Spirit
Malheur à toi pauvre âme !



 

Eden Launwitch
Messages : 11
Date d'inscription : 22/02/2019
Launwitch
Who am i !

Sur autre ton, jeune fille ! [PV M. Wolf] Empty

Sur autre ton, jeune fille ! [PV M. Wolf]

MessageSujet: Sur autre ton, jeune fille ! [PV M. Wolf] Sur autre ton, jeune fille ! [PV M. Wolf] EmptyLun 29 Avr - 13:12





Sur un autre ton, jeune fille !-



Plus jamais ça, jamais, Eden !

Leech n'était jamais revenu. Cet idiot de volatile craintif m'avait abandonné à mon sort. J'ai été aux prises avec un démon qui m'avait malmené. Jouant avec moi. Traumtisée, je ne sais même toujours pas comment j'en suis ressortie. Mon père, Egregario a dû intervenir pour me sortir de là. Ce qui au départ devait être un simple aller et retour d'une journée, s'est transformé littéralement en épopée dangereuse de deux semaines. En Ecosse, seule et sans aucun moyen de transport pour traverser la mer. Je me suis perdue, me réfugiant au village de contrebandier à la frontière de la Métropole et de la résistance de rebelle. J'avais ruiné mes affaires à cause de on pouvoir, j'ai perdu le contrôle de moi-même. J'ai dû user de mes dons pour troquer. Je me suis ainsi coupé les cheveux en carré plongeant, dont un côté était plus long avec une mèche, afin de pouvoir mettre une perruque brune et trouver des lentilles de contact. Apparemment, mes dons de guérisseuses on suffit, me permettant de me trouver un passeur pour voyager et arriver en Irlande. Encore une fois je me perds, dormant à la belle étoile, effrayée et pleurant toutes les larmes de mon corps après la rencontre avec Akira. Mon père était venu me sauver, mais j'avais beau avoir fait confiance à Bigby pour la puissance de mon essence, il a fallu que je tombe sur un démon qui était invulnérable. Egregario a dû me raconter son histoire, et merde. C'est donc épuisée et au bout du rouleau que je rejoins enfin mon village, Daniel a su me récupérer. Je l'ai chevauché, neutre et silencieuse avec le regard baissé. Le vampire ne dit rien sur ma tenue. M'emmenant directement à l'église de notre communauté pour me faire soigner et me donner de nouveaux vêtements. Mais comme si ça ne suffisait pas, il a fallu qu'une épidémie frappe notre village. J'ai trouvé ma mère qui était à l'église, prodiguant les soins aux malades qui ne cessaient de vomir et s'affaiblir grâce à son essence démoniaque. Mais nous avons perdu presque tous les enfants et vieillards. Taïga était tellement heureuse de me voir qu'elle me serra fort contre elle, ne cherchant pas non plus pourquoi j'étais dans un piteuse état. En réalité, ma mère était ce genre à nous éduquer comme marche ou crève. Et elle savait que Greg veillait sur moi. La cheffe du village était préoccupée, souffrant de voir cette étrange maladie s'abattre sur sa communauté. Il n'y avait que les humains de touchés, étrange.

C'est donc au bout de plusieurs heures, après avoir aidé malgré moi ma mère à purger le sang de nos malades, que j'en prends plusieurs échantillons. J'vais devoir les analyser, mon absence a contrarié ma mère. Je culpabilise, si j'avais été là plus tôt, j'aurai pu éviter des morts. C'est donc, épuisée, nerveuse et coupable que je traverse la forêt par le sentier après un rapide passage à la taverne. J'ai troquer mes vêtements contre un jean avec des converses, un simple bustier blanc et de nouveaux sous-vêtements sportifs. Cependant, j'ai toujours ma longue veste blanche à la fermeture typée militaire. Cette dernière était dans un état lamentable, avec des traînées de sang séchés, et des trous partout. C'était mon plasma lors de ma confrontation avec Belzébuth. J'étais déterminée à lire enfin cette lettre. Je portais le bracelet dans ma poche, tout comme la bouteille dans une sacoche en tissue. La lettre est chiffonnée, pliée dans mon soutien-gorge. J'ai dû trouver des endroits pour pouvoir les porter sans les perdre. Ces maudits objets m'ont fait vivre un enfer, mais c'est ma porte de sortie pour reprendre mes études, je le sais. Je vais donc entrer discrètement, et éviter Bigby. Me faire une beauté en me débarrassant de mes affaires pour qu'il ne remarque pas ce qu'il s'est passé. Mon visage est fatigué, je suis tendue, regardant dans mon dos, comme pour essayer de voir que ce démon ne me poursuit pas. Mais l'essence d'Egregario m'entoure comme une fournaise, bien plus rassurante malgré la haine et les âmes damnées dans ses entrailles.
Se matérialisant, dans cette forme de pierre volcanique en fusion organique asexué et sans visage, je cours, piquant un sprint pour le serrer dans mes bras. Tremblante, je sanglote sans larmes, toujours silencieuse. Je n'ai prononcé aucun mot en réalité depuis deux semaines. Je mords ma lèvre inférieure, alors que mon père démoniaque m'entoure de ses bras pour me serrer contre lui. D'abord rien, puis il parle dans ma tête d'une voix caverneuse et latente.

_ Tout se terminera bientôt, Eden. Je te le promets, fais-moi confiance. Ce n'est pas de ta faute toutes ces morts. Le puits du village a été contaminé. J'aurai besoin de toi pour l'assainir, mais pas un mot à ta mère. Fais-moi confiance Eden. Qu'importe ce qu'il se passera dans les prochains jours, je laisse surtout pas ta mère mourir.  

Je me blottie encore plus contre mon charbon paternel, acquiesçant. Les yeux fermés, puis il disparaît. Je ne sais pas ce qu'il prépare, mais j'étais au courant de la situation. Et nous sommes dans une belle merde, l'incube semble enfin s'être règle, mais notre soucis maintenant était la Jurisprudence. Je connais donc l'origine de la maladie, et qu'importe les plans de mon père. Je les suivrai à la lettre. Je sais qu'il veut sauver notre clan, mais avec une stratégie étrange. Car s'il le souhaite, Egregario pourrait brûler vif Valentin et irradier Mala' juste par sa volonté. Mais il a autre chose en tête ...
Gagnant enfin le manoir, je plisse les yeux. Ma maison est comme à son habitude, une vieille bâtisse envahit par des rosiers et des herbes folles sur presque toute la façade. Mais elle avait son charme, n'étant pas austère comme celui des O'Donnell.

Moi qui pensais pouvoir être seule, je distingue très vite la circulation sanguine de Bigby, je relève mon regard, il était là. Dans sa tenue habituelle, notre majordome. Mon coeur rate un battement, heureuse de le revoir. Mais je me fige, si je voulais lui courir dans les bras, c'est raté. La peur éclate, en même temps, j'ai fait le mur sans prévenir personne. Et j'ai bien failli ne pas revenir. Je fronce les sourcils, un autre sentiment me gagne. J'ai 19 ans après tout, et les imprévus dans le No Man's Land sont courants. Je fais la moue. Approchant vers notre perron, gravissant le petit escaliers de granit de notre entrée. Mais je m'arrête à la première marche, relevant la tête pour le regarder. Mon coeur bat rapidement, je suis contrariée, tendue, à bout mais soulagée d'être enfin rentrée. Et Bigby n'est pas content, pas du tout. Je fourre les mains dans les poches de ma veste ruinée.

_ Bonjour M. Wolf. Il y a un problème ? Je peux pas voyager comme ma mère ?

Je suis mauvaise, vraiment mauvaise. Mais je ne veux pas qu'il s'inquiète pour moi. Je soupire, ce n'est clairement pas dans mes habitudes d'être comme ça. Mais je ne suis pas vulgaire comme Taï'. Je fronce les sourcils, inutile de me faire la leçon. Je serre les dents. Agacée, le fusillant de mon regard de cerise. Je peux enfin parler. Il suffit d'avoir brisé mon voeux de silence avec une personne pour que je ne puisse plus avoir ce stupide blocage. Et Il n'y avait que Bigby, ma mère et mon père.

_ Je suis sortie de ma bulle, vous êtes pas content ? Je vous ai écoutez. Je me suis battue, enfin défendue et je suis revenue vivante. Je ne suis plus une enfant !

