il faisait déjà. Il rependait sa magie en Luthécia l’odeur faisais pensée à de la menthe. Le corps de cette dernière se mit à craqué signe qu’il se soignait. La magie du démon allait dans les veine de cette dernière pour la soignée intégralement. Il soupire il aimait bien lui faire croire qu’elle ne retrouverait jamais l’usage de ces jambes et que maintenant elle ne servirait à plus rien. Cela l’amusait, mais le temps de l’amusement était visiblement fini pour le moment. Il était de nouveau enfermé. Tempi, il prendrait son mal en patiente. Et puis il verrait autre chose.


Je reprenais doucement conscience de moi. Doucement je sentais ma respiration assez calme, mon corps, chacun de mes muscles et même mes jambes, j’avais du mal à y croire, j’arrivais à bouger mes oreilles, voilà une sensation qui m’avait tant manquée… Je sens alors que je suis visqueuse… trempée, sur mon corps et mon visage, je ne comprends pas pourquoi…

J’ouvre alors les yeux, mais j’ai du mal quelque chose me dérange, alors je passe mes mains sur mes yeux pour les frotter, mais je que mes gants sont déchirés et tous aussi visqueux, je commence à avoir la nausée, j’ai un gout hideux en bouche, le gout du sang… et de la viande crue, c’est horrible, je me penche pour cracher, j’entends à peine Taïga, et je cherche de quoi essuyer mes yeux pour les ouvrir. Mon mauvais pressentiment c’était révélé exacte… c’était bien du sang que j’avais sur moi. J’étais face à une vision d’horreur… que c’était-il passé ici… pourquoi suis-je couverte de tant de sang… et pourquoi j’ai le gout en bouche….

Je cherchais alors Taïga du regard, mais ma chambre c’était transformer en une vrai vision de cauchemars. Quel horreur.
Je trouvais taïga non loin de la porte… il lui… manquait un bras…. Quel horreur c’était elle qui avait perdu tant de sang !? Je me levais précipitamment pour aller la voir et je la secouais un peu. J’allais alors chercher du désinfectant et un briquet avec du tissus.

_ Taïga je t’en prie, reste avec moi. Tu n’as pas le droit de mourir. Je ne sais pas ce qu’il s’est passé mais ce démon ne paie rien pour attendre. Et pardonne moi pour ce que je vais faire. Mais ça sera moins douloureux ainsi.

Je venais lui donner un petit cou dans la nuque pour lui faire presque conscience. J’avais perdu la notion du temps. Je n’avais pas la moindre idée de l’heure qu’il était et de combien de temps elle avait été ici ?

Je commençais alors mon œuvre, je venais rincer puis désinfecter sa plaie. Une fois cela fait, je découpais avec mon couteau de survie les morceaux de peau qui était pendant ou mal couper. J’avais dans un premier temps trempé la lame de mon couteau dans le désinfectant. J’avais aussi lavé mes mains et retirer mes gants. Et je m’attelais à la tâche. Une fois la plaie bien propre, je venais faire brûler je l’avais entouré autours de mon couteau et je venais alors cautériser la plaie. C’était moche à voir, mais ça lui sauverais certainement la vie. Une fois cela fait. Je lâche mon couteau dans l’eau pour éteindre le feu et laisse la lame du couteau refroidir. Puis je soupirais, je venais jeter l’eau sale, me laver les mains refaire une eau propre que je mélangeais avec du désinfectant puis je venais rincer la plaie une dernière fois, et je passais un linge humide sur front de taïga. Je la laissais ou elle était et j’allais débarrasser mon lit. Retirant tous les draps couverture et oreiller imbibés de sang. Heureuse il y avait un protège matelas. Et ça n’avait par miracle pas traversé. Je mettais tous dans la douche et je changeais les draps.

J’allais chercher des vêtements propres pour me changer, puis j’allais prendre un sarouel propre et un débardeur. Je déshabillais taïga et la lavais doucement avant de lui faire enfiler le débardeur, malgré qu’elle eut été fine, le débardeur était trop petit pour elle, il remontait et était bien tendu. Elle se contenta de juste retirer son bas et de laver ces jambes avant de lui mettre le sarouel, au moins ce dernier s’adaptait d’une taille XS au XL, donc il y aurait forcément la taille de Taïga. Elle la portait alors dans le lit et la couvrait d’un drap propre.

Je questionnais mon démon tranquillement, mais ce dernier ne disait pas un mot, rien. Tempi, elle saurait quand Taïga se réveillerait.