Alors comment dire ?
Non, je suis sortie en espérant que ça ne dure pas longtemps, mais je suis tombée sur un puissant démon. Et je me suis blessée toute seule, traumatisée par les pouvoirs de ce Belzébuth qui a fait de moi sa prisonnière illusoire en m'enfermant dans cette sombre forêt écossaise. J'avais perdu le contrôle d'ailleurs, ma vitalité s'était mise à s'attaquer contre moi. Je suis diminuée, et j'avais été incapable de m'enfuir, obligée de reprendre des forces sur place. Je me suis frotté à une puissante entité pour me défendre, mais rien. J'enlève cette stupide perruque, révélant ma nouvelle coupe de cheveux. N'ayant déjà plus mes lentilles de contact. Comment dire aussi que je me suis laissée aller à me faire un tatouage complètement bourrée ? Ma première cuite dans cette taverne écossaise. J'étais tombée sur des soldats de la Jurisprudence, il m'avaient recueilli dans leur chambre, me pensant muette. Ils m'ont faire encore plus boire, ils me pensaient une rebelle humaine. Moi, je voulais oublié ce démon. Alors, je me suis couchée dans leur canapé. Mais l'ambiance était à son paroxysme, ce n'étaient que des guerriers qui voulaient profiter des bras d'une femme. J'étais toute seule, tout comme j'avais violemment expulsé mon père de mon mental. Je me suis donc oubliée dans leur bras. Ils étaient trois.  Et encore, je crois qu'au début ils se voulaient adorables. Mais lorsqu'ils ont trouver ma boîte, ils ont radicalement changé leur comportement. Ils ont lu la lettre, mon identité a été découverte. Il ont mis le bracelet autour de mon poignet et m'ont faire boire plusieurs gorgées du Sacré Coeur, juste pour rire.
Je n'étais qu'une femelle qui ne pensait qu'à féconder et à baiser. Ce n'est qu'au bout de plusieurs jours que lorsque j'ai repris mes esprits, j'ai vu ces trois hommes, complètement carbonisés. Tués par mon père, ils avait aspiré leur âme. Moi, j'étais nue, souillée, violée. Malgré ce qu'on pourrait croire, je ne me suis pas effondrée. Je n'avais plus le bracelet, il était désactivé. Je l'ai donc remis dans ma poche, comme éteinte, renfermant tout. Je suis née d'un viol après tout, c'est sans doute normal ce genre de choses. Je n'aurai juste pas du sortir. Je m'étais donc enfuie, non sans m'être provoqué une hémorragie interne pour éviter n'importe qu'elle grossesse,ça été très douloureux . Je me suis saignée pour recouvrir la raison, ne pas sombrer dans cette folie qu'est le Sacré Coeur. C'était très dangereux, j'ai dû ... aspirer plusieurs vitalités pour m'en sortir, mais jamais sans tué. Et aujourd'hui, le Sacré Coeur faisait encore effet, car il me soignait bien trop rapidement. D'après les analyses de mon propre plasma, j'en avais encore pour un ou deux jours. Mais si je parviens à ne pas coucher, ca sera parfait. Je pourrai redevenir complètement moi-même.
Cette drogue est bien trop dangereuse. Et ces militaires connaissaient cette substance. Mais c'est un défi, je dois le relever. Froide sur mon propre coeur, je regarde Bigby. Malgré moi, une puissante odeur aphrodisiaque s'échappe de mon corps. Celle du Sacré Coeur, personnalisée pour chaque individu, je ne peux donc pas me réfugier dans les bras de mon loup de majordome. Car je ne sais pas ce qu'il pourrait se passer. Donc je veux maintenir mes distance. Moi, je ne m'en rendais pas compte, ayant déjà eu ma dose. Je me sentais salie, je ne suis pas prête à laisser de nouveau un homme me toucher. Enfin, je ne sais pas. J'avais encore l'impression d'avoir leur sexe poisseux en moi. C'est horrible, mon corps a beau être complètement guéri, les blessures mentales sont là. Mais je suis froide, glacée, figeant mon coeur dans sa prison mentale.



© Jawilsia sur Never Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Bigby Wolf
Messages : 76
Date d'inscription : 07/07/2017
Kreat
Who am i !

Sur autre ton, jeune fille ! [PV M. Wolf] Empty

Sur autre ton, jeune fille ! [PV M. Wolf]

MessageSujet: Re: Sur autre ton, jeune fille ! [PV M. Wolf] Sur autre ton, jeune fille ! [PV M. Wolf] EmptyLun 29 Avr - 14:42
détails
L'homme ou le loup ?
Beware of his bite...
ft. ...
Ʃkaemp はは ™

C'était un jour comme les autres, lever, préparer le petit déjeuner, ménage, préparer le déjeuner, s'occuper des tortues... Une routine que je commençais à maîtriser sur le bout des doigts. Chaque fois que Taïga mettait le bordel, je nettoyais. Un jour, promis, je m'occuperais de la façade qui en avait bien besoin, mais en attendant, l'intérieur semblait presque neuf à chaque jour. Alors que je finissais de nourrir les tortues de la maîtresse de maison, une odeur me vint directement au nez, enivrante et réveillant mes instincts de bêtes, mais aussi mes instincts paternels. C'était elle, je reconnaîtrais son odeur entre mille, Eden était entrain de revenir au manoir.

Entre joie et colère, je me dirigeais vers la porte d'entrée et le perron, observant la venue de cette jeune fille qui m'avait fait m'inquiéter pendant près de deux semaines. J'avais été sur les nerfs, incapable d'agir et de la protéger à cause de la distance, je m'étais sentis inutile... Et ça m'avait mis en rogne. J'en ai fumés des paquet de cigarettes...

Vêtu de mon costume de Majordome, j'observais la demoiselle, son odeur était étrange, enivrante au point que j'en avais du mal à me contrôler. Je croisais les bras, le regard dur, froid et sévère, elle avait changée... ET pas que physiquement. Je ne savais pas vraiment par quoi elle avait pu passer, mais ça l'avait mise à mal, je le sentais. Je devais donc refréné l'envie de gueuler sur elle pour son départ inconsidéré, ce n'était pas le bon moment... Et ses paroles me le confirmèrent, elle était... Si froide. Je l'observais, elle restait de marbre, alors j'ouvris lentement mes bras en les décroisant, puis lui fit signe d'entrer dans le manoir, silencieux. Je réfléchissais à ce que je pouvais lui dire, et je ne savais pas trop par ou commencer, alors je la laissais entrer et refermait la porte derrière elle.

Je n'attendais pas beaucoup plus pour le mener lentement vers sa chambre, propre comme je m'en étais occupé pour elle, je savais que c'était un endroit ou elle se sentait mieux, alors autant en profité. Je la fis me suivre dans le manoir, dans un silence pesant, tandis que chaque pas nous rapprochait de sa chambre. Une fois à l'intérieur et la porte fermée, je lui fit signe de se déshabiller, ce qu'elle fit non sans se plaindre un peu, un froncement de mes sourcils avait fini de la convaincre, alors elle se retrouvait nue devant moi, cachant ses parties et sa poitrine de ses mains.

J'haussais un sourcil, ce n'était pas le genre de comportement qu'elle avait en général avec moi, alors je commençais à comprendre un peu plus. Elle avait ... Peur, peur de se montrer... Peur d'être violée. Je me fis violence pour ne pas éclater à cause de mon inquiétude, puis lui désigna la salle de bain, l'y suivant alors que je faisais couler un bain chaud, toujours dans ce silence... Perturbant. Je notais son tatouage, sa coupe de cheveux... ça lui allait plutôt bien, et ça, c'était son choix au pire, c'était pas le pire de ce qui lui était arrivé donc ce n'était pas mon sujet de préoccupation principal.

Quand le bain fut prêt, chaud et invitant, je me tournais enfin vers Eden, mon silence se brisant alors que ma voix fini finalement par se faire entendre. Loin de l'engueulade qu'elle attendait surement, je parlais bas, comme avec un poids dans la gorge.

- Tu m'as manqué Eden. J'étais fou d'inquiétude et encore plus en sachant que tu étais au prises avec un démon là ou tu étais. Mais le plus important c'est que tu me sois revenue sauve.. Bordel, la prochaine fois, ne part pas seule comme ça sans prévenir personne.

C'est tout ce que je pouvais dire, je me fichais bien qu'elle se tatoue, qu'elle s'envoie en l'air avec des gens - du moins du moment que ce soit consentant, mais là, vu comment elle réagissait... Ca ne l'avait pas été - Je me fichais bien qu'elle décide de voyager... Mais elle n'était pas encore prête à affronter ce monde ! Et faire ça dans mon dos en plus ? Je pensais qu'elle aurait au moins eu la présence d'esprit de m'en parler, de me demander mon avis ! Elle avait à peine commencée son entraînement merde !

Hors-sujet.

Revenir en haut Aller en bas
Eden Launwitch
Messages : 11
Date d'inscription : 22/02/2019
Launwitch
Who am i !

Sur autre ton, jeune fille ! [PV M. Wolf] Empty

Sur autre ton, jeune fille ! [PV M. Wolf]

MessageSujet: Re: Sur autre ton, jeune fille ! [PV M. Wolf] Sur autre ton, jeune fille ! [PV M. Wolf] EmptyLun 29 Avr - 16:06





Sur un autre ton, jeune fille !-



Sens-tu cette pestilente distorsion mentale, Eden ?

Je suis née avec une âme ensanglantée, sauvée in extremis par un Ange Déchu qui n'avait certainement pas prévu de faire la fille qu'il désirait avoir avec son Âme Soeur avant d'avoir regagné son Ascension. Mais il ne pouvait pas laisser Taïga perdre un deuxième enfant, il a donc séparé sa partie humaine en la renvoyant au Ciel pour me nourrir. Ma vie n'a été qu'une suite d'existence pour survivre, et non pas de vivre. A chaque fois, on me le dérobait à porter de main. Une fille normalement constituée se serait effondrée, appeler l'aide, mon père, même Taïga aurait fait pareil. Mais moi, non. Je me suis relevée, silencieuse, et j'ai fuis pour regagner mon foyer au plus vite. Refusant de laisser mon père posséder mon esprit pour me guider. Je peux me débrouiller toute seule, même si j'ai mis plusieurs jours. J'ai quand même réussi. Je repose la perruque sur ma table de chevet. Je ne pense plus la réutiliser pour mes futurs déguisements. Le coeur lourd, je continue de suivre mon amant que j'aime vers ma salle de bain. B' ne m'avait pas répondu, et cette absence de bruit me convient parfaitement, mais pas venant de sa part. Je proteste, refusant de me déshabillée mais devant ce froncement de sourcils impétueux de mon Majordome, je ne peux pas continuer de résister.
Honteuse, je fais face à ce mâle alpha, perdant un peu de cette froideur, cachant mes parties intimes. Je détourne le regard, la gorge nouée. Ne voyant pas sa réaction. En temps normal, je peux être un peu gênée face à lui, mais pas au point de cacher ma nudité ainsi. Le majordome ébranle les premières barrières instaurées? Je refuse d'être aussi faible que ma mère, refusant d'être détruite, je ne veux pas sombrer au point d'en devenir un légume. Mais Wolf, fissure ma prison de glace. Je ne bouge pas, alors que mon pouls commence à s'affoler. Tel ne fut pas mon soulagement à pouvoir prendre enfin un vrai bain. Dès le feu vert du loup, je le dépasse, plongeant ce corps précédemment malmené dans l'eau fumante et mousseuse. Je lâche un profond gémissement d'aise, un gros poids en moins alors que j'entends enfin mon amant parler. Je le regarde, quittant un peu ce masque froid pour être plus intimidé. Prise de remords, la voix de B' est basse, il inquiétait pour moi. Prenant quand même soin de moi, sachant très bien que je tenais toujours à mon bain quotidien, que ma chambre est mon refuge. Les larmes me montent aux yeux, je me plonge jusqu'à la naissance de ma poitrine. Ne me frottant pas tout de suite, du moins, Bigby peut voir que j'enlève quand même ces résidus de sans sur mes bras, nerveusement par la mousse et sur mes cuisses, surtout mon entrecuisse. Je le quitte du regard, me débarrassant de toutes ces traces de souillures. Moi qui pensais me faire engueuler, me voilà surprise.

_ Je suis désolée M. Wolf. ... Je ne voulais que m'absenter le temps de votre réunion de guerre. Tout se passait très bien, mais ma monture s'est enfuie à l'arrivée de Belzébuth. Et je n'avais aucun moyen de rentrer, c'est que la vie c'est dur en fait dans le No Man's Land, il y a beaucoup de loubards.

Je ris faiblement, relevant la tête en le regardant. Je prends ma cheville là où m'a tenu ce démon de deux mètres, grattant presque. Ayant encore l'impression d'avoir ces os froids et morbides me tenant. Grattant même après la mousse, écorchant ma peau en enlevant les premières couches. Jusqu'à ce que sa me pique, je replonge le pieds. Puis je fais de même avec ma tête, jusqu'à être complètement sous l'eau. J'en profite en plus de me frotter et me gratter un maximum au niveau de mes fesses et mes cuisses, surtout mon bas-ventre, rentrant même un peu de mousse sur l'entrée de mon intimité, grâce à deux doigts. Ca n'a rien de plaisant, ce sont des geste machinales quand une femme se nettoie, mais moi j'insiste bien. Je finis d'en ressortir après m'être frotter énergiquement la joue là où m'a encore touché Akira. Prenant l'air, je rencontre la main de Bigby qui vient me pétrir la tête. Je sursaute, il fait ce geste que j'aime tant. Mon mentor se met à me répondre doucement que c'est pour ça que j'aurai dû lui demander, que le No Man's ce n'est pas la Capitale. Mon coeur bat la chamade, appréciant tellement cette main sur le sommet de ma chevelure. Je pose mes prunelles de cerises sur lui, tremblante, perdant toute ma froideur. Arrêtant un instant de me frotter les fesses et la chute de mes reins. Je suis là, à le fixer quelques secondes, tant d'émotions me passent.

_ Mais vous étiez occupés, tous. Et ... c'était un héritage que je devait recevoir de mon père mortel, Amanite qui est mort il y a deux ans. La Jurisprudence me connait, ils ne m'avait fait jamais de mal avant ... avant .. Je secoue secoue la tête à la pensée de cette nuit horrible, pas trop fort pour que cette main viril reste sur mes cheveux trempés, je pensais juste être assez forte. Ils m'ont dit que je pourrai reprendre mes études, ils ont dit que je pouvais servir la cause des immortels si je reprenais les travaux de mon père. Après Belzébuth, je me suis réfugiée dans un village de contrebandier, j'ai camouflée mon identité, et j'ai beaucoup bu ce soir-là. Je ne savais pas comment rentrer, j'étais seule et presque sans argent. J'ai pu m'assurer une chambre en soignant la fille de propriétaire de la taverne, et j'ai bien mangé et bu. Je suis tombée sur des hommes qui étaient gentils avec moi, ils me donnaient pleins de conseils. Il étaient gentils et m'ont promis de me ramener en Irlande, j'ai réussi à leur faire comprendre que j'étais la fille d'un éminent scientifique en leur montrant une lettre donnée par un certain Valentin. Mais ... ils ... après ça ... j'ai perdu la raison. Ils ont utilisé sur moi ce que je devais étudier, un nouveau médicament très puissant mais qui s'est révélé à me rendre telle un animal en chaleur. Je n'ai pas réussi à me contrôler, je leur ai offert mon corps sans pouvoir lutter. Je pensais ... pouvoir être la seule à vous accueillir vous et Grand Méchant Loup dans ma fleur de Vénus .... mais .. il .. je .. ces militaires m'ont bafoué ... je ne comprends pas. Je pensais qu'en leur montrant que j'avais des liens dans ma vie avec la Jurisprudence pourrait m'aider, je leur ai même montrer mes papiers de citoyenneté. Mais ils n'en avaient que faire ... ils m'ont forcé à boire de cette mixture que je veux étudier pour ses soins curatifs en enlevant le côté de drogue... Ils m'ont mis le même bracelet que le vôtre ... mon père a dû réussir à me l'enlever... tout est dans mes affaires ...

Je me livre, le ton de Bigby m'avait fait fondre, je me gratte la poitrine. Frottant encore mes cuisses, les larmes aux yeux. Les larmes se mettent à couler, poussant des complaintes de douleurs mentales. Je me pince les lèvres. Honteuse que je suis, maintenant que je suis avec mon mentor. J'avais envie de me perdre dans ses bras. Très réceptive à ce mâle alpha. Je sanglote, me balançant légèrement d'avant en arrière. Mon pouvoir se manifeste, sortant de mes petites plaies, le plasma était un rouge vif, neuf mais parsemé de tâches dorées. Les filets soulignent le corps de mon majordome, heureux de l'avoir retrouvé. Puis terminent dans le lavabo. J'essaye de purger la potion, mais c'est comme essayer de décoller de la pâte à sel de vos doigts. Cette drogue en moi, c'est comme un poison pour ma santé mentale.



© Jawilsia sur Never Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Bigby Wolf
Messages : 76
Date d'inscription : 07/07/2017
Kreat
Who am i !

Sur autre ton, jeune fille ! [PV M. Wolf] Empty

Sur autre ton, jeune fille ! [PV M. Wolf]

MessageSujet: Re: Sur autre ton, jeune fille ! [PV M. Wolf] Sur autre ton, jeune fille ! [PV M. Wolf] EmptyMar 30 Avr - 1:20
détails
L'homme ou le loup ?
Beware of his bite...
ft. ...
Ʃkaemp はは ™

Alors qu'elle se détendait peu à peu, je la vis commencer à se frotter de façons frénétique, par moment jusqu'à sang... La pauvre avait souffert et je n'avais rien pu y faire. Mais alors que je voulais la détendre, je la sentis bien plus réceptive lorsque je posais ma main sur sa tête, comme si ce geste la ramenait à la réalité, à cet instant présent ou j'étais à ses côtés et la protégeait.

- Je te l'avais dit, le No man's land n'est pas la capitale... Qui sait ce qui peut arriver dans ces terres désolés et abandonnés. Tu aurais dû me demander, ou au moins me prévenir, avant de partir aussi loin, même pour une courte période de temps.