J’allais donc laver le sol, puis je m’attelais à laver les draps malgré ma grosse fatigue. Je m’étais réveillée parce que j’avais senti que quelque chose n’allait pas. J’avais aussi réussir à ravoir les draps. C’était plutôt surprenant. Je n’aurais pas crue réussir à les ravoir eux. C’était pas plus mal… mais je… Je me sentais sale, alors je retrouvais me laver une nouvelle fois. Et me désinfectée. Puis je me rechangeais sans un mot. Ne faisant quasiment aucun bruit.

Après quoi j’allais m’asoir sur une chaise, jambes croisée, ou je m’endormais.



alek | www

Revenir en haut Aller en bas
Taïga Launwitch
Messages : 184
Date d'inscription : 09/02/2017
Age : 29
Launwitch
Who am i !

Vivantes .. Mais à quel prix ? [RP LIBRE] Empty

Vivantes .. Mais à quel prix ? [RP LIBRE]

MessageSujet: Re: Vivantes .. Mais à quel prix ? [RP LIBRE] Vivantes .. Mais à quel prix ? [RP LIBRE] EmptyVen 21 Juin - 11:10
Vivantes, mais à quel prix ?
De l'épine croît la rose, et de la rose croît à nouveau l'épine.
Ft. Luthécia Launwitch
J'avais toisé Luthécia du regard, lui balançant un rictus en coin, l'air de dire que tout va bien maintenant. J'essaye de me redresser, mais je retombe lourdement, la douleur continue de fuser abondement, je gémis de douleur, poussant un juron comme j'ai l'habitude de faire. J'ai l'air misérable, je le sais, mais un sacrifice était nécessaire. L'adolescente finit par se rapprocher de moi, je ne voyais presque plus, j'avais froid, tellement froid. Mes paupières se font lourdes, j'entends à peine ce que me réponds ma disciple avant qu'elle ne me frappe pour m'emmener dans les bras de Morphée. Je suis clairement pas douée pour frapper de manière chirurgicale ainsi, c'était du sel défense, un mauvais coup, et Luthécia serait responsable de ma paralysie ou bien de ma mort. Mais le geste du sabre de sa main était bien porté, perdant quasiment instantanément conscience, je laisse mon corps entre les bras de la petite blonde.
Luthécia fait preuve d'un très grand courage à tout nettoyée, tout comme à me soigner, me nettoyé et m'habiller. Je ne suis pas non plus des plus légères, on va mettre ça sur le compte de sa force nouvelle. J'étais devenue une martyre pour sauver autrui une deuxième fois. Ou bien peut-être viens-je de prouver que je suis toujours prête à mourir pour sauver mon prochain. Qu'importe, Luthécia a pu ainsi voir les deux renfoncements entre mes omoplates penchées, là où s'écoule deux minces filaments d'un vert océan exotique pailleté et translucide. S'y dégage une fraîcheur hivernale au ressenti et au touché, avec une senteur marquée par la mort. Une liqueur noire au goût de cendre. Elle n'aurait dû voir ça, et je ne veux pas connaître son avis. Les stigmates de ma renaissance.

Lorsque je reprends conscience, l'odeur de lessive me monte aux narines. Mais très vite, un élancement bien trop cruel pour mon mental épuisé me tire une grimace et des plaintes de douleur. Je roule sur la droite pour me relever, mais je pousse un bref cri de douleur, mettant appuyé sur ma blessure. Bordel, je me redresse instinctivement pour dégager mes dreadlocks, mais rien. Quoi ? C'est pas vrai, je vide mal où c'est moi ? Ma paume gauche était posée sur le matelas pour me relever, mais impossible de retirer les mèches sur mon visage. Et cette horrible courbature de mes deux, peut-être un peu trop intense pour n'être qu'un simple engourdissement. Je bouge ma main droite, faisant repliés mes doigts afin de soulager cette pression. Mais rien, toujours cette horrible tension, je fronce les sourcils, tournant la tête et me fige. Écarquillant les yeux. Où .. Où était mon bras ? Ou plutôt mon avant-bras ? Je parviens à bouger mon épaule, le relevant pour observer un moignon à vif et extrêmement brûlé. Il ... Hm .. C'était sectionné au niveau de mon articulation. Je pousse un grognement, me faisant violence pour ne pas courir au lavabo afin de passer le tout à l'eau glacée. Le tissu humide avait glissé de mon front pour tomber sur le lit. Je tremble de fébrilité, encore un choc pour mon corps. Mais étrangement, une nouvelle force me soulage bien vite d'une crise d'angoisse ou d'état de choc. Quelque chose venant du plus profond de mon âme, de moi, serait-ce ma propre magie nouvelle ?
Qu'importe, je laisse reposer mon membre coupé le long de mon bras pour regarder la silhouette de Luthécia. J'avais horriblement soif. J'essaye de me lever, mais je manque de tomber, par Satan, heureusement que je suis gauchère. La perte de mon bras me vaut un déséquilibre nouveau, je me dirige maladroitement vers la salle de bain pour boire à n'en plus pouvoir grâce à un gobelet. Des kits de survies dans toutes les chambres du bunker pour assurer une survie au cas-où.
Je vois aussi mon reflet dans le miroir, ah bah .. je portais un haut extrêmement moulant, mes vêtements était différents. Ma poitrine est outrageuse et déborde des côtés, de quoi faire bander Marc et Bigby. Mais l'heure n'est pas à la plaisance. Je reste étrangement calme en réalité, je n'étais pas une proie repliée en quatre pleurant sur son sort. Non, je l'accepte. Mettons ça sur le compte de ma nouvelle condition peu commune, le fait que j'avais pleins de mémoires en tête et que je me suis complètement renfermée sur mon deuil. Je reviens dans la chambre, glissant le long du mur pour ne pas tomber et m'asseoir difficilement sur le bord du lit. Je ne peux m'empêcher de palper mes biceps, le massant pour essayer de faire passer la douleur. Puis je relève la tête, mon regard était creusé et épuisé, mais je n'en avais pas encore fini. J'ai perdu du temps, je dois très vite partir pour Lutèce. Mais au moins, j'ai sauvé Luthécia. Je sourie calmement, contenant ces maux atroces, mon être était un magma en ébullition menaçant d'exploser.