Elle perd toute contenance et fond devant moi, se laissant aller à me raconter tout, me dire que nous étions occupés, qu'elle ne voulait pas déranger, et elle me parlait de l'héritage d'Amanite... Cet enfoiré ? Elle ne devrait pas avoir à faire avec ce souvenir, cet homme était néfaste, et j'ai l'impression qu'elle n'en sait absolument rien... Elle m'explique, ses études qu'elle pourrait soit disant reprendre, Belzébuth, la taverne, comment elle avait usé de son don pour aider autrui en échange d'une place ou dormir et d'un repas... Et son viol. Mon regard de loup pointait à ce moment de l'histoire, mon souffle se faisant puissant. Je fermes les yeux et me calme, puis continue d'écouter l'histoire d'Eden. Elle m'explique pour Egregario, le bracelet.. Je soupire longuement et l'observe.

- C'est pour ça que tu n'es pas encore prête à voir le no man's land, tu es encore bien trop naïve pour voir les gens tels qu'ils sont. Tu as encore une partie d'innocence en toi qui crois que tout le monde a un bon fond. Mais ce n'est pas le cas, Eden, tout le monde n'est pas bon, et crois moi, mieux vaut se méfier de tout le monde quand tu traverse ses terres. N'oublie jamais que les gens qui se trouvent en dehors de la métropole n'ont probablement pas le droit d'y accéder pour une raison.

La leçons était nécessaire, il fallait qu'elle la retienne, ce premier voyage avait été une horreur car elle n'y était pas préparée... Et voyagé dans le no man's land, pour la première fois, ne se fait absolument pas seul, c'est stupide. Il faut voir comment ça a fait pété une durite à Marc... Le pauvre n'avait jamais eu de double personnalité avant d'avoir erré pendant plusieurs mois seuls dans le no man's.

Ma voix se faisait douce, basse, je ne haussais pas le temps sur elle, une engueulade n'était pas ce dont elle avait besoin, mais mon regard se fit plus sérieux, plus sévère. Oh ça oui, elle n'allait pas y échapper pour autant, elle avait pris des risques inconsidérés et avait joué avec mes nerfs en me faisant perdre la tête à cause de la peur, j'allais le lui faire payer. Et pas qu'un peu.

- Bien évidemment, ne pense pas que tu vas t'en sortir comme ça. A partir de demain on reprend ton entraînement, et cette fois, on va mettre les bouchées doubles. Je vais te faire passer l'envie de partir sans me prévenir à nouveau, tu vas voir.

J'affiche un sourire carnassier, la petite Eden n'avait pas idée de ce qui l'attendait. J'avais commencé gentillement sur son entraînement, à partir de demain, je lui ferait faire un véritable entraînement de type militaire. C'était une punition juste, selon moi.

Hors-sujet.

Revenir en haut Aller en bas
Eden Launwitch
Messages : 11
Date d'inscription : 22/02/2019
Launwitch
Who am i !

Sur autre ton, jeune fille ! [PV M. Wolf] Empty

Sur autre ton, jeune fille ! [PV M. Wolf]

MessageSujet: Re: Sur autre ton, jeune fille ! [PV M. Wolf] Sur autre ton, jeune fille ! [PV M. Wolf] EmptyMar 30 Avr - 11:37





Sur un autre ton, jeune fille !-



Charmant, n'est-ce pas, Eden ?

Je suis très certainement encore innocente, parce que je refuse de tuer une personne. Si je perds ça, j'ai peur de devenir comme ma mère. Je ne veux pas de sang sur les mains. Je suis persuadée qu'on peut s'en sortir tout en pouvant pardonner. Toute ma famille est sanglante, même ma grande soeur qui est une médecin à Paris, aspire la vitalité des âmes de mourants pour maintenir sa jeunesse. Oui, la belle et douce Thaïs est une très bonne nécromancienne, mais refusant de vieillir. Selon elle, mon aînée sauve bien plus de vie qu'elle n'en prend, et ça crée un équilibre. Évitant toujours les surpopulation des les hôpitaux, ne causer du tort à personne, et tuer sans douleur en abrégeant les souffrances. C'est Thaïs qui m'inspire pour mes études, j'ai toujours voulu être aussi douée qu'elle.
Mais on m'a dérobé la voie sous les pieds, j'apprends difficilement sur le tas. Je n'ai surtout pas le bon matériel. Mais ma mère fait tout ce qu'elle peut.
En revenant à Bigby, je suis bercée par sa douce voix. J'arrête enfin de me triturer le corps, ça pique déjà assez comme ça. Et je ne suis plus en danger. Je porte mon regard de cerise sur B', sursautant. Ah, je n'ai pas vu que son animal était ressorti. Je me tortille légèrement, replongeant la tête sous l'eau avant de la ressortir tout en prenant le savon de Marseille pour mousser mes cheveux courts désormais. J'avais interrompus caresse sur mon cuir chevelu. Les bras levés, je me redresse en courbant le dos. Ce qui fait remonter ma poitrine juste hors de l'eau. L'air du majordome se fait bien plus sévère, je fais la moue, mais j'avais perdu enfin ma froideur. Je ne suis pas ce genre de femme à s'apitoyer sur moi-même, bien trop nerveuse à l'idée de devenir un légume comme ma mère et névrosée. Bon, il y a juste le fait de me sentir sale quand même, je ne suis pas non plus insensible. Mon mentor devient plus dur, m'indiquant que dès demain je reprendrai l'entraînement. Je m'empêche de sourire, ce qui veut dire passer plus de temps avec Wolf. Par contre, je pense que je vais regretter d'avoir fait le mur. Faisant toujours la moue, je le regarde du coin de l'oeil, frottant toujours ma chevelure blanche. L'écume chimique s'écoule de mes mèches, soulignant les traits de mon visages avant d'arpenter mon cou et mourir entre ma poitrine. Tournant légèrement, je montre presque mon dos à Bigby, voulant poser le savon. En résultats, c'est une longue couler épaisse et onctueuse de la neige Marseillaise qui s'écoule du milieu de ma nuque, continuant sa course entre mes omoplates et se lover sur la raie de mes fesses en passant par la chute de mes reins. Sur mes petites plaies, un léger scintillement doré s'illumine, le Sacré Coeur soigne mes blessures. Emettant cette fragrance si particulière. Je plonge une nouvelle fois dans le bain, rinçant tous mon visage et ma chevelure argentée. Lorsque je me remets dans la même position, je me cache la poitrine, regardant le majordome.

_ Tant que vous ne me faites pas tirer aux flingues, ça me va. Je n'aime pas les armes, je préfère les lames. Grand Méchant Loup ... pouvez-vous me frotter le dos s'il vous plaît ?

J'ai une mine un peu plus intimidée, je serre mes cuisses sous l'eau, lui tournant le dos tout en lui passant le savon à la senteur de cèdre de bois et un gant de toilette. Cachant toujours mes seins de ma main de libre. Si je lui demande, c'est pas n'importe quelle raison. Je veux qu'un autre homme que ces militaires puisse me toucher, effacer toute cette souillure mentale. Regardant le mur, je ferme les yeux en sentant les mains chaudes et viriles de mon loup, cambrant le dos. Je soupire lentement, me débarrassant de toute cette crasse mentale. Je me détends enfin, à mille lieux de penser que j'aurai pu mourir à tout instant malgré ma nature de démone de sang. J'aime Bigby, je m'en rends bien compte. Mais je sais qu'il était aussi un des amants de ma mère, et ça me chagrine beaucoup. Mais elle était là avant, ça peut paraître étrange qu'un homme se tape la mère et la fille. Mais au diable les conventions. Je ne sais pas si M. Wolf est comme le contrebandier du village, ma mère est une femme mystérieuse qui parvient à faire renaître en vous le désir de la luxure passionnelle, et ce, sans même être une succube. Par le sexe, Taïga vous soigne par le sexe, et ce, avec un amour sincère. Malgré ce qu'on peut dire de la Vielle Sorcière, ce n'est pas une femme à homme. Juste, Etre polyamoureuse et polygame a ses avantages comme inconvénients. Pour ma part, je ne donne pas dans cette sauce. Et pourtant, j'aime cette homme qui me massait et me nettoie le dos. Premier amour en quelques sortes, mais il n'est plus le seul à m'avoir pénétrer maintenant. Et ça, ça me ronge.
J’affaisse mes épaules à cette pensée, M. Wolf fait tout ça juste pour mon entraînement et parce qu'il s'est attaché à moi. Mais je suis persuadée qu'il n'arriverai pas à prendre au sérieux mes sentiments. Ca ne fait quel quelques semaines après tout. Je dois voir encore comme le temps fait les choses.
Je remercie le loup d'un geste de la tête, rinçant tout avec une nouvelle piquée de tête. Avec juste la tête hors de l'eau, je m'écarte de Bigby pour tendre le bras et attraper une serviette violette. Habilement, je me hisse du bain, tout en m'enroulant dedans en cachant ma nudité à mon mentor. Je suis enfin propre, je noue l'éponge de bain sur le coin de mon sein gauche, juste au-dessus de mes tétons. A vrai dire, j'ai encore les stigmates de mon viol et aussi parce que je ne veux pas aggravée la tentation de chair à mon majordome. Je ne sais pas ce qu'il sens exactement à cause de Sacré Coeur, et je ne veux pas le savoir. Un rapide coup d'oeil à mes vêtements. Je m'accroupis, gardant les genoux joints pour les ramasser et le poser correctement sur le bord de ma corbeille de linge sale. Tout en prenant le bracelet, puis la lettre et la bouteille qui n'avait plus que les trois quart. Je quitte la salle de bain pour déposer le récipient à la mixture dorée épaisse sur ma paillasse en bois de laborantine. Puis le bracelet. Et enfin, je défroisse la lettre de Valentin pour pouvoir la lire. Tout en me dirigeant vers mon armoire. J'avais à peine lu les deux premières lignes, que je quitte le lettre pour regarde B' souriant doucement.

_ Grand Méchant Loup, je vous promets de faire attention. Je ne ferai plus de bêtise de ce genre. Vous voulez que je lise à haute voix ?

Lorsque je parle à Grand Méchant Loup, ma voix est bien plus intimidée et un peu gênée, c'est que ma tête se remplies d'images obscènes. Avant de reprendre la lecture de la feuille chiffonnée, je dépose cette dernière sur le bord de mon lit pour me diriger à mon armoire et sortir discrètement quelques préservatifs. J'avais vraiment envie de mon loup. Je refuse de ne pas coucher avec lui, alors avec des capotes, tout se passera bien. Je ne subirai pas les effets du Sacré Coeur, et en plus, si jamais j'ai attrapé des MST avec ces trois guignols de militaires, je protégerai Bigby. Me redressant, je n'ai pas vu si mon premier amour a pris la feuille pour lire, regardant encore les capotes que je fourre dans ma chemise chemise de nuit violette. Soit, comme un grand T-shirt m'arrivant juste en bas des fesses avec un shorty noir. Tout ceci sur mon avant-bras, ayant subtilement caché les préservatifs. Je me tourne vers Grand Méchant Loup.

Sur autre ton, jeune fille ! [PV M. Wolf] Lettre11

Clique et zoom sur l'image de la lettre de la Jurisprudence o/ !


© Jawilsia sur Never Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Bigby Wolf
Messages : 76
Date d'inscription : 07/07/2017
Kreat
Who am i !

Sur autre ton, jeune fille ! [PV M. Wolf] Empty

Sur autre ton, jeune fille ! [PV M. Wolf]

MessageSujet: Re: Sur autre ton, jeune fille ! [PV M. Wolf] Sur autre ton, jeune fille ! [PV M. Wolf] EmptyMar 30 Avr - 21:25
détails
L'homme ou le loup ?
Beware of his bite...
ft. ...
Ʃkaemp はは ™

J'étais content, je voyais sa force de caractère transparaître dans ces gestes et sa détermination. Elle n'allait pas devenir une coquille vide comme la plupart des gens le deviennent après des épreuves difficiles, et ça, ça me rendait fier d'elle. Elle n'était pas une enfant, elle avait bien raison la dessus et je la regardais alors se diriger dans sa chambre en cachant son corps à nouveau.

Bientôt, la lettre fit son apparition, et elle me demanda si elle devait la lire à voix haute, il fallait que je l'en détourne au plus vite si je voulais la protéger des mots qui se trouvaient dedans. Du coin de l'oeil, je la vis alors prendre des capotes dans son armoire et les glisser dans sa chemise. Petite vicieuse... Ne penses pas que tu puisses m'avoir ainsi par surprise. Je prend la feuille et la lis brièvement, ce paquet d'hypocrisie me donnait envie de gerber. Je la chiffonne et la balance sur le bureau en m'approchant d'Eden.

Mes mains viennent lentement parcourir sa chemise, remontant jusqu'à sa poitrine qui, selon moi, avait gagné un peu en forme... Etais-ce dû à la drogue ? Ou son corps commençait il enfin à changer et à prendre ses proportions adultes ? Je glisse ma main dans sa chemise et en retire les préservatifs, un sourire amusé aux lèvres.

- Tu pensais vraiment que je ne verrais pas ? Tu sais ce qu'il se passe quand tu n'arrive pas à me prendre par surprise, n'est-ce pas ?

Je pousse Eden vers son lit et la regarde un instant, l'air prédateur, avant de prendre la fameuse caméra que je gardais dans sa chambre, l'installant sur un trépied lentement avant de regarder ma petite proie avec un sérieux dominateur.

- Tu te souviens de la première fois ou je t'ai fais parler devant cette caméra ? Tu vas devoir le refaire. En précisant qu'il s'agit de ta seconde leçons de soumission et en expliquant comment tu t'es faite avoir cette fois.

C'était peut être "dur" de lui sortir la caméra après les épreuves qu'elle a du subir, mais c'était un mal nécessaire, il fallait qu'elle s'y remette, et de façons brutale, sinon, elle perdrait probablement à jamais la confiance qu'elle a réussi à avoir en elle même.

Hors-sujet.

Revenir en haut Aller en bas
Eden Launwitch
Messages : 11
Date d'inscription : 22/02/2019
Launwitch
Who am i !

Sur autre ton, jeune fille ! [PV M. Wolf] Empty

Sur autre ton, jeune fille ! [PV M. Wolf]

MessageSujet: Re: Sur autre ton, jeune fille ! [PV M. Wolf] Sur autre ton, jeune fille ! [PV M. Wolf] EmptyMar 30 Avr - 23:43





Sur un autre ton, jeune fille !-



C'est que tu changes, n'est-ce pas Eden ?

La serviette que j'utilise d'habitude pour me sécher semble être un peu juste. Effectivement, depuis la perte de ma virginité et ma relation avec Bigby, et sûrement à cause du Sacré Coeur, ma féminité semble s'épanouir plutôt rapidement. J'avais pris un tour de poitrine. Je suis passée d'un petit 85B à un presque 90C. Je ne sais pas si je dois me réjouir ou pas, mais je n'arrive toujours pas à prendre du poids. Et ce n'est pas avec mon périple de deux semaines que j'en prendrai. Sûrement est-ce que j'ai gagner un peu plus de musculature avec ma marche incessante. Dans tous les cas, je dois songer à demander à Bigby de racheter de plus grandes serviettes violettes au marché du village cette semaine. J'aime le violet, je pense que ça se voit dans ma lingerie, mes bijoux et mes déguisements.
Bigby me regarde, je ne sais pas ce qu'est devenue la lettre. Cet homme retient toute mon attention. Toujours avec cet air sournois, le loup plonge ses mains dans ma chemise de nuit, sans me quitter de ses yeux de canidé. J'avais enfilé mon pyjama rapidement. Mais le voilà en train de remonter mon vêtement jusqu'à ma poitrine. Je ne bouge pas, figée par ces paluches sur mon petit être. Je crois qu'il a vu les préservatifs que j'avais cachés, et zut. Je mords ma lèvre inférieure, jetant un bref coup d'oeil aux capotes.

- Tu pensais vraiment que je ne verrais pas ? Tu sais ce qu'il se passe quand tu n'arrive pas à me prendre par surprise, n'est-ce pas ?

_ Je ... Grand Méchant Loup ...

Pas le temps de formuler une réponse cohérente, le majordome me pousse sur le lit. A reculons, je chancelle, poussant un cri de surprise en tombant à la renverse sur mon matelas. Je me rattrape lamentablement. Bien sûr que je le sais, mais depuis ce fameux pari. Je n'ai pas une seule fois réussi à prendre B' par surprise, je dois vraiment revoir ma stratégie. A moitié allongée, dévoilant un partie de mon shorty, les bras presque tendus pour me redresser légèrement, je porte mon regard sur mon amant. Ne comprenant pas vraiment ce qu'il se passe, l'interpellant timidement. Mais je fais face à son air prédateur, mes joues rougissent immédiatement. Déglutissant, je regarde mon mentor installer la fameuse caméra sur son trépied. Je pousse immédiatement un son de peur en me recroquevillant. J'avais complètement oublié aussi cette cession, après tout, Bigby m'avait dit qu'il me montrerai, je n'ai pas encore accepté si je devenais sa soumise ou pas. Ces deux dernières semaines j'étais plutôt occupée à survivre. Mine de rien, la peur émane de moi. Je ne comprends pas pourquoi il me fait faire de ça. Et le voilà que je dois refaire comme la dernière fois, avec son air inquisiteur. J'oscille entre lui et l'objectif. Je tremble, secouant négativement la tête. Je refuserai de voir de nouveau ces vidéos un jour. A espérer qu'il ne m'y force pas. Je recule jusqu'à la tête de mon lit contre le mur, la respiration rapide. On peut bien voir mon air apeuré. Les images de mon viol me reviennent en mémoire, je secoue la tête, essayant de les chasser.

Je dois me déshabiller, je le sais. J'essaye de riposter en fronçant les sourcils, mais me fait de nouveau très petite en voyant son visage dur et implacable. Les larmes me montent aux yeux pour couler, serrant les dents, je les ferme immédiatement. Enlevant rapidement ma chemise. Je m'y sentais tellement bien dedans. Puis je cache encore ma poitrine, tremblant de plus en plus. N'osant pas affronter le regard de mon premier amour, je porte fébrilement une main à mon boxer que je fais glisser le long de mes jambes. Mais je me sens vulnérable, j'avais envie de mon loup. Mais j'avais peur, stupéfiée à l'idée que ça recommence. Non, Bigby n'est pas ces militaires. Non, il n'est pas comme eux. Je déglutie. Gardant les cuisses serrées, profil à la caméra en cachant ma poitrine avec les bras croisés. Je détourne le regard. Il va falloir que je parle, les larmes coulant sur mes joues, je ne sais pas ce qu'il faut que je dise exactement. Mais je fais confiance à mon majordome. Je suis une proie, apeurée.