_ Luthécia, merci. Je suis désolée pour cet incident. Il y a eu un petit écart. Mais maintenant, tu es sauvée. Asmodée ne devrait plus t'importuner aussi facilement.

Ma voix est brisée à cause de mes précédents hurlements, mes yeux pétillent de vide ou d'épuisement extrême. Mais je le contiens, m'intéressant au cas de mon amie. C'est elle qui est importante. Je lui épargne aussi le fait qu'elle avait fait preuve de cannibalisme et qu'elle avait ingérée ma propre chair et mon sang. D'où le fait qu'en plus de sa guérison rapide, elle avait une teinte éclatante puisqu'elle avait absorbé de mon fluide angélique. Ayant même repris un poil de poids. Je me permets enfin de la détailler du regard, la dernière membre de notre famille, notre clan occulte.



Revenir en haut Aller en bas
Luthécia Underwolf
Messages : 55
Date d'inscription : 24/07/2018
Humain
Who am i !

Vivantes .. Mais à quel prix ? [RP LIBRE] Empty

Vivantes .. Mais à quel prix ? [RP LIBRE]

MessageSujet: Re: Vivantes .. Mais à quel prix ? [RP LIBRE] Vivantes .. Mais à quel prix ? [RP LIBRE] EmptySam 22 Juin - 23:57
VIVANTES, MAIS A QUEL PRIX ?


Je regardais un temps Taïga, elle voulait paraître forte malgré tous, et je respectais énormément cela. J’étais pareille sur ce point. J’avais posé ma main sur son épaule pour signifier que ça resterais entre nous. Je n’avais pas à en parler aux autres. Ce qui c’était passé dans cette pièce resterait dans cette dernière.

Dans mes songes je me retrouvais à discuter enfin avec plus de tranquillité avec le démon qui était en moi. Maintenant qu’il était canalisé j’avais plus de facilité à discuter. Bien que c’était un dialogue à sens unique. Je lui parlais bien froidement lui faisant comprendre qu’il ne connaîtrait jamais plus de liberté comme ces derniers jours. Et je j’étais la dominante. Et que je lui donnerais ce qu’il voudrait. C’était un simple échange

J’avais entendue Taïga bouger, mais je n’avais pas ouvert les yeux, j’étais en même temps en train de l’écouter bouger, sachant ce qu’elle faisait sans même qu’elle n’ait à ouvrir les yeux, et je continuais l’entretient avec le démon. J’avais besoin d’explication, mais il ne semblait pas prêt à me répondre pour le moment. Mais ce n’est rien. Je serais patiente. Je l’ai toujours été. Je finirais par trouver un terrain d’entente avec Asmodée.

J’ouvrais alors les yeux écoutant toujours Taïga, elle était en train de boire, et surement, à se regarder dans le miroir. Fallait dire. Je lui avais enfilé un de mes hauts. Et ça ne lui allait pas. C’était clairement trop petit. Enfin, je ne pense pas qu’elle soit grosse au contraire elle est normal c’est moi qui suis bien trop maigre. D’ailleurs, j’ai l’impression d’avoir repris du poids, et je trouve cela dérangeant. Je n’ai pas dû reprendre beaucoup gère plus de quelque kilo, mais ayant toujours fais ce poids, je me sens plus gênée bien que cela ne soit pas du gras. Il me fraudait un temps d’adaptation. Et après tous, je comptais bien reprendre encore du muscle. J’aimerais arriver à environs cinquante-cinq cinquante-sept kilos grand maximum. Je pense que je ne supporterais pas d’avoir plus de poids.

Je vois enfin Taïga arrivée. Et je la regarde, ma petite sieste de vingt minutes m’a bien requinquer, mais elle, c’était autre chose, elle semblait aussi fatiguée qu’un malade. Ces yeux était caverneux, cerné de bleu violet. Ces cernes descendaient très bas sur ces joues. Et son visage paraissait épuisé. Elle le portait sur elle. C’était attristant. Elle devait se reposer surtout avec un bas un moins. C’était un sacrée traumatisme à vivre. Bien que je ne savais pas ce qu’il c’était passé. Je me doutais. Je n’étais point dupe. Il ne serait plus que les Os du bras de taïga. Le démon l’avait mangé. Par mon biais… C’était d’un gore extrême. Et j’en avais encore le gout en me levant. Ce qui m’avait donnée envie de vomir…

_ Cela n’est pas de ta faute Taïga. Sans toi, c’est moi qui me serais perdu, et sans moi, tu n’aurais surement pas survécus à cette blessure qu’il t’a infligée. Tu aurais dû me prévenir de cela. Ne me fais tu pas confiance malgré tout ce qu’il s’est passé ? Je sais que j’ai été bien inutile il y a quelque jour, mais maintenant ça sera différent. Je ne serais plus aussi inutile pour ce genre de choses. Et puis. Je lui faisais un clin d’œil. Je n’ai pas oublié que ton démon m’en doit encore une. Tu entendras encore parlé de moi, même quand je serais partie. Et même sans cela, tu m’as sauvée plusieurs fois et inversement, ça me coûte de dire cela, mais tu es importante à mes yeux Taïga. Et tu es bien la seule personne à compter autant à mes yeux.

Je reprenais mon souffle il était rare que je parle autant surtout pour dire ce genre de chose. Mais je le pensais vraiment. Pour moi, je ne connaissais personne que je considérais comme aussi proche que Taïga. Passant ma main dans mes nouveaux cheveux platine aussi fin que des fils d’or et aussi doux que les cheveux d’un nouveau née je réfléchissais un temps.

Je me relevais sur mes deux jambes sans plus les moindres soucis, en soit c’était génial de pouvoir marcher. Je me sentais un peu heureuse de cela. Non j’en étais même très heureuse. J’avais recouvert mon regard flamboyant, il l’était maintenant d’avantage, ayant pris une teinte légèrement électrique du à cette magie nouvelle que je commençais à sentir en moi. Je regardais Taïga on ne peut plus simplement alors qu’elle semblait m’observer sous toutes coutures, je me demandais bien pourquoi.

_ Avant de faire quoi que ce soit. Reprendre une quête folle, ou de vouloir te venger de ce qu’il s’est passé, prend le temps de bien te reposer, de poser une prothèse à ton bras même une non articuler pour commencer, ça te permettra de retrouver ton équilibre. Mais surtout si tu commences à partir ainsi tu ne seras bonne a rien vu ton état de fatigue, ou alors bonne qu’à te faire encore plus de mal ou te faire tuer. Bien que t’ai des tendances suicidaire je ne pense pas que c’et s’que tu cherches après tous ce qui t’es arrivée. Enfin bref. Je parle trop. Tous ça pour dire; repose toi, tu ressembles à rien comme ça, et tu seras surement moins bonne sans sommeil.

alek | www

Revenir en haut Aller en bas
" Contenu sponsorisé "
Who am i !

Vivantes .. Mais à quel prix ? [RP LIBRE] Empty

Vivantes .. Mais à quel prix ? [RP LIBRE]

MessageSujet: Re: Vivantes .. Mais à quel prix ? [RP LIBRE] Vivantes .. Mais à quel prix ? [RP LIBRE] Empty
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» L'Onu soutient le plan de Préval, mais de quel plan parle-t-on ?
» La beauté s'achète ... Mais pas dans mon cas~ [LIBRE]
» (f) au choix, mais une femme blonde ✈ libre
» Quel accueil de la part des oiseaux! (libre)
» UN GRAND SECRET DERRIERE LE MONDIAL 2014 " LE VOUDOO HAITIEN..QUEL SAL O PRIX

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Spirit :: No Man's Land :: Lame Spirituelle :: Demeure Launwitch-