_ Je ... Je .. c'est pire que la première fois ... Hm ... je suis Eden ... et .. et ... c'est ma deuxième leçon en tant que soumise du Grand Méchant Loup. Je .. Je suis là parce que ... je n'ai pas demandé à M. Wolf s'il pouvait m'accompagner .. pour aller en Ecosse ... Et ... là-bas .. trop gentille ... trop faible .. on a abusé de moi ... en rentrant ... j'ai voulu ... euh .. j'ai rendu M. Wolf inquiète, et en retour Grand Méchant Loup ... est pas bien ... j'ai envie de Grand Méchant Loup, mais je me sens sale .. j'ai voulu prendre des préservatifs pour lui éviter d'attraper des MST ... mais mon mentor ma grillé et ... je dois me plier à toutes ses volontés...

Bigby, impétueux, m'avait dit de me faire plaisir. Mais cette idée me révulse étrangement. Je secoue négativement la tête. Sur l'aperçu de la caméra, on peut me voir telle une petite créature, regardant quelque chose ou plutôt une personne hors champ. Le suppliant du regard, je ne voulais pas, vraiment pas. Cette fois, ce n'est pas amusant, je ne veux pas continuer. Bigby éteint alors la caméra en venant me rejoindre pour me prendre dans ses bras et me rassurer. M'assurant que c'est important si je souhaite garder ma raison mentale. Que je dois me débarrasser de ce poids. en temps normal, ses paroles m'auraient fait beaucoup de bien. Mais pas là. Me blottissant contre son torse, l'odeur du Grand Méchant Loup s'engouffre dans mes sinus. Une puissante senteur de mâle alpha, et c'est à un tel point que mes prunelles aux pétales de roses virent à un or translucide, débordant sur le blanc de mes yeux. Je me fige un instant, calmant tout de suite ma nervosité. Prenant ça pour un feu vert, mon loup s'écarte pour rallumer ma caméra. Mais très vite, il verra mon regard. Ce qui est d'abord un air neutre, devient rapidement plus taquin et gênée. Je tire la langue, puis je secoue la tête. Non, ça recommence. Malgré moi, j'écarte mes cuisses, cachant non pas mon intimité, mais presque. Prenant habilement une pose suggestive, je fais un clin d'oeil à mon mentor. Deux mes doigts fins, je caresse chacun de mes grosses lèvres intimes. Appréciant leur douceur, puis je libère alors ma poitrine qui soulignent enfin le début de femme que je deviens. Basculant ma tête sur le côté, je mets en évidence ma jugulaire, pile poil sous la vision de mon loup qui peut voir mon pouls battre follement. Je glousse, regardant amoureusement mon amant.

_ Petit Chaperon que je suis, a bien envie après du Grand Méchant Loup surtout...

Je m'arrête un instant, mais mon coeur se met à battre rapidement. Le Sacré Coeur faisait effet. Et ça se trahit dans mes yeux. Je reprends ma couleur originelle des iris, redevenant bien plus timide et apeurée. Mais j'avais déjà introduit deux doigts en moi, tout en me triturant un bouton rose d'un de mes seins. Je redresse le visage vers Bigby, telle une petite proie. Appelant à l'aide. Mon corps s'échauffe, quittant sa froideur précédente. Je tremble, mordant ma lèvre inférieure. Je dois l'écouter, il a raison. Je ne parviens pas à me caresser correctement, mais c'est suffisant pour titiller un bon début d'excitation. En vrai ce que je désire, ressentir la transformation de B' en moi en Grand Méchant Loup, comme la dernière fois. Mais avec un petit truc en plus, je voulais qu'il me griffe et me blesse, qu'il me mord aussi fort qu'il le souhaite, porter la marque de ses mains, son sexe et ses dents. Je couine en sursautant, mon excitation explosant autour de moi comme une traînée de poudre. Je veux effacer la présence des militaires de sur moi et à l'intérieur. Heureusement que j'ai réussi à purger les trois quarts du Sacré Coeur en moi il y a quelques jours, j'en ai encore pour deux ou trois jours. Mais mes rechutent sont de plus en plus espacées. Mais B' vient d'avoir un aperçu de la catin que j'étais devenue avec les militaires à cause de la potion.

_ Grand Méchant Loup ... et ... et après ...? hm ...


© Jawilsia sur Never Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Bigby Wolf
Messages : 76
Date d'inscription : 07/07/2017
Kreat
Who am i !

Sur autre ton, jeune fille ! [PV M. Wolf] Empty

Sur autre ton, jeune fille ! [PV M. Wolf]

MessageSujet: Re: Sur autre ton, jeune fille ! [PV M. Wolf] Sur autre ton, jeune fille ! [PV M. Wolf] EmptyVen 3 Mai - 20:02
détails
L'homme ou le loup ?
Beware of his bite...
ft. ...
Ʃkaemp はは ™

J'étais dur avec elle, mais c'était pour son bien. C'était difficile de la voir ainsi tremblante et effrayée sans pouvoir lui offrir mes bras pour la réconforter et l'apaisée, mais je me devais d'être ainsi sévère pour elle. Il fallait qu'elle puisse reprendre la main sur sa vie et sa sexualité pour ne pas en être effrayée. Comme je le sentais, elle avait bien plus de mal que la première fois, que ce soit dans ses paroles tremblantes ou dans sa façons d'agir... Elle avait peur.

Alors que je lui faisait signe de commencer, je vis qu'elle n'était pas prête, qu'elle secouait la tête, comme révulsée à l'idée. Oui, je ne pouvais pas la forcer ainsi, j’éteignais la caméra et venait la réconforter, murmurant à son oreille que c'était quelque chose de nécessaire, que c'était pour son bien. Elle se blottit contre moi, longuement, puis à un moment, elle me semble prête à reprendre, alors je retourne à mon poste et allume la caméra, mon regard de loup se portant sur elle, je suis ... Choqué. J'observe cette femme qui me regarde, taquine, joueuse... Plus du tout gênée elle commence alors à jouer avec ses doigts sur ses lèvres, puis à les faire entrer en elle tout en libérant sa poitrine.

Cette femme n'était pas Eden, cette femme était celle qu'elle était sous la drogue sacré coeur. Et aussi vite qu'elle était venue, elle disparue après une phrase aguicheuse. Ce qu'il y a d'amusant... C'est que j'essaye de faire en sorte qu'Eden puisse être assez à l'aise et confiante en elle même pour être ainsi sans le besoin du sacré coeur, je voulais qu'elle devienne une petite folle du sexe, capable de s'assumer et de s'aimer, et quand ce serait le cas, elle sera alors capable de s'assumer aussi dans la vie quotidienne et peut être rompre son voeu de silence.

Alors qu'elle restait timide et douce, elle commença à se caresser, plus maladroitement se mordant la lèvre, elle avait repris l'envie tout en restant elle même, c'était une bonne chose. Je coupait la caméra et la mettait de côté, m'approchant lentement d'un air prédateur avant de me glisser entre les cuisses de la jeune Launwitch, mon regard planté dans le siens, j'affichais un sourire avant de disparaître au niveau de son bas ventre, m'occupant de ses lèvres intimes et de son rubis de plaisir avec ma langue, pendant de longues minutes, je jouait avec son corps, m'assurant de l'amener à l'orgasme avec ces petits jeux, le but était de la rendre folle d'envie.

- Et maintenant, je vais te prendre comme la chienne en chaleur que tu es. A quatre pattes sur le sol, Petit chaperon rouge. ~

Et ça ne manquait pas... Je connaissais le corps d'Eden, chaque parcelle de sa peau, chaque point faible qui la rendait ivre de plaisir, et chaque fétiche qu'elle avait avec moi. Je savais ce qu'elle aimait, ma violence, ma domination, elle aimait se sentir ma proie et que je la traite comme tel. Et ça n'y manquait pas... Très vite après son orgasme, je l'avais fait se mettre à quatre pattes sur le sol avant de l'empaler de mon sexe dur et veineux, oh oui... J'avais quelques jours d'inquiétude à défouler sur elle... Alors je me laissais aller, griffures, morsures, étranglement léger et fessées, elle y passait sans retenue, jusqu'à ce que je pousse un long grognement à son oreille, la mordant alors que je me transformais en elle, sans la prévenir, au milieu de mes mouvements de reins bestiaux...

Alors, une fois ma transformation complète, je repris mes coups de bassins, nos corps claquant l'un contre l'autre alors que mes bourses venaient frapper contre son bas ventre au rythme effréné de nos ébats. Je ne me retenais pas, cela faisait bien longtemps que je ne me retenais plus avec Eden, qui adorait cela. Il faut dire que moi aussi... ~

Hors-sujet.

Revenir en haut Aller en bas
Eden Launwitch
Messages : 11
Date d'inscription : 22/02/2019
Launwitch
Who am i !

Sur autre ton, jeune fille ! [PV M. Wolf] Empty

Sur autre ton, jeune fille ! [PV M. Wolf]

MessageSujet: Re: Sur autre ton, jeune fille ! [PV M. Wolf] Sur autre ton, jeune fille ! [PV M. Wolf] EmptyLun 6 Mai - 15:12





Sur un autre ton, jeune fille !-



Quel prédateur, n'est-ce pas ?

Je suis faible, une proie, je suis plutôt fatiguée moralement. Et l'attaque du village n'aide pas, et pourtant, Bigby fait tout pour mon bien. Là tout de suite, j'avais envie de protéger le village d'un gros dôme de sang, que personne ne puisse y sortir ou rentrer. J'ai clairement compris qu'Egregario laissait les anges faire, il ne peut pas lutter contre eux. En réalité, Lame Spirituelle avait de grosses failles de protections, mais c'est parce que ma mère avait toujours essayé de ne pas attirer les plus gros poissons. Et sans la lignée démoniaque, le village aura été une ruine depuis plus de 20 ans maintenant. Je serai dans un laboratoire, une chienne de l'armée où à être une poche de sang pour l’hôpital. Non, à la place, je suis dans les bras de mon amour qui embrasse mon intimité avec sa langue et ses dents, et j'y succombe. Mais mon mental et mordu par ces plaies traumatisantes, le peu de confiance que j'ai gagné a explosé cette sombre nuit. J'espère sincèrement que je ne vais pas perdre l'espoir et me débarrasser de cette culpabilité. Mais c'est très dur. J'avais envie qu'il me dévore littéralement, que j'en perde la raison. Si ce n'était que ça ... que feriez-vous si vous apprenez que votre Père Ange Déchu a séparer votre partie humaine pour la renvoyer au pif au mètre sur Terre parti posséder un autre foetus et naître ? Tout ça pour sauver votre mère à deux doigts de mourir, et donc développer ma partie démoniaque pour nourrir aussi ma mère. C'est donc pour cette raison que je n'ai jamais pu me sentir complète, mais toujours ce vide présent. Mon âme est séparé en deux, et c'est pareil pour ma Némésis. Egregario m'avait murmuré tout ça à l'oreille peu de temps après mon agression avec Akira, j'ai tout voulu oublié. Ne le croyant pas, mais si ... surtout quand vous avez l'impression de vous voir vous même dans une chambre très moderne hospitalisée. Votre double avec les yeux verts de votre mère, allongée dans une combinaison médicale avec une bobine d'oxygène, un électrocardiogramme cardiaque, un fauteuil roulant... Et ce regard vide, terne, n'exprimant rien. Elle regarde dehors, semblant chercher quelque chose, ou qui. La porte de sa chambre s'ouvre, laissant apparaître un homme de costard, avec une queue de cheval, la cinquantaine. Souriant tendrement, mais il a quelque chose de malsain dans cet oeil de verre. Il vient déposer un plateau de nourriture, regardant affectueusement ma Némésis éteinte, ne tournant même pas la tête. Lui murmurant de douces paroles rassurante "J'ai enfin trouvé un remède pour ta maladie ... Ce n'est qu'une question de temps, tu seras très vite remis sur pieds, ma petite et chère fille, Eden."

Je retombe brusquement dans la réalité, je ne sais pas si j'ai rêvé ou pas. Mais mon corps convulse, alors que je crie, des larmes coulant de mes yeux. Un mélange entre ma peur et le plaisir, je ondule sous cette jouissance. Je suis frappée par la réalité, mon esprit forcé à regagné son corps, sans comprendre toujours ce qu'était cette vision. Je respire vite, couinant essayant de parler. Mais l'ordre de Bigby tonne, et mon corps obéit de lui-même. Une pensée, j'essaye de rassembler mes forces pour demander à B' de mettre une capote, paniquée, mais le voilà qu'il s'empale en moi sans douceur. Je pousse un long cri, écarquillant les yeux. Si l'on pense que je suis une poupée de chiffon en ce moment, c'est faux. Je m'oublie réellement dans la violence de mon amant. J'aime quand il m'appelle Chaperon, j'aime quand il fait couler mon sang dans notre passion. Mon coeur bat douloureusement, purgeant cette souffrance qui me ronge depuis quelques jours.  Mais je parviens encore à penser, ce n'est pas assez malgré mes cris et mes halètements. J'agrippe le sol de ma chambre, serrant les dents. Chaque morsure me fait sursauter, glapir, mais quelque chose manque encore. Je me dis que Bigby devait savoir, il le sait. Si j'ai sorti les préservatifs, c'est qu'il sait qu'il ne doit pas jouir en moi. Il est loin d'être aussi bête que moi ou ma mère pour ce genre de chose. Alors j'ai confiance en mon mentor.
Un long grognement me fait frissonner, alors que j'encaisse toujours ces virulents coups de reins. La douleur se fait présente, mais c'est un mal que j’accueille à bras ouverts. Celle du sexe de B' qui gonfle en moi, cette énergie bien plu sauvage et cette morsure aussi. Je pousse un hulement alors que mon bas-ventre enfle légèrement. Mais je suis tellement mouillée et désireuse, que rien ne craque pour saigner. Les larmes coules, je sanglote, la douleur de mon coeur disparaît. Bigby reprend ses mouvements, je hurle. Ne pouvant lutter, mon vagin est pris de spasmes, et je hurle, frémissant, mon corps ondulant. Ma voix se coupe, tout comme ma respiration, cambrant le dos. Je viens de jouir sans avoir pu prévenir le Grand Méchant Loup. Je suis incapable de parler, je ne suis que sa proie. Mais il le faut bien, alors que je me fais violence, haletante :

_ Grand Méchant Loup !! ... Je vous en prie .. mordez-moi .. buvez mon sang ! ... mangez-moi ! ... Pitié ! Marquez-moi ...

Ca peut paraître étrange, ou pas. Je ne voulais pas faire de B' un vampire, je veux juste être sa louve que je ne suis pas. Je m'effondre presque, sous cet assaut de plaisir, aimant tellement ça. Cette morsure ardente de luxure, je ne peux rien lutter. le regard voilé, les joues rosies, cette expression sexuelle qui me transforme en objet de convoitise. Et je ne suis qu'à mon loup. Et j'en profite, j'en profite sans pouvoir m'arrêter, je serre les dents, n'arrivant même plus à sentir mon intérieur. Je venais de jouir, et s'il ne s'arrêtait pas je vais perdre connaissance avec la suivante qui ne va pas tarder à arriver. Je suis épuisée, affamée de mon voyage. Et si je peux mourir de plaisir, je ne dirai pas non.




© Jawilsia sur Never Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Bigby Wolf
Messages : 76
Date d'inscription : 07/07/2017
Kreat
Who am i !

Sur autre ton, jeune fille ! [PV M. Wolf] Empty

Sur autre ton, jeune fille ! [PV M. Wolf]

MessageSujet: Re: Sur autre ton, jeune fille ! [PV M. Wolf] Sur autre ton, jeune fille ! [PV M. Wolf] EmptyMer 8 Mai - 12:08
détails
L'homme ou le loup ?
Beware of his bite...
ft. ...
Ʃkaemp はは ™

Les secondes étaient devenus minutes, les minutes des heures. Nos corps mélangés dans cette étreinte sauvage et torride n'arrêtaient pas de venir à la rencontre l'un de l'autre. Comme attiré sans jamais pouvoir se séparés. Je laissais libre à court à ma sauvagerie, dévorant Eden sans retenue, faisant d'elle mon objet de plaisir et me servant d'elle, même après sa perte de connaissance.

Des heures durant, j'avais user de son corps, sans jamais jouir en elle, recouvrant le lit et sa peau laiteuse de ma semence, comme si je marquais mon territoire sur son corps en pleine formation. Une fois que j'en eu fini, je repris ma routine de faire couler un bain pour elle, bien chaud et bien moussant pour l'y plonger, avant de faire le ménage dans cette chambre qui avait accueillis nos ébats.

Je penses qu'elle a bien surmonté son blocage, elle s'est abandonnée dans la luxure avec moi sans se retenir, et elle avait apprécié... Oui, elle était forte d'esprit et s'en remettrait très bien, j'y veillerais. Alors que je mettais les draps en machine et que j'en mettais de nouveau sur son lit, je passais de temps en temps dans la salle de bain, histoire de voir comment elle se sentait et pour caresser ses cheveux.

Félicitation Eden, tu as deux pères, Greg le démon fou furieux, et Wolf le loup fou furieux. On va dire que ça compense le fait que ta mère ne soit pas des plus présentes pour toi, mhh ? Taïga devrait passer un peu plus de temps avec sa fille, c'était logique en un sens, mais tout ces devoirs de cheffe de village l'en empêchait. J'irais en discuter avec elle quand l'occasion se présentera.

Quand mon ménage fut terminé, je revenais alors dans la salle de bain, prenant un tabouret pour me pose à côté de la baignoire, caressant les cheveux de ma petite proie avec douceur. J'étais fier d'elle, fier de la femme qu'elle allait devenir, et je me laissais dériver vers mes propres pensées, surveillant du coin de l'oeil cette petite chipie adorable.

Hors-sujet.

Revenir en haut Aller en bas
Eden Launwitch
Messages : 11
Date d'inscription : 22/02/2019
Launwitch
Who am i !

Sur autre ton, jeune fille ! [PV M. Wolf] Empty

Sur autre ton, jeune fille ! [PV M. Wolf]

MessageSujet: Re: Sur autre ton, jeune fille ! [PV M. Wolf] Sur autre ton, jeune fille ! [PV M. Wolf] EmptySam 11 Mai - 21:39





Sur un autre ton, jeune fille !-



On dormira très bien Eden, après.

Oh que oui, avec ces jours d'errance et ces heures de folies avec mon loup sans m'être encore restaurée, je crois que je vais faire une nuit complète. Bien réparatrice comme il faut, j'en salive d'avance. Mais surtout, je veux la passer avec Bigby. Etre dans ses bras, qu'importe ce que me dirait ma mère. J'avais besoin de l'homme que j'aime. Et ce, même s'il est aussi l'amant de ma mère, je ne veux pas y penser. Je savoure donc le bain, allongée, me lavant bien plus sainement et calmement que précédemment. En paix, je me sens bien. Je m'endors presque, mais à chaque fois que M. Wolf revenait, je rougissait et souriait amoureusement à ses caresses sur mon cuir chevelu. Me nettoyant de la souillure délicieuse, je me surprend à chantonner, oubliant complètement les sévices de la part de militaires à mon encontre. Bigby avait marqué son territoire sur moi, jusqu'à mon âme. Mon coeur bat la chamade à chaque fois que je l'aperçois, me remplissant d'un amour débordant.
Oui, je suis vraiment heureuse de retrouver ma maison, ma famille, le clan et surtout Wolf. Mon tendre amour, je suis ton Chaperon dévoué, je mettrai ma vie entre tes mains. Lorsque Bigby revient pour de bon, je somnole à moitié, clignant plusieurs fois des yeux, me les frottant. Il faut dire qu'on est tellement bien dans ce bain... Il avait pris un tabouret, me caresser les cheveux sans s'arrêter cette fois. Je rougie légèrement, souriant, appréciant ce contact quelques minutes dans u silence reposant. Je suis aux anges...

_ Merci pour tout M. Wolf ... Je me sens vous appartenir à nouveau ... ça fait du bien...

Mon corps est blessé, portant les griffures, morsures ensanglantés et à vifs de mon loup, mais j'en suis fière. Je me sens bien. Je ne sais toujours pas comment j'ai fait pour que cet homme et moi devenions amants, mais ce
canidé m'apportait bien plus que mon véritable géniteur en 17 ans. Je ne compte pas Egregario, lui, il a toujours été là. Et maman ... maman c'est différent... Je suis un peu triste des fois, ma soeur, Thaïs semble avoir été comblée, mais j'ai eu la malchance d'avoir eu Amanite, un homme qui a brisé son épouse et sa fille. Et maintenant, c'est une femme presque reconstruite, mais en proie entre un Archidémon et la menace du gouvernement. Je n'ose plus lui demander juste une après-midi ... pour ... disons que j'aimais les cours de Démonologie de ma mère, je m'y intéresse beaucoup .. mais ça fait des mois qu'on ne s'est plus vraiment vue.
Je fais la moue, me concentrant sur mon mentor, lui, il est important. Et il me rend heureuse, je redresse la tête, le regardant. B' est tellement impressionnant, il est aussi brut et éclatant que la lame de diamant de mon poignard. Mon regard de sang est pétillant, ma candeur habituelle étant revenue. Je pourrai presque sautiller de joie. Mais d'un seul coup je baisse légèrement le regard, mon coeur battant la chamade. Je serre mes jambes, triturant une mèche de mon carré plongeant, cherchant mes mots. JE devais lui dire ..

_ M. Wolf ... pendant que j'étais toute seule, là-bas, en Ecosse ... j'ai bien crû mourrir plusieurs fois .. et ... je me disais .. que ... si je parvenais à rentrer, je me devais de vous dire quelque chose ... sinon je l'aurai trop regretté ... Je vous aime M. Wolf, je vous aime réellement, vous et le Grand Méchant Loup ... Je sais que je suis jeune, que vous êtes bien plus vieux... Vous n'êtes pas obligez de me répondre.. Mais voilà, si j'ai tenue, c'est parce que j'ai juré devant Dieu que même morte, mon âme aura regagner le clan et que je vous hanterai pour vous vouer mon amour ...

Je souffle profondément, affaissant mes épaules, ça y est, je l'ai dis. Je me mords la joue intérieure. Je n'attends pas vraiment une certain réciprocité, mais au moins, je lui ai déclarer ma flamme. Et je me sens plus légère. Redressant timidement le regard, nerveuse, je lui sourie très faiblement.

© Jawilsia sur Never Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Bigby Wolf
Messages : 76
Date d'inscription : 07/07/2017
Kreat
Who am i !

Sur autre ton, jeune fille ! [PV M. Wolf] Empty

Sur autre ton, jeune fille ! [PV M. Wolf]

MessageSujet: Re: Sur autre ton, jeune fille ! [PV M. Wolf] Sur autre ton, jeune fille ! [PV M. Wolf] EmptyLun 13 Mai - 20:59
détails
L'homme ou le loup ?
Beware of his bite...
ft. ...
Ʃkaemp はは ™

Je perdais la notion du temps, écoutant d'un oreille la petite Eden alors qu'elle me dit qu'elle se sent m'appartenir de nouveau. J'affiche un sourire prédateur et m'approche d'elle pour lui souffler au creux de l'oreille.

- Tu n'as jamais cessé de m'appartenir, ma petite Eden. ~

Nous replongeons chacun dans nos pensées respective, les miennes se dirigeant vers la Jurisprudence et leurs satané attaque, je devais m'assurer que tout le monde s'en sorte, et pour ça, je devais rester sur le qui vive en permanence. Mais le retour d'Eden me rassurait déjà, au moins, en étant ici, j'avais la possibilité de la protéger moi même et de pouvoir à nouveau l'entraîné.

Je porte mon attention sur elle quand elle semble vouloir me faire une importante révélation. Elle m'explique alors qu'elle avait crû mourir, à plusieurs reprises et que si elle parvenait à rentrer elle devait me dire quelque chose. Quoi ? Et bien... Elle m'aime. Elle entame une tirade pour m'expliquer qu'elle m'aime, et ce même avec mon côté bestial. Elle fait remarquer qu'elle sait qu'elle est jeune comparé à moi et que je ne suis pas obligé de répondre, cependant, elle voulait s'assurer de me l'avoir dit, et voilà, elle me l'avait dit.

Honnêtement, je ne sais pas quoi lui répondre, qu'elle m'aime est une chose, mais notre différence d'âge, ainsi que le fait qu'elle ai encore toute une vie à vivre me laissait perplexe sur la réponse à donner. Je la regarde longuement, réfléchissant à mes paroles. Je me devais de lui répondre, et je me devais de ne pas la décevoir.

Alors je pose à nouveau ma main sur sa tête, affichant un sourire rassurant en lui caressant les cheveux, ma voix rauque venant se heurter à elle.

- Moi aussi, je t'aime Eden, tu es comme la fille que je n'ai pas vu grandir et je t'aime comme si tu étais ma propre enfant. D'une façons certes déviante... Mais sincère. Et je serais toujours là pour toi, que ce soit sexuellement ou sentimentalement, tu pourras toujours compter sur moi pour m'occuper de toi. Et je suis persuadé qu'un jour, cet amour que tu as pour moi, tu l'éprouvera pour quelqu'un qui te correspondra bien plus que moi. Et ce jour là, je serais heureux, car tu le sera.

Je restais simple et lui expliquais que je serais là et que je l'aimerais, et ce même quand elle se trouvera un vrais petit ami, quelqu'un de son âge et avec qui elle aura bien plus en commun que simplement le sexe. Je lui caresse les cheveux et me penche, l'embrassant sur le front en souriant.

Hors-sujet.

Revenir en haut Aller en bas
" Contenu sponsorisé "
Who am i !

Sur autre ton, jeune fille ! [PV M. Wolf] Empty

Sur autre ton, jeune fille ! [PV M. Wolf]

MessageSujet: Re: Sur autre ton, jeune fille ! [PV M. Wolf] Sur autre ton, jeune fille ! [PV M. Wolf] Empty
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Jeune fille aux cheveux de feu, brûle le mal de tes paroles. [Yaelle]
» La jeune fille et le chien
» There's a SheWolf in disguise
» Une petite fille sur une Ile tropicale [solo]
» La jeune fille aux cheveux bleus

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Spirit :: No Man's Land :: Lame Spirituelle :: Demeure Launwitch